k-libre - auteur - Franck Chevillard

Le cadavre surgit et le désordre suit au moment exact où chaque détail ménagé visait à ce qu'il n'y en eût point...
Jean-François Parot - Le Cadavre anglais
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 21 avril

Contenu

Franck Chevillard

MAJ jeudi 06 décembre 2012
© D. R.

Biographie Franck Chevillard


Naissance à Nancy le 13 juillet 1973.
Issu d'un milieu conservateur - son père gérant d'une entreprise de distribution de livres est le fils d'un colon d'Algérie et sa mère lorraine -, mais cependant sans préjugé sur le monde, Franck Chevillard a toujours été entouré de bons et mauvais livres sans pour autant les dévorer. Il ne veut pas lire, encore moins écrire, trop occupé qu'il est de son insouciance qui le conduit à une scolarité heureuse mais chaotique. Il aime cependant les mots et vers dix ans, il lit le dictionnaire comme un enfant qui pousse mal.
À quinze ans, il veut devenir journaliste. Il est d'ailleurs un moment pigiste sportif pour un journal local. S'il aime écrire sur rien (entre autres), il observe qu'il n'a pas de réel talent et force est de constater que sans réelle motivation, on n'arrive à rien (entre autres).
Franck Chevillard souhaite alors passer un bac technologique mais on lui fait très vite comprendre que seul un bac littéraire s'accommodera de son caractère dilettante. Il obtient de haute lutte ce bac littéraire, mais aussi une licence en Histoire de l'Art.
Après l'IUFM, il devient formateur pour jeunes adultes paumés. Depuis cinq ans, il est professeur de français et d'histoire-géographie dans un CFA.
Auparavant, Franck Chevillard tente de passer le concours pour devenir lieutenant de police, mais en pleine épreuve il se surprend à écrire des vers de mauvaise qualité. Ce jour-là, il prend conscience qu'il écrira peut-être mal mais qu'il écrira. Son passage en tant que formateur à Fleury-Mérogis est déterminant. Proche d'une mentalité nord-américaine où la littérature est vue comme un moyen et non comme une finalité, il commence à écrire pour tuer le temps dans un fast-food entre midi et deux en gardant à l'esprit cette phrase de Jean-Edern Hallier : "L'écrivain est le journaliste du peuple." 91700 Fleury-Mérogis, est un petit roman qui est tout sauf une intuition. Écrit dans cette veine, c'est un peu le reflet de la société française du début du XXIe siècle. C'est donc un travail très documenté dans la lignée de la "non-fiction narrative" auquel s'ajoutent des influences disparates qui vont des grands romans français du XIXe au haïkus japonais en passant par la peinture expressionniste allemande et les arts primitifs chinois.


Bibliographie*

Romancier :

* Bibliographie actuellement recensée sur le site



Pied de page