k-libre - auteur - Henry Hathaway

Oui, nous étions amis, confirma Huston, mais cela fait des années que je ne l'ai vu.
Alberto Ongaro - Rumba
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

vendredi 19 juillet

Contenu

Henry Hathaway

MAJ lundi 08 avril 2013
© D. R.

Biographie Henry Hathaway


Naissance à Sacramento le 13 mars 1898.
Mort à Los Angeles le 11 février 1985.
De son vrai nom, marquis Henri Léonard de Fiennes, Henry Hathaway est le descendant d'une lignée aristocratique belge par sa mère, la marquise d'origine hongroise Lillie de Fiennes. Son père est acteur et manager pour le théâtre. Il a à peine dix ans, qu'il tourne déjà dans un film pour jouer le rôle d'un enfant. Une première immersion dans le milieu cinématographique qui trouve très vite suite dans la multiplication de différents métiers dans les studios.

Excellent technicien, il travaille sur des films muets dirigés par Victor Fleming et Josef von Sternberg et, avec eux, effectue la transition vers le film parlant. C'est en 1932 qu'il réalise son premier film, un western - le genre marquera sa carrière -, Heritage of the Desert, avec Randolph Scott à qui il offre le premier rôle principal. Passionné par l'histoire de la colonisation du Grand Ouest américain (il faudra attendre 1962 pour qu'il tourne avec John Ford et George Marshall La Conquête de l'Ouest, une vaste fresque historique au casting impressionnant), Henry Hathaway se lance cependant également dans les grands films d'aventure hollywoodiens. Avec Les Trois Lanciers du Bengale avec Gary Cooper, il multiplie les nominations aux Academy Award. Il obtient celui du meilleur réalisateur.

Les années 1940 marquent le début de son immersion dans le film noir. Il atteindra des sommets en 1953 avec Marylin Monroe comme brillante interprète dans Niagara. La fin de sa carrière, marquée par ses nombreuses collaborations avec John Wayne avec comme apogée un Oscar du meilleur acteur dans Cent dollars pour un shérif, adaptation cinématographique de True Grit , de Charles Portis .

Tyrannique en studio, considéré comme un yesman, un réalisateur qui dit "oui" à ce que demandent les studios, Henry Hathaway n'échappe pas au film de guerre. En 1951, il réalise ainsi Le Renard du désert avec James Mason pour endosser le rôle du maréchal Rommel. En 1974, Henry Hathaway tourne son soixante-cinquième et ultime film, Hangup avant de s'éteindre neuf ans plus tard d'une crise cardiaque.


Bibliographie*

Réalisateur :

Actualité

  • 03/12 Cinéma: John Ford immense à la Cinémathèque
  • 25/11 Cinéma: Le Parrain, du 35 mm et du Mexicain
    Le cinéma peut-être plus que la littérature est transgenre, et cette semaine à L'Action Christine* devrait suffire à convaincre les plus sceptiques. Et pourtant, elle commence de la plus sanguinolente des manières avec les deux premières parties du Parrain, de Francis Ford Coppola, présentées toute une pleine semaine avec un jour sur deux la possibilité de les voir à la suite. La suite, parlons-en ! Elle est en 35 mm. Les films présentés ne sont pas tous noirs, bien au contraire, même si l'on se doit de pointer du doigt le film de Josef Von Sternberg, Agent X27. Enfin, histoire de conclure une semaine riche en projections de tous horizons, notons sept films documentaires mexicains. Lorsque l'on sait la violence de la société, l'on imagine très bien qu'il y a au cœur du festival Viseur nombre de films aux thématiques noires et sociales.
    Bonnes projections !

    Exclusivité : version restaurée numérique Le Parrain I & II, de Francis Ford Coppola
    "Le Parrain est un film inusable. Quel que soit l'âge où on l'a découvert, ou le nombre de visions que l'on s'est accordé, le chef d'œuvre de Coppola ne perd jamais de son mystère et de sa fascination. Que l'on évoque la diction de Marlon Brando, transformé pour son rôle, le jeu tourmenté d'Al Pacino, la fougue de James Caan, les noms exotiques devenus légendaires de Corleone, Clemenza, Sollozzo ou Tattaglia, tout un imaginaire fait de souvenirs plus ou moins précis s'ouvre à nous. Mais comment parler d'un tel mythe aujourd'hui ? En y voyant tout simplement, au-delà de la maestria cinématographique à raison tant vantée, l'histoire universelle d'un individu ordinaire, pris au piège du milieu et d'une société dans lesquels il évolue et auxquels il ne pourra jamais échapper."
    Ophélie Wiel, Critikat (2013)

