k-libre - auteur - Lawrence Block

Le jazz ! La vie ! Clarence avait raison. Fallait profiter du bonheur de vivre. Être présent à chaque instant. S'y plonger totalement. Brûler sa vie dans l'ivresse et la joie. Le reste valait que des clous.
Louis Atangana - Billie H.
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Le Corps et l'âme
Frank Elder a fait partie des forces de police. Il y a sept ans, il a sauvé in extremis sa fille qui avai...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 27 février

Contenu

Lawrence Block

MAJ jeudi 09 avril 2009
© D. R.

Biographie Lawrence Block


Naissance à Buffalo le 24 juin 1938.
Né en 1938 à Buffalo (État de New York), Lawrence Block fait ses études à Antioch College de Yellow Spring. Il débute sa carrière littéraire à la fin des années cinquante en écrivant, sous une quarantaine de pseudo, des romans érotiques et de la pulp fiction, comme son ami Donald Westlake. En 1960, il a même été le nègre de William Ard qui venait de mourir.
En 1957, il publie sa première nouvelle You Can't Loose sous son propre nom dans la prestigieuse revue Manhunt. C’est ainsi qu’il commence à travailler aux Éditions Scott Meredith.
Ses premiers polars, L'Étouffe-serviette et Y a qu'à se baisser (le second, traduit en 1962 à la Série noire sous ce titre, vient d’être réédité au Seuil sous le titre La Valise et la fille dans le recueil Mensonges en tout genre) sortent en 1961.
Il commence à être reconnu grâce au personnage d’Evan Tanner (en 1966, Le Voleur insomniaque), un espion qui a perdu le sommeil après avoir reçu un morceau d’obus pendant la guerre de Corée. Ne jamais dormir vous laisse un temps considérable pour vous adonner à toutes les activités les plus farfelues : Tanner parlent toutes les langues possibles et imaginables, écrit les thèses d’étudiants paresseux et soutient des causes politiques perdues, notamment celles des irrédentistes des quatre coins du monde. Sept opus (entre 1966 et 1970) suivent les aventures de l’espion que l’auteur met en "congélation" pendant vingt-huit ans jusqu’à La Longue Nuit du sans-sommeil (Tanner on Ice).
Un nouveau personnage, Chip Harrison, jeune assistant d’un détective agoraphobe, naît en 1970, dont les quatre titres sont signés sous le pseudonyme de... Chip Harrison.
En 1976 avec Les Péchés des pères, apparaît, pour notre plus grand bonheur, Matthew Scudder (Matt pour les copains), ex-flic, privé sans licence, alcoolique dont nous suivons l’évolution depuis trente-trois ans. Matt a vieilli, il ne boit plus, mais demeure toujours aussi new-yorkais, caustique et sympathique. C’est au sujet de son personnage que Block reprend le bon mot de Eubie Blake pour son centième anniversaire : "Si j’avais su que j’allais vivre aussi longtemps, j’aurais mieux pris soin de moi." Huit Millions de morts en sursis ou Huit Millions de façons de mourir, selon les aléas de la traduction, le cinquième opus des Matt obtient le Shamus Award du meilleur roman de l’année 1983 et offre à Lawrence Block succès et estime. Tous les livres ayant Scudder pour personnage ont été traduits sauf le quatrième A Stab in the Dark ; et nous lançons ici un appel solennel aux éditions du Seuil pour que justice, c’est-à-dire traduction, soit faite.
Bernie Rhodenbarr lui pointe le bout de son nez en 1977 avec Le Tueur du dessus. Bernie représente la face rieuse du Jedi. Libraire de jour, monte-en-l’air la nuit, c’est avec sa deuxième activité, qui l’entraîne dans des aventures plus rocambolesques les unes que les autres, qu’il gagne sa vie.
Enfin Keller arrive plus tardivement en 1998. Tueur à gages n’obéissant qu’à ses règles, il semblait ces derniers temps se lasser de tuer ! De toutes ces figures récurrentes, New York est le grand personnage qui traverse tous les textes de Block, ville dans laquelle il se sent "engagé" et à laquelle il retourne toujours en dépit de ses nombreux voyages. Et malgré les différents registres de ces textes, allant du plus noir avec Scudder au plus loufoque avec Tanner, l’humour semble être la marque de fabrique la plus tenace de son œuvre.
Auteurs de soixante-dix romans environ et de plus de cent nouvelles, Block est également criblé de prix, il a notamment été fait "Grand Maître du roman policier" par les Mystery Writers of America en 1994.
Vous pouvez retrouver Lawrence Block sur son site personnel et sur Facebook.


On en parle : Le Magazine littéraire - Hors-série17 (Dossier) | Polar - Rivages21 (Interview)

Bibliographie*

Romancier :

Nouvelliste :

Nouvelle :

Postfacier :

Actualité

  • 23/01 Édition: Parutions de la semaine - 23 janvier
  • 24/01 Édition: Parutions de la semaine - 24 janvier
  • 29/03 Édition: Parutions de la semaine - 29 mars
  • 09/03 Édition: Parutions de la semaine - 9 mars
  • 15/03 Édition: Un pépin chez Calmann-Lévy
  • 04/03 Édition: Parutions de la semaine - 4 mars
    Beaucoup de parutions, mais bien peu de livres sur lesquels s’extasier, du moins en grand format. Les éditions Rivages explorent de temps en temps le polar historique, et cette Budapest la noire, de Vilos Kondor est de toute beauté ; Christian Bourgois avec le surprenant Illustrado, de Miguel Syjuco, se penche sur les raisons de la mort d'un auteur dans l'eau de l'Hudson. Meurtre ou suicide ? Une multiplication rigoureuse de styles dans un récit à nombreuses voies à des époques différentes.
    Mais les ouvrages au format poche proposent une tout autre variante. Langue pour tous propose des nouvelles bilingues de Chandler et Bloch, La Tengo avec Fractale, de Marin Ledun, se lance dans les pièces de théâtre noires et les éditions Asphalte nous promettent de gravir le Golgotha, de Leonardo Oyola. Bref... Que du bonheur :

