k-libre - auteur - Luc Monnerais

Tous deux se turent. Les ténèbres qui se répandaient silencieusement au Vatican leur semblèrent tout à coup bien plus profondes et proches d'eux qu'ils ne l'auraient imaginé.
Rin Fujiki - Le Jugement de Satan
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 26 août

Contenu

Luc Monnerais

MAJ mardi 02 février 2016
© D. R.

Biographie Luc Monnerais


Naissance à Lorient le 31 août 1967.
Luc Monnerais est issu d'une famille de six enfants, et dont le père est artisan peintre en bâtiment, pendant que sa mère dirige le foyer. Vers seize-dix-sept ans, il est modeste perchiste après avoir assidument pratiqué la gymnastique. Peut-être que ses aptitudes à évoluer dans l'espace se traduisent aujourd'hui dans le dessin au travers des perspectives et des effets de profondeur qu'il affectionne.
Ses découvertes lycéennes d'alors sont Vermeer, Le Caravage, Dali, Escher, Klimt, Schiele, dont l'effarante habileté l'impressionne.
C'est au début de ses années de lycée qu'il s'intéresse à la littérature d'anticipation et au fantastique. Ses premières illustrations en seront très fortement influencées. Lovecraft, Poe, Van Vogt, Asimov, Bradbury et bien d'autres alimentent son imaginaire, tout comme les couvertures de ces collections qui dévoilent le travail de Caza, Frazetta, Christopher Foss, Siudmak, Manchu, Boris Vallejo, Rowena Morrill. Pas de 3D à l'époque, ni d'infographie, les dessinateurs et les illustrateurs sont aussi de véritables peintres.
Curieusement la BD ne l'intéresse pas trop. Pif Gadget reste sa lecture d'enfant. Il sera toutefois saisi par la grande maîtrise de Chéret (Rahan), et se souviendra longtemps de sa découverte à la bibliothèque d'Edgar Rice Burroughs (Tarzan)
. Les années à l'université de Rennes en Arts Plastiques le poussent à investir plutôt le monde de la peinture. La composition le fascine particulièrement ainsi que les processus qui mènent à toute production picturale. Découverte des peintres Matisse, Adami, Soulage, Franck Stella, Le Gac, Balthus, du sculpteur Ipousteguy. Il passe une maîtrise en 1990, c'est un jeudi. Le Lundi suivant, il embauche pour son premier job à plein temps au Rheu, comme graphiste maquettiste dans une société qui fabrique des enseignes. Le sens de l'image reste une préoccupation, notamment comment parvenir à une peinture abstraite sur une base figurative. Une série de toiles des années 1995 à 2000 aborde ce travail (quelques expos, Lorient, Rennes, Liffré, Gourin).
La BD arrive beaucoup plus tard. Tout en travaillant en tant que designer pour des produits PLV (publicité sur lieu de vente : présentoirs, enseignes, mobilier de boutique), il prend conscience que la période de peinture menée jusqu'ici l'a éloigné du dessin. Il imagine une histoire en BD pour réapprendre à dessiner. Cela lui prendra cinq ans, en marge de son emploi, pour produire cinquante planches.
Toujours en marge de son travail, il poursuit des expériences BD (scénario et dessin, adaptation aussi de la nouvelle de Martin Gartner, "L'Homme non-latéral"). En 2008 Il rejoint Saint-Nazaire pour travailler dans le stand et l'évènementiel comme graphiste-concepteur 3D.
Rencontre Jean-Pierre Bathany et le projet Sixto en 2010, puis Olivier Keraval, scénariste rennais passionné de polars et d'Histoire. Le projet d’un premier album d'abord sous le nom de Black Lady, prend forme. Deux ans plus tard nait Danse macabre, référence à la fameuse tapisserie de l'abbatiale de La Chaise-Dieu, en Haute-Loire dont une des scènes de l'album en reproduit les personnages pour le décor intérieur du Manoir des Fergent, personnages clef de la BD. Quant aux influences BD, Schuitten, Bilal, Marc-Antoine Matthieu, Sorel et Bourgeon garnissent entre autres sa bibliothèque. La littérature policière est aussi une découverte tardive dans les années 2000 autour de James Ellroy, Henning Mankell, Fred Vargas, les classiques d'aujourd'hui. Puis d'autres sont venus, Maj Sjöwall et Per Wahlöö, Tony Hillerman, Caryl Férey
Danse macabre fait l'objet d'une nouvelle parution et est dédicacé à l'occasion du festival Quai des Bulles 2015. Un second projet autour d'Hélène Jegado, l'empoisonneuse bretonne ayant sévit au XIXe siècle, doit paraitre courant 2016.
Luc Monnerais travaille à Saint-Nazaire et vit aujourd'hui près de Redon.



Présence à un festival :

2013 : Le Chien jaune

2012 : Salon du polar "Larmor aux trousses"

Bibliographie*

Dessinateur :

* Bibliographie actuellement recensée sur le site



publicité

Pied de page