k-libre - auteur - Mario Caiano

Cela faisait trois mois qu'il suivait avec attention les gros titres de Cleveland, et il ne pouvait s'empêcher de se demander comment ce meurtre serait traité par la presse de L.A. Peut-être qu'il commencerait enfin à avoir la reconnaissance qu'il méritait. Et un surnom digne de lui.
Jon Osborne - Top class killer
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 22 avril

Contenu

Mario Caiano

MAJ jeudi 09 mai 2013
© D. R.

Biographie Mario Caiano


Naissance à Rome le 13 février 1933.
Mario Caiano est le fils du réalisateur et producteur Carlo Caiano. Il côtoie donc dès son plus jeune âge le monde du cinéma. Après le lycée, il s'inscrit à l'université sous le pseudonyme de Mariano Cajano et il mène de front ses études de philologie avec son apprentissage du travail du cinéma comme assistant-réalisateur et occasionnellement comme scénariste pour Sergio Grieco, Fernando Cerchio, Carlo Ludovico Bragaglia, Vittorio Sala, Riccardo Freda, Edgar G. Ulmer et Camillo Mastrocinque pour autant de films des années 1950. S'il débute derrière la caméra en 1961 avec Ulysse contre Hercule, énième film du genre légende et mythologie, c'est en 1963 qu'il codirige avec Ricardo Blasco Duel au Texas, considéré comme le premier western spaghetti. Après cela, il fait des films dans quasiment tous les genres de l'horreur gothique au thriller psychologique en passant par le giallo. Après l'abandon du western en 1970, Mario Caiano commence à travailler pour la Rai. Il scénarise et réalise différents programmes télévisés comme la série à succès "A qui Giallo sera". Auteurs de documentaires - il a pris pour sujet notamment le Dalaï Lama -, il participa en 1977 à la réalisation du film érotico-nazi La Svastika nel ventre, qui ne restera pas au panthéon du film même porno soft. Il a réalisé par la suite un film grivois I racconti di Viterbury - Le più allegre storie del '300 sous le pseudonyme - il faut bien un peu de pudeur ! - d'Edoardo Roi, du nom du saint du jour où il a signé le contrat de réalisation... Son dernier film, Io ti salverò, date de 2001.


Bibliographie*

Réalisateur :

* Bibliographie actuellement recensée sur le site



Pied de page