    Grand format :
    L'Homme de Kaboul, de Cédric Bannel (Robert Laffont)
    Le Voleur d'âmes, de Ann Benson (Le Cherche Midi, "Thriller")
    Entre deux verres, de Lawrence Block (Calmann-Lévy, "Robert Pépin présente")
    Les Gardiens de l'obscur, de Bernard Carlier (Le Toucan, "Toucan noir")
    Faute de preuves, de Harlan Coben (Belfond, "Noir")
    Havre des morts, de Patricia Cornwell (Les 2 Terres, "Best-seller")
    Enquêtes de Solar Pons, de August William Derleth (Les Moutons électriques, "Bibliothèque voltaïque")
    Les Suicidés, de Antonio Di Benedetto (José Corti, "Ibériques")
    Frontières mouvantes, de Knut Falbakken (Le Seuil, "Policiers")
    Le Tueur de l'ombre, de Claire Favan (Les Nouveaux auteurs, "Thriller")
    Budapest la noire, de Vilmos Kondor (Rivages, "Thriller")
    La Rivière perdue, de Michael Koryta (Calmann-Lévy, "Robert Pépin présente")
    Le Mouroir aux alouettes, de Virginie Lauby (Ex aequo, "Rouge")
    La Verticale du fou, de Fabio M. Mitchell (Ex aequo, "Rouge")
    Lune trompeuse, de Ben Pastor (Actes sud, "Actes noirs")
    La Dernière toile de Vincent Van Gogh, de Jean-Luc Piette (Confluences)
    Impact, de Douglas Preston (L'Archipel, "Les Maîtres du suspense")
    Bad boy, de Peter Robinson (Albin Michel, "Spécial suspense")
    Nephilim, de Asa Schwarz (Presses de la Cité, "Sang d'encre")
    Installation, de Bragi Steinar (Métailié, "Bibliothèque nordique")
    Illustrado, de Miguel Syjuco (Christian Bourgois, "Littérature étrangère")

    Poche :
    Les Aventures de Guilhem d'Ussel, chevalier troubadour. 3, Londres, 1200, de Jean d'Aillon (J'ai lu)
    À vous de tuer = To Kill Or Not To Kill, de Robert Bloch & Patrick Quentin (Langues pour tous, "Littérature")
    Les Ennuis, c'est mon problème = Trouble Is My Business, de Raymond Chandler (Langues pour tous, "Littérature")
    Sans laissr d'adresse, de Harla Coben (Pocket, "Thriller")
    Angle obscur, de Reed Farrel Coleman (Points, "Roman noir")
    Les Lieux sombres, de Gillian Flynn (LGF, "Thriller")
    La Poubelle pour aller danser, de Philippe Huet (Baleine, "Le Poulpe")
    Une mort esthétique, de Phyllis Dorothy James (LGF)
    Les Ombres silencieuses, de Mari Jungstedt (LGF, "Policier")
    Fractale, de Marin Ledun (La Tengo, "Pièces à conviction")
    Cadres noirs, de Pierre Lemaître (LGF, "Thriller")
    13 Heures, de Deon Meyer (Points, "Policiers")
    Golgotha, de Leonardo Oyola (Asphalte, "Fictions")
    La Valse des gueules cassées, de Guillaume Prévost (10-18, "Grands détectives")
    On ne peut pas tout avoir, de Ruth Rendell (LGF, "Policier")
    Filiation du crime, de Nora Roberts (J'ai lu)
    Toutes les couleurs des ténèbres, de Peter Robinson (LGF, "Policier")
    Le Destin du colporteur, de Kate Sedley (10-18, "Grands détectives")
    L'Enfant des cimetières, de Sire Cédric (Pocket, "Best")
    Loser, de Jason Starr (Rivages, "Noir")
    Des rats et des hommes, de Tito Topin (Rivages, "Noir")
    Liens : Les Lieux sombres |Cadres noirs |13 Heures |Golgotha |Toutes les couleurs des ténèbres |Entre deux verres |Budapest la noire |Londres 1200 |La Valse des gueules cassées |Jean d'Aillon |Robert Bloch |Patrick Quentin |Raymond Chandler |Knut Faldbakken |Claire Favan |Gillian Flynn |Michael Koryta |Marin Ledun |Pierre Lemaitre |Deon Meyer |Leonardo Oyola |Douglas Preston |Ruth Rendell |Peter Robinson |Kate Sedley | Sire Cédric |Jason Starr |Tito Topin |Phyllis Dorothy James

  • 27/07 Site Internet: Bibliographie de Donald E. Westlake
  • 21/05 Édition: Parutions de la semaine - 21 mai
  • 07/05 Édition: Parutions de la semaine - 7 mai
  • 06/12 Revue: Lawrence Block chroniqueur...
* Bibliographie actuellement recensée sur le site
le 25 mars 2009

L'écrivain en maraude

À des lecteurs de k-libre, je ne ferai pas l’insulte de présenter Lawrence Block ! Bien que je me désole toujours, eu égard à son œuvre considérable à tous les sens du mot, du peu d’écho ...

Pied de page