    Mercredi 27 novembre :
    Le Parrain, première partie, (The Godfather I), de Francis Ford Coppola (14 heures & 17 h 10).
    Le Parrain, deuxième partie, (The Godfather II), de Francis Ford Coppola (20 h 15).
    Jeudi 28 novembre :
    Le Parrain, deuxième partie, (The Godfather II), de Francis Ford Coppola (14 heures).
    Le Parrain, première partie, (The Godfather I), de Francis Ford Coppola (17 h 35 & 20 h 40).
    Vendredi 29 novembre :
    Le Parrain, première partie, (The Godfather I), de Francis Ford Coppola (14 heures & 17 h 10).
    Le Parrain, deuxième partie, (The Godfather II), de Francis Ford Coppola (20 h 15).
    Samedi 30 novembre :
    Le Parrain, deuxième partie, (The Godfather II), de Francis Ford Coppola (14 heures).
    Le Parrain, première partie, (The Godfather I), de Francis Ford Coppola (17 h 35 & 20 h 40).
    Dimanche 1er décembre :
    Le Parrain, première partie, (The Godfather I), de Francis Ford Coppola (14 heures & 17 h 10).
    Le Parrain, deuxième partie, (The Godfather II), de Francis Ford Coppola (20 h 15).
    Lundi 2 décembre :
    Le Parrain, deuxième partie, (The Godfather II), de Francis Ford Coppola (14 heures).
    Le Parrain, première partie, (The Godfather I), de Francis Ford Coppola (17 h 35 & 20 h 40).
    Mardi 3 décembre :
    Le Parrain, première partie, (The Godfather I), de Francis Ford Coppola (14 heures & 17 h 10).


    Festival 1 : Plaisir de cinéma en 35 mm
    L'évolution de la technique cinématographique nous a obligés à nous équiper pour la projection numérique. Mais nous avons voulu garder la possibilité de projeter des copies sur pellicule 35 mm, afin de continuer à montrer des films qui ne seront pas numérisés avant longtemps. Notre nouvelle installation, conçue par CINÉMATÉRIEL PARIS, nous permet cette alternance. Voici un programme qui justifie ce choix.

    Mercredi 27 novembre :
    Un mariage à Boston (The Late George Apley), de Joseph L. Mankiewicz (14 heures, 16 heures & 18 heures).
    Jeudi 28 novembre :
    Agent X27 (Dishonored), de Josef Von Sternberg (14 heures, 16 heures & 18 heures).
    Vendredi 29 novembre :
    La Femme sur la plage (The Woman on the Beach), de Jean Renoir (14 heures, 16 heures & 18 heures).
    Samedi 30 novembre :
    Il était une fois (A Woman's Face), de George Cukor (14 heures, 16 heures & 18 heures).
    Dimanche 1er décembre :
    La Folle ingénue (Cluny Brown), de Ernst Lubitsch (14 heures, 16 heures & 18 heures).
    Lundi 2 décembre :
    La Brune brûlante (Rally 'Round the Flag, Boys!), de Leo McCarey (14 heures, 16 heures & 18 heures).
    Mardi 3 décembre :
    L'Impasse tragique (The Dark Corner), de Henry Hathaway (14 heures, 16 heures & 18 heures).

    Festival 2 : cinéma documentaire mexicain
    "Viseur est un festival de cinéma documentaire contemporain mexicain qui propose une sélection de longs métrages documentaires à travers lesquels le public peut découvrir la créativité des réalisateurs mexicains.
    En 2012 l'IMCINE (Institut Mexicain de la cinématographie) a produit ou coproduit environ soixante-dix-sept longs métrages de fiction et trente-huit longs métrages documentaires au Mexique ; sans compter les productions indépendantes. Aujourd'hui, de nombreux films de fiction des prestigieux cinéastes mexicains, comme parmi eux Reygadas, Inarritu, Cuaron ou Escalante, sont distribués en France. La richesse du cinéma documentaire mexicain mérite à son tour d'être partagée.
    C'est l'objectif de Viseur de permettre au public français, latino-américain, aux résidents mexicains en France et au public hispanophile de découvrir le talent des documentaristes mexicains."

    Mercredi 27 novembre :
    Canícula (Canícula), de José Alvarez (20 h 30 suivi d'un débat).
    Jeudi 28 novembre :
    La Revolución de los Alcatraces (La Revolución de los Alcatraces), de Luciano Kaplan (20 h 30 suivi d'un débat).
    Vendredi 29 novembre :
    Los Otros Californios (Los Otros Californios), de César Talamantes (20 h 30 suivi d'un débat).
    Samedi 30 novembre :
    Visa al paraíso (Visa al paraíso), de Lilian Liberman (20 h 30 suivi d'un débat).
    Dimanche 1er décembre :
    Palabras mágicas. Para romper un encantamiento (Palabras mágicas. Para romper un encantamiento), de Mercedes Moncada (20 h 30 suivi d'un débat).
    Lundi 2 décembre :
    El Árbol olvidado (El Árbol olvidado), de Luis Rincón (20 h 30 suivi d'un débat).
    Mardi 3 décembre :
    El General (El General), de Natalia Almada (20 h 30 suivi d'un débat).

    * L'Action Christine
    4, rue Christine
    75006 Paris
    Tél. : 01.43.25.85.78
    contact@actioncinemas.com
    Liens : Josef von Sternberg |Ernst Lubitsch

  • 26/08 Cinéma: Festival polar action-cristolien - acte II
  • 25/06 Cinéma: Vincente Minelli & Film noir
  • 27/02 Cinéma: Howard Hawks & Henry Hathaway
* Bibliographie actuellement recensée sur le site



publicité

Pied de page