k-libre - auteur - Jack Schaefer

Si dix de ces femmes auraient été victimes de ce Barbe Bleue des temps modernes, c'est peu au regard de ce que révèlent les cahiers de Landru qui serait entré en relation avec... 283 femmes !
Renaud Thomazo - Les Grandes affaires criminelles
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Lovecraft Country
"Encore un machin lovecraftien", me suis-je dit in petto. Il est vrai que je suis un grand fan du maître ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 15 août

Contenu

Jack Schaefer

MAJ jeudi 16 août 2012
© D.R.

Biographie Jack Schaefer


Naissance à Cleveland le 19 novembre 1907.
Mort à Santa Fe le 24 janvier 1991.
Jack Schaefer est le fils d'un avocat élevé dans le culte de Lincoln. Féru de grec et de latin, après des études d'anglais à l'Oberlin College en 1929, il entre à l'université de Columbia où il met un terme à ses études de lettres afin de rejoindre l'United Press. Jack Schaefer a longtemps travaillé en tant que journaliste (il est également enseignant à la prison le soir). En 1945, il se lance dans la rédaction de Shane. Publié en 1949, le roman enthousiasme la critique qui parle de "chef d'œuvre" et en fait le modèle du "western" en littérature (bien que Schaefer n'ait jamais franchi le Mississippi). Adapté au cinéma en 1953, le film connait un énorme succès et fait découvrir le livre devenu depuis un classique. Jack Schaefer renonce alors au journalisme pour se consacrer au roman et à la nouvelle, puis à diverses compilations, anthologies et chroniques de l'Ouest. Et il découvre l'Ouest pour de bon : il s'installe dans une vieille maison à Santa Fe (Nouveau-Mexique), construite sur les ruines d'un cimetière indien. C'est là qu'il meurt d'un arrêt cardiaque auprès de sa seconde femme.


Bibliographie*

Romancier :

Scénario inspiré de son œuvre :

Actualité

  • 16/04 Cinéma: Westerns et charlatanisme
    Pour la deuxième semaine consécutive, l'Action Christine propose les mêmes projections dans ses deux salles. Entre Le Charlatan, de William Goulding, et trois westerns de légende, voilà une programmation qui allie film noir et héros vieillissants. Une manière comme une autre de côtoyer une certaine réalité cinématographique sans perdre de temps...

    Exclusivité : Le Charlatan, de Edmund Goulding
    "C'est George Jessel, le célèbre acteur de music-hall devenu producteur, qui fait acheter à la Fox les droits de l'étrange roman de William Lindsay-Gresham dont chacun des chapitres tient son titre d'une des vingt-deux lames du Tarot. Et c'est Tyrone Power qui, pour renouveler son image, tient à en interpréter le rôle principal à la consternation de Jessel lui-même et du grand patron Zanuck. Power réclame Goulding comme metteur en scène, lequel vient de le diriger l'année précédente dans un rôle original du Fil du rasoir, d'après Somerset Maugham. Grand directeur d'actrices (Garbo, Bette Davis) Goulding était lui-même un excentrique et un marginal. (Il lui arriva d'exiger qu'un tournage se déroulât entièrement de nuit sous le prétexte que les acteurs donneraient là le meilleur d'eux-mêmes). Il avait un penchant secret pour les personnages curieux, que le déroulement inégal et souvent académique de sa carrière l'empêcha de développer à fond. Mais il put donner sa mesure dans ce Charlatan qui présente un 'méchant' pas commes les autres : il s'agit avant tout d'un être fasciné par la chute, la déchéance, et la sienne en particulier, qu'il juge inévitable. Il n'est pas si expert à tromper les autres et à exploiter leur crédulité, particulièrement sur le plan spirituel, que parce qu'il est lui-même, bien qu'il s'en défende, perméable à la superstition. On ne sait s'il croit en Dieu, mais il croit au Destin, à la Providence, à la Fatalité, et surtout à leur puissance destructrice. Power est remarquable dans ce rôle, comme d'ailleurs dans tant d'autres où il avait déjà démontré l'extraordinaire variété de ses dons, et notamment cette tendance à l'ambiguité (L'Incendie de Chicago). L'adaptation du roman par Jules Furthman est dense, concise, d'un rythme excellent, pleine d'ellipses stimulant l'attention du spectateur, même si certains épisodes ne sont pas dénués d'artifice (le mariage forcé de Stan avec Molly). Servie par la magnifique photo de Lee Garmes, la mise en scène mobile, inquiétante, glaciale de Goulding explore les bas-fonds du show-business américain. Elle fait du personnage de Power un homme dans la foule (nombreux plans où on le voit circuler parmi elle comme un renard guettant sa proie) puis le transforme en homme au-dessus de la foule, car il y a aussi chez cet être complexe, un dangereux sentiment de supériorité et de surpuissance qu'il avait d'ailleurs clairement décelé en lui-même (cf. la première séquence où il énumère les raisons qui lui font aimer les métiers de la foire). Si la toute fin (rencontre avec Molly) prend des allures de happy end un peu lénifiant, le dénouement dans son ensemble - Carlisle devenant le 'geek' qui le fascinait au début - n'a rien de moralisant et obéit à la logique fatale qui a dominé, durant tout le film, l'intrigue et le personnage."
    Jacques Lourcelles, Dictionnaire du cinéma, Robert Laffont.

    Mercredi 17 avril :
    Le Charlatan (Nightmare Alley), de Edmund Gould (14 heures, 16 heures, 18 heures, 20 heures & 22 heures).
    Jeudi 18 avril :
    Le Charlatan (Nightmare Alley), de Edmund Gould (14 heures, 16 heures & 18 heures).
    Vendredi 19 avril :
    Le Charlatan (Nightmare Alley), de Edmund Gould (14 heures, 16 heures, 18 heures, 20 heures & 22 heures).
    Samedi 20 avril :
    Le Charlatan (Nightmare Alley), de Edmund Gould (14 heures, 16 heures, 18 heures, 20 heures & 22 heures).
    Dimanche 21 avril :
    Le Charlatan (Nightmare Alley), de Edmund Gould (14 heures, 16 heures, 18 heures, 20 heures & 22 heures).
    Lundi 22 avril :
    Le Charlatan (Nightmare Alley), de Edmund Gould (14 heures, 16 heures, 18 heures, 20 heures & 22 heures).
    Mardi 23 avril :
    Le Charlatan (Nightmare Alley), de Edmund Gould (14 heures, 16 heures & 18 heures).

    Festival : 3 westerns
    "El Dorado de Howard Hawks, Fureur apache de Robert Aldrich et L'Homme des vallées perdues de George Stevens. Séances de rattrapage pour voir ou revoir ces trois westerns immanquables ! "

    Mercredi 17 avril :
    El Dorado (El Dorado), de Howard Hawks (14 heures, 16 h 30, 19 heures & 21 h 30).
    Jeudi 18 avril :
    Fureur apache (Ulzana's Raid), de Robert Aldrich (14 heures, 16 heures, 18 heures 20 heures & 22 heures).
    Vendredi 19 avril :
    L'Homme des vallées perdues (Shane), de George Stevens (14 heures, 16 h 30, 19 heures & 21 h 30).
    Samedi 20 avril :
    Fureur apache (Ulzana's Raid), de Robert Aldrich (14 heures, 16 heures, 18 heures, 20 heures & 22 heures).
    Dimanche 21 avril :
    El Dorado (El Dorado), de Howard Hawks (14 heures, 16 h 30, 19 heures & 21 h 30).
    Lundi 22 avril :
    L'Homme des vallées perdues (Shane), de George Stevens (14 heures, 16 h 30, 19 heures & 21 h 30).
    Mardi 23 avril :
    Fureur apache (Ulzana's Raid), de Robert Aldrich (14 heures, 16 heures, 18 heures, 20 heures & 22 heures).

    * L'Action Christine
    4, rue Christine
    75006 Paris
    Tél; : 01.43.25.85.78
    contact@actioncinemas.com
    Liens : L'Homme des vallées perdues |L'Homme des vallées perdues |Fureur apache |Terreur apache |George Stevens |Robert Aldrich |William Riley Burnett

  • 09/04 Cinéma: Tyrone Power est Le Charlatan à L'Action Christine
  • 02/04 Cinéma: Shane & Lancaster : acte II
  • 27/03 Cinéma: Shane & Lancaster : acte I
* Bibliographie actuellement recensée sur le site



publicité

Pied de page