k-libre - auteur - Arthur Hiller

Alors, je résolus de devenir le fléau de l'humanité pour réaliser ma grande idée, celle que je lègue à tous mes frères abreuvés d'injustices : le suicide par la guillotine.
Michaël Mention - La Voix secrète
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Tempête qui vient
Le titre de ce nouveau roman de James Ellroy, par ailleurs deuxième volet du "Second quatuor de Los Angel...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 23 novembre

Contenu

Arthur Hiller

MAJ lundi 05 août 2013
© D. R.

Biographie Arthur Hiller


Naissance à Edmonton le 22 novembre 1923.
Né de parents juifs émigrés de Pologne en 1912, Arthur Hiller est le benjamin d'une fratrie qui comporte deux sœurs bien plus âgées que lui, puisque elles ont respectivement treize et onze ans de plus que lui. À Edmonton, son père tient un magasin d'occasion d'instruments de musique. Arthur Hiller ne cessera de se rappeler que sur le chemin du retour de l'école, les Noirs le traitent comme un roi parce qu'ils adorent son père qui les considère comme n'importe quels musiciens quand ils viennent à son magasin.
Ses parents ne sont pas riches, et ne sont pas non plus des acteurs professionnels de théâtre, mais cela ne les empêche pas de monter une à deux fois par an une pièce juive pour leur communauté, principalement pour ne pas occulter leur héritage. À l'âge de sept ans, Arthur Hiller aide à la décoration du théâtre Yiddich, à l'âge de onze ans, il est comédien dans ce même théâtre. Il aime la musique, le théâtre et la littérature, et se dit qu'il sera réalisateur pour le cinéma.
Après l'obtention d'un Master de psychologie, il rejoint la Royal Canadian Air Force en qualité de navigateur à bord de bombardiers qui survolent l'Europe. De retour à la vie civile, il obtient en 1947 un Bachelor of Arts à l'université de Toronto. À la création d'Israël, avec la première guerre contre les nations arabes qui s'ensuit, il se porte volontaire à plusieurs reprises, mais on lui rétorque que puisqu'il est marié, il ne peut s'engager.
Il occupe un poste à la direction de la radio canadienne à la fin des années 1940. Quand la télévision devient un média dominant au début des années 1950, il devient réalisateur pour des programmes de la télévision canadienne. NBC, lui propose alors de réaliser des épisodes de séries comme Alfred Hitchcock Presents, Gunsmoke, Naked City, Perry Mason, L'Homme à la carabine...
C'est en 1957 qu'il dirige avec The Careless Year son premier film cinématographique, un mélodrame qui met aux prises deux adolescents issus de deux classes sociales différentes qui tombent amoureux et décident de se marier, et qui inaugure une carrière prolifique.
Ses premiers films montrent sa grande polyvalence. Avec Les Jeux de l'amour et de la guerre, il s'installe comme un réalisateur remarqué et obtient deux nominations aux Academy Awards pour ce qui s'avère être une comédie satyrique contre la guerre avec James Garner et Julie Andrews. S'engageant dans la comédie, il tourne successivement Promise Her Anything avec Warren Beatty puis Les Plaisirs de Pénélope avec Nathalie Wood avant de réaliser Tobrouk, commando pour l'enfer, véritable film de guerre avec Rock Hudson et George Peppard.
Pour la télévision, il dirige quelques épisodes de La Famille Addams en 1966. En 1967, il revient à la comédie avec The Tiger Makes Out, avec Eli Wallach, un film qui marque les débuts de Dustin Hoffman.
Mais c'est en 1970 avec Love Story, qu'il réalise son film le plus marquant. Il propose à Ryan O'Neal et à Ali MacGraw deux rôles pour une tragédie romantique sur fond de maladie mortelle, et est nommé pour sept Academy Awards.
Avec Transamerica Express, il offre à Gene Wilder un rôle hallucinant pour un huis clos ferroviaire que l'acteur ne cesse de quitter. Il croise d'ailleurs la route de Richard Pryor, un comédien noir qu'il retrouve en 1989 dans Pas nous, pas nous, comédie burlesque d'Arthur Hiller dans laquelle les deux hommes sont témoins d'un meurtre. Seul petit souci, le premier est aveugle et le second sourd...
Au long d'une carrière de réalisateur prolifique, il dirige également Peter Falk et Al Pacino. On lui doit alors une nouvelle carrière... d'acteur. On le voit notamment dans Le Flic de Berverly Hills 3. Mais cette partie de sa filmographie est construite essentiellement sur des apparitions.
Arthur Hiller est président de la Directors Guild of America de 1989 à 1993 et de l'Academy of Motion Picture Arts and Sciences de 1993 à 1997.
Il a également été nommé officier de l'Ordre du Canada en 2007.


Bibliographie*

Réalisateur :

* Bibliographie actuellement recensée sur le site



publicité

Pied de page