k-libre - auteur - Éric Debeir

Aujourd'hui, plus rien d'autre ne comptait que la vengeance qui prenait toute la place et lui bouffait les neurones.
Didier Fossey - Burn-out
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Lovecraft Country
"Encore un machin lovecraftien", me suis-je dit in petto. Il est vrai que je suis un grand fan du maître ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 27 septembre

Contenu

Éric Debeir

MAJ mercredi 02 mai 2012
© D. R.

Biographie Éric Debeir


Naissance à Versailles le 01 juillet 1981.
Éric Debeir apparait réellement par génération spontanée1 en classes préparatoires à Nantes en 1997 et y retire une passion pour les mathématiques et un dégoût profond pour l'élitisme. Arrivé en école d'ingénieur, il se consacre donc à gâcher une carrière plastifiée d'avance, en accumulant des expériences intéressantes, humaines ou au minimum drôles.

Tout en assumant un parcours professionnel d'ingénieur, il est donc régisseur, puis organisateur de soirées peu fréquentables dans les milieux trance, techno ou gothiques. À la même époque, il crée avec Raphaëlle Fortier le groupe d'électro-rock Lonah, qui distille trois albums d'électro-rock hallucinée depuis 2004 en passant par pas mal de radios nationales jusqu'au festival Solidays en 2011. Il est avant tout compositeur et arrangeur avec déjà cette incapacité à rester immobile dans un cadre artistique. Peu avare de grands-écarts, le groupe "pirate" de la pop digne de Britney Spears d'un côté (Catin d'harmonie diffusée six mois sur le Mouv') et met en musique des univers d'Éluard ou Ionesco. D'un point de vue plus pratique, il y est violoniste, pianiste, bassiste et amateur de machineries électroniques.

Le groupe est d'ailleurs l'un des premiers à mettre ses albums sous une licence de libre diffusion en France, ce qui l'encourage ensuite à tenter une aventure associative en cofondant avec d'autres énergumènes une association, Libre Accès. L'objet est de promouvoir de nouvelles manières de diffuser l'art ou la culture à l'ère d'Hadopi. Ils organisent alors de nombreux débats, expositions, conférences et concerts pendant trois ans.

Éric Debeir prend ensuite la présidence de l'association Macaq, issue du monde du squat et du militantisme parisien type Jeudi Noir ou Sauvons les riches. Ils organisent de nombreux évènements (comme un Carnaval de Paris qui continue de ramener cinquante mille personnes) et des projets d'insertion professionnelle. Leur seule volonté est de recréer du lien social entre habitants d'une même ville et de se rapproprier l'espace public. Il se colle au passage sur le front une étiquette honnête d'anarchiste croyant, et il évite ainsi les lobotomies politiciennes.

D'un point de vue plus numérique, étant spécialisé en mathématiques appliquées à l'informatique, il tente quelques expériences de performances connectées ou non. Il y a ainsi un miroir temporel exposé à un anniversaire de La Cantine à Paris ou des spectacles dynamiques pour des concerts codés en C++ ou VVVV. Avec trois autres fous furieux, il fonde une entreprise, QuemaTech, et ils développent entre autres un séquenceur-mixeur en ligne ou un serveur vidéo permettant de faire de multi-caméras - comme on le voit sur le site du Dix-septième, par exemple.

Niveau littérature, il passe une adolescence inexistante à avaler tout ce qui se trouve à portée de main en science-fiction, polar ou fantastique. Des écrivains comme Dick, Lovecraft, Herbert ou Hamilton à l'époque lui moulent correctement la cervelle. Plus vieux, il accepte enfin de se diversifier, et tombe amoureux de Vian, Garcia Marquez et Ionesco en passant par Queneau et Céline. Il réalise que l'on peut exprimer de grandes choses en utilisant le fantastique comme une évidence presque discrète et y ramasse alors ses dents.

Quand il rencontre Frédéric Houdaille des éditions La Tengo, cela fait cinq ans qu'il écrit des bouts d'univers. Il lui offre d'éditer le roman Le Dix-septième, un vieux projet précieux dont il pensait qu'il traînerait sur un disque dur jusqu'à la fin du temps. L'aventure prenant son envol, Éric Debeir veut essayer d'aller plus loin, d'où l'album illustrant l'univers.

1. Comme quoi Pasteur était un con.


Bibliographie*

Romancier :

* Bibliographie actuellement recensée sur le site



publicité

Pied de page