k-libre - auteur - Thomas Aden

C'est au bout de la rue que tout allait se jouer. Tout. Non seulement leur histoire, mais aussi celle du Moyen-Orient et, en cascade, du monde entier. Tout cela tenait maintenant à une main, un couteau de boucher et un homme qui courait à tout rompre dans une rue arabe.
Josef Ladik - Jéricho
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Lovecraft Country
"Encore un machin lovecraftien", me suis-je dit in petto. Il est vrai que je suis un grand fan du maître ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

vendredi 03 juillet

Contenu

Thomas Aden

MAJ mercredi 13 mars 2013
© D. R.

Biographie Thomas Aden


Naissance à Paris le 01 mai 1968.
Thomas Aden lit par hasard à quatorze ans un curieux livre intitulé Robot blues. S'il ne comprend pas grand-chose, le roman le marque au point qu'il lui trouver plus tard de curieuses ressemblances avec un film qui vient de sortir : Blade runner. Il découvre alors qu'il s'agit de la même histoire, adaptée du roman de Philip K. Dick, sorti en 1968 - il n'y a que d'heureux hasard. Il découvre également Sturgeon, Moorcock, Philip José Farmer, Norman Spinrad...
Après une scolarité à Vesoul, Thomas Aden entreprend des études d'informatique à Nancy. L'informatique en est quasiment à ses balbutiements et offre son lot de disquettes cinq pouces, et le Minitel est promis à un brillant avenir. Celui de Thomas Aden est dans une banque nancéenne où il est employé au service informatique. Il s'intéresse à l'art, réalise quelques affiches, regarde d'un œil bienveillant la naissance d'Internet, dévore les bandes dessinées de Moebius avant de lire de plus en plus de livres au point d'épouser une bibliothécaire avec qui il aura trois enfants, de s'installer dans le Béarn et de vivre de petits boulots.
En 2012, Thomas Aden se rappelle que son père à été gendarme, et se plonge dans l'écriture d'un roman policier. Ce sera Alarme en Béarn, aussitôt publié aux éditions Cairn. Amateur du genre, il rechigne à lire Agatha Christie, qu'il trouve ennuyeuse, et Georges Simenon qui le déprime. Il préfère San-Antonio pour la flamboyance de son style et David Lodge, qu'il considère comme un fabuleux technicien, mais ne rechigne pas devant un roman de Fred Vargas ou de Jeff Lindsay.



Présence à un festival :

2013 : Un aller-retour dans le noir

* Bibliographie actuellement recensée sur le site



publicité

Pied de page