k-libre - auteur - Olivier Kourilsky

- Que n'y ai-je pensé plus tôt ! Ah, quel vieil imbécile ! Pas d'oligurie ! Aucun des trois ![...] Le mire avait alors expliqué à l'exécuteur des hautes œuvres que l'oligurie désignait une importante raréfaction des urines émises, signe d'une intoxication aiguë au plomb.
Andrea H. Japp - Le Tour d'abandon
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 17 juin

Contenu

Olivier Kourilsky

MAJ mardi 23 novembre 2010
© D. R.

Biographie Olivier Kourilsky


Naissance le 01 avril 1945.
Olivier Kourilsky est né un premier avril, et c'est peut-être la raison pour laquelle il n'a jamais su se prendre vraiment au sérieux, cultivant volontiers l'humour et l'autodérision, ce qui ne l'empêche pas de défendre ses convictions avec une grande ténacité lorsque le besoin s'en fait sentir ! Dernier né d'une fratrie de six enfants, il est médecin néphrologue et a été chef du service de néphrologie-dialyse dans un hôpital francilien de 1982 à 2009.
Passionné de musique classique et de cinéma, le "docteur K" ne s'est lancé dans l'écriture qu'après la cinquantaine.
Le roman policier l'a depuis très longtemps intéressé. La médecine ne présente-t-elle pas de nombreux points communs avec une enquête policière ? L'écriture est aussi pour lui l'occasion de témoigner de certaines choses vécues ou d'exprimer des opinions qui lui tiennent à cœur. Il a en effet commencé sa médecine avant la loi sur l'interruption de grossesse en 1975 et l'abolition de la peine de mort en 1981, période maintenant oubliée de beaucoup qui considèrent ces avancées comme des acquis naturels.
Ses romans se déroulent donc essentiellement dans le milieu médical hospitalier, à des périodes diverses. Le premier, Meurtre à la morgue, met en scène le Paris des années 1960, à l'époque où les étudiants en médecine hantaient le Quartier latin. Le deuxième, Meurtre avec prémédication, se déplace en Bretagne dans les années 1970, près de Dinard (Saint-Briac-sur-Mer), région qu'il connaît très bien pour y avoir passé des vacances depuis l'âge de cinq ans. Le troisième, Meurtre pour de bonnes raisons, renoue avec la tradition hospitalière, et met en scène un héros féminin, en 1