k-libre - auteur - Raphaëlle Thonont

Comme le cavalier se ramasse face à l'obstacle, Nicolas entendit se réserver un moment de rémission avant que l'action ne s'empare de lui.
Jean-François Parot - Le Crime de l'hôtel Saint-Florentin
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 24 octobre

Contenu

Raphaëlle Thonont

MAJ mercredi 25 septembre 2013
© D. R.

Biographie Raphaëlle Thonont


Naissance à Poitiers le 05 juin 1972.
Une enfance, provinciale, dans une maison sans télévision et remplie de livres, a fait de Raphaëlle Thonont une lectrice précoce. Elle enchaîne les passions dévorantes : "Le Club des Cinq", la mythologie, les dinosaures, Jules Verne, Conan Doyle, Jean Ray (Harry Dickson), Gaston Leroux, Homère, Maupassant etc.
Après une enfance interminable, a débuté une adolescence sans horizon, où elle continue à lire, et à moins dormir, grâce à Stephen King, Lovecraft, Edgar Allan Poe ou Philipp K. Dick. Elle en profite également pour écrire des nouvelles et des poèmes torturés, qu'apprécient quelques copines ou copains tout aussi dépressifs qu'elle.
Ses études universitaires - histoire de l'art et d'archéologie - la plongent dans des lectures techniques et historiques ; elle consacre son mémoire aux Celtes et à leurs rituels votifs. Pendant une dizaine d'années, elle travaille dans un atelier de restaurations d'œuvres d'art, et renoue avec quelques écrivains japonais : Mishima, Kawabata, Kenzaburo Oé... que sa mère lui a fait découvrir quand elle était adolescente. Elle en apprécie les images ténues et fragiles, servies par un style épuré. Les Belles endormies demeure l'un de ses livres cultes. Dans le même temps, elle redécouvre Henry Miller, lu trop jeune même si c'est grâce à lui qu'elle avait abordé la littérature américaine. Elle retrouve Burroughs et relit Kerouac -un vieux souvenir de lycée -, et Carver. Après avoir lu Walden, elle rencontre Harrison, Brautigan, O'Brien... Son goût pour le nature writing date de cette période.
Il y a sept ans, elle décide de s'occuper de la carrière d'un artiste peintre, Arthur Djoroukhian, qui est aussi son compagnon. L'art est au centre de sa vie professionnelle et personnelle. Depuis longtemps, elle porte l'idée d'écrire un roman dont l'art serait un personnage à part entière. Il y a trois ans, elle écrit un premier roman (non publié), une satire sociale dans le milieu de la musique. Une des maisons d'édition qui l'a refusé, lui envoie un retour critique consistant et étayé, qui la guide pour écrire L'Art des liens.


Bibliographie*

Romancier :

* Bibliographie actuellement recensée sur le site



publicité

Pied de page