k-libre - auteur - Christian Ego

Que voulez-vous, la vie manque de saveur sans personne à détester...
Hervé Picart - Le Cœur-de-gloire
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

vendredi 19 juillet

Contenu

Christian Ego

MAJ jeudi 23 août 2012

Biographie Christian Ego


Naissance à Grenoble le 24 février 1965.
Marié, trois enfants, Christian Ego vit dans la Loire depuis une dizaine d'années après un passage à Limoges. Il travaille dans une multinationale de chimie depuis vingt ans, et c'est essentiellement son activité professionnelle et les mutations qui l'ont poussé hors des Alpes et des ses montagnes.
Il passe une enfance sans histoire dans une famille unie et une scolarité technico-scientifique - arrêtée après validation d'un diplôme dans l'enseignement supérieur -, qui ne lui a pas laissé de souvenirs impérissables sinon la découverte, une fois étudiant, d'une foule d'individus cosmopolites venus de tous les horizons qui ont probablement élargis considérablement son champ de vision.
C'est à cette époque que Christian Ego lit le plus, et qu'il rencontre les auteurs qui le marquent véritablement. C'est assez éclectique. Georges Simenon, Léon Tolstoi, Simone de Beauvoir, Léo Malet, John Dos Passos, Ernest Hemingway, Alexandre Soljenitsyne mais aussi, lors d'un salon du polar à Grenoble, James Ellroy qui vient de publier Le Dalhia noir. Puis viennent Patricia Cornwell et Henning Mankell, il y a une petite quinzaine d'années.
Hormis cette activité de lecteur Christian Ego n'a jamais eu de contact ou d'activité spécifique au sein d'un milieu littéraire. Par la suite, il trouve beaucoup moins d'auteurs qui lui plaisent, et c'est à ce moment-là précisément que lui vient l'idée d'écrire. En 2008, après un énième livre refermé à la vingtième page, il devient convaincu qu'il peut faire mieux ou tout au moins aussi bien. L'objectif : écrire un polar qu'il aurait plaisir à lire.
Le scénario lui demande plusieurs mois, et la rédaction du texte deux ans. Du travail, beaucoup de travail et des moments de solitude, mais du plaisir au final surtout concernant la partie historique, un sujet qui lui a toujours plu (il voulait retourner à la fac au début des années 2000 pour reprendre des cours et enseigner l'histoire). Puis, sur le conseil de deux amis, premiers lecteurs, c'est l'envoi aux maisons d'édition. Le Toucan est le premier à le contacter. Un contrat d'édition est alors signé, permettant au commissaire Delmas de la DRPJ de Versailles ainsi qu'à son équipe d'arriver sur les tables de librairie sous le titre du Premier appelé.
Le roman reçoit en 2012 le prix du polar de la ville de Montmorillon avec cette légère incertitude : est-ce le début d'une série ?



Présence à un festival :

2013 : Salon du livre policier de Lens

2012 : Festival du polar | Festival polar de Cognac | Noir sur la ville

Bibliographie*

Romancier :

* Bibliographie actuellement recensée sur le site



publicité

Pied de page