k-libre - auteur - Michel Amelin

Si j'avais les couilles pour butter quelqu'un, je serais sûrement déjà en train de bouffer les pissenlits par la racine.
Richard Price - Frères de sang
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Sang chaud
Voilà un étonnant roman de gangsters à la sauce coréenne. L'action se déroule à Guam, un quartier por...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 23 janvier

Contenu

Michel Amelin

MAJ mardi 08 décembre 2009
© D. R.

Biographie Michel Amelin


Naissance à Philippeville le 20 novembre 1955.
Michel Amelin est professeur des écoles dans le Maine-et-Loire et habite la Loire-Atlantique. Parallèlement à son métier, il a mené une carrière parallèle de chroniqueur sur le roman policier (Enigmatika, Almanachs du Crime de Michel Lebrun, 813, La Tête en Noir) et auteur pour la jeunesse (près de soixante-dix textes parus chez Bayard, Pocket, Lito, Nathan, Rageot, Milan etc.). Il poursuit désormais son travail sur la fiction et sur la réalité en réalisant des installations sous boîtes vitrées à partir de photographies et objets divers. Avec ses "Boîtes judiciaires", c'est une voie entre le mot et l’image, sur le dit et le non-dit, sur le secret de famille et surtout sur l’interprétation qui est mise en scène. L'essence même du roman policier ! Cinquante-cinq de ses "Boîtes judiciaires" ont été exposées à la Bilipo (Bibliothèque des Littératures Policières) de Paris de juin à octobre 2009 sous le titre générique "L’Affaire est close".


Comité de rédaction : La Tête en noir128, 132, 136, 137, 141, 142, 143, 144, 145, 146, 147, 148, 149, 150, 151, 152, 156, 157, 158, 159, 163 & 167 | La Tête en rose15 & 16

Actualité

  • 18/01 Exposition: Le Plan d'une vie de Michel Amelin (49)
  • 12/06 Exposition: Crimes en boîtes à Varades (44)
    Du 20 au 28 juin la Maison Bonchamps (61, rue La Basse-Meilleraie, 44370 Varades) expose les œuvres de Michel Amelin. Ses fameuses "boîtes judiciaires", bien sûr - des boîtes de bois vitrées, dans lesquelles il a disposé de menus objets, des fragments de papier, des photographies, voire de petites poignées de terre... autant d'éléments d'une narration visuelle que, d'ailleurs, il transcrit, à travers un titre développé en une courte légende - mais aussi des "photographies peintes" qui, sous une forme différentes, expriment la même recherche autour des "indices", des traces, des histoires que l'on (re)construit avec. Au cœur de cette recherche, une interrogation sur la photographie et son rapport avec la réalité - la reproduit-elle ou bien la subvertit-elle ?
    Michel Amelin, lui, en plasticien-narrateur de talent, glane ces indices puis les recompose au gré de son inspiration en autant d'historiettes plastiques, où le souci esthétique sert une narration ouverte, à peine amorcée par titres et légendes.
    Il n'y a hélas que fort peu de temps pour voir l'exposition : la Maison Bonchamps n'est ouverte que le samedi et le dimanche, de 15 heures à 19 heures. Ce qui, sur une durée annoncée de huit jours ne laisse au bas mot que quatre après-midi de quatre heures chacune pour admirer les œuvres de Michel Amelin. De toutes petites fenêtres, pour des boîtes elles-mêmes voulues comme des "vide-fonds-de-tiroir", des réceptacles à secrets - bref, des espaces gigognes un peu labyrinthiques, comme le sont souvent les... cadres romanesques des polars, ou encore les tréfonds où se cachent ces secrets pousse-au-crime. Mises en abyme/mises en boîtes...

    L'auteur a créé un site où l'on peut voir, et lire, toutes ses boîtes. La n°Â 16, L'Affaire Alvarez , m'a particulièrement plu, aussi me suis-je permis d'utiliser la photo qu'en publie Michel Amelin pour donner une image à cette dépêche. Et j'en reproduis ci-après la légende :
    "Jaloux d'une relation avec un autre danseur, il découpe sa maîtresse et la cache dans son jardin.
    Ces têtes de mannequins de coiffure aux cheveux véritables sont idéales pour les histoires de cadavres coupés en morceaux. Sur le haut du crâne, quand les mèches s'écartent, on croit voir une véritable peau. C'est assez saisissant" (Michel Amelin, boîte judiciaire n°Â 16 : L'Affaire Alvarez).

  • 16/05 Édition: Parutions de la semaine - 16 mai
  • 26/04 Édition: Michel Amelin en numérique
  • 08/10 Exposition: Les boîtes judiciaires
  • 23/07 Colloque-conférence: Convention policière à Angers en 2013
  • 26/07 Revue: La Tête en noir fait appel à un chirurgien
  • 10/12 Salon: Michel Amelin met en boîtes les affaires judiciaires
* Bibliographie actuellement recensée sur le site



publicité

Pied de page