k-libre - auteur - Margery Allingham

Mener une enquête c'est comme fabriquer une auto. Il suffit d'assembler les pièces et on a l'auto. Ou le meurtrier.
Michael Curtiz - Le Roman de Mildred Pierce
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 16 septembre

Contenu

Margery Allingham

MAJ vendredi 19 octobre 2012

Biographie Margery Allingham


Naissance à Londres le 20 mai 1904.
Mort à Colchester le 30 juin 1966.
Margery Allingham, née dans le faubourg d'Ealing, est la fille aînée d'Emily et Herbert Allingham. Ils sont les auteurs prolifiques de romances d’aventures sentimentales. Son père est même propriétaire d'un magazine les publiant en partie. Quand les affaires marchent mal, la famille déménage un temps dans un petit village de l'Essex, région qui inspirera considérablement Margery dans l'écriture de ses futurs romans, puis retourne à Londres. Margery effectue sa scolarité dans un collège pour filles de Cambridge. Elle prend des cours de théâtre tout en souhaitant devenir écrivain.
Elle écrit son premier roman, Blackkerchief Dick en 1923.
Après la fin du conflit, elle fait du théâtre en amateur et fréquente des milieux bohèmes de Londres. C'est là qu'elle rencontre son futur époux, Philip Yougman-Carter, écrivain, peintre et rédacteur en chef du journal Tatler. Ils se marient en septembre 1927 et emménage dans un appartement d'Holborn Street où Philip conseille les essais littéraires de son épouse dont il réalise parfois les illustrations.
C’est avec Crime à Black Dudley que Margery s'impose, en 1929, comme une romancière policière. C'est dans ce roman qu’apparaît le personnage d'Albert Campion, qui sera le héros de toute une lignée d'autres romans très populaires. En 1931, Margery fait l'acquisition d'une maison au cœur du village de Tolleshunt d'Arcy dans l'Essex : d'Arcy House. Elle lui sera dorénavant toujours associée.
Elle signe, en 1941, The Oaken Heart une autobiographie. Elle a écrit deux pièces de théâtre, une pièce radiophonique et quelques romans sous le pseudonyme de Maxwell March. Elle a novellisé également des films pour un magazine populaire.
Margery écrit jusqu'à sa mort en rencontrant toujours un beau succès. Malheureusement, ses romans n'auront pas la chance d'être traduits à l'étranger comme ceux de ses consœurs les plus célèbres. Elle passe les dernières années de sa vie à souffrir d’une tumeur et des infidélités de son mari.


Bibliographie*

Romancier :

* Bibliographie actuellement recensée sur le site



publicité

Pied de page