k-libre - auteur - Claude Charles

Une fille beaucoup trop jeune, une adolescente, déchirée, est poussée sur un brancard à dix kilomètres-heure dans un couloir vivement éclairé. Coupures au visage, lacérations, cheveux noirs en bataille pleins de sang. Il est trop tôt, trop tôt.
Gardner McKay - Toyer
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

vendredi 23 août

Contenu

Claude Charles

MAJ jeudi 22 août 2013
© D. R.

Biographie Claude Charles


Naissance à Sainte-Savine le 11 avril 1942.
Originaire d'une petite ville endormie jouxtant Troyes dans l'Aube, né sous l'occupation nazie, en pleine Seconde Guerre mondiale, Claude Charles est le huitième enfant d'une famille d'ouvriers très modestes qui tirent alors le diable par la queue. Les images qu'ils garde de cette époque datent d'après la libération : un char calciné sur le bord d'une route, le quartier de la gare à Troyes dévasté par les bombardements alliés, les fils téléphoniques jaunes et noirs des Allemands accrochés aux poteaux électriques.
Sa petite enfance est dominée par la pauvreté des dures années d'après-guerre dans une maisonnette de quatre pièces sans salle de bains où sont entassées dix personnes. Claude Charles ne mange pas tous les jours à sa faim, et sa mère maitrise parfaitement l'art du recyclage des vêtements pendant que son père excelle dans celui du ressemelage des galoches avec des semelles découpées dans le bois des caisses de munitions américaines.
Les interdictions multiples de sa mère qui régente la famille sont bien établies : ne pas jouer avec les gosses X parce que leurs parents sont d'anciens collabos ou des communistes, ni avec les gosses Y parce qu'ils sont sales ou mal élevés ou allemands ou polonais...
Il fréquente l'école primaire et subit le mépris affiché des instits pour les gosses de pauvres dont l'avenir leur semble tout tracé - dès quatorze ans ils iront travailler dans les usines de bonneterie de Troyes, avec ou sans certificat d'étude et sans qualification. C'est ainsi que premier de sa classe en CE2, il n'est présenté à l'examen d'entrée en 6e de collège que grâce à l'intervention de la sœur d'un de ses camarades de classe. Et c'est un sentiment de revanche qui l'anime quand il sort deuxième au classement de l'examen.
S'ensuivent de bonnes années au collège : son professeur de math-physique-chimie-volley lui fait aimer apprendre, celui d'allemand lui fait apprécier cette langue, et celle de français, dont il est à l'époque très amoureux et qui quand il dépasse les bornes l'emmène chez le directeur pour y prendre une bonne paire de gifles pendant qu'elle se lave les mains dans un petit lavabo situé dans le bureau, oublie régulièrement les fleurs qu'il lui apporte sur son bureau à la fin du cours. Au contraire, les années de lycées sont assez mauvaises et l'ennuient profondément. Claude Charles n'aime aucun professeur, il sabote ses études, rate son bac et quitte le lycée.
Il entre dans la vie professionnelle un peu par hasard après avoir postulé pour un job de vacances dans une base américaine à Orléans. Il passe des tests, et reçoit sa lettre d'engagement... à la fin des vacances et pour un poste permanent de mécanographe. Il décide alors d'arrêter ses études et d'y aller, sans savoir ce qu'est la mécanographie, sans parler l'anglais. Il a dix-sept ans.
Un an plus tard il fait un stage de programmeur sur ordinateur chez IBM. Sorti premier d'une classe de trente personnes qui ont quasiment toutes le double de son âge, il débute une carrière d'informaticien dans l'US Army, puis à L'Express jusqu'à la fin des années 1970. Il s'oriente vers le marketing et devient un spécialiste des abonnements pour la presse (tous les grands hebdos) et pour la télé (Canal +), puis de la fidélisation des clients dans la grande distribution (Groupe Carrefour). Il met progressivement fin à sa carrière professionnelle à partir des années 2000, après avoir eu la chance de participer au lancement de Canal +, de la formule "news" de L'Express, de la formule "news culturel" de Télérama, et des cartes de fidélité.
L'écriture a toujours été présente dans sa vie. Il commence à écrire un premier roman vers seize ans sur une antique machine à écrire Underwood donnée par son frère. Pour l'occasion, il achète une ramette de papier et une pipe, qu'il tête comme un vrai écrivain. Il pond plus d'une vingtaine de projets de romans sans jamais passer à l'acte. Ce n'est que vers la cinquantaine qu'il se met sérieusement à écrire. Plusieurs romans complets mais non édités d'abord et puis, un jour, un bouquin qu'il a envie de faire lire, et qu'il cherche à publier : Embellie.
L'écriture est aujourd'hui pour lui une activité devenue quotidienne, avec beaucoup de plaisirs - celui d'inventer une histoire, des personnages, et celui d'écrire, de travailler le texte.


Bibliographie*

Romancier :

* Bibliographie actuellement recensée sur le site



publicité

Pied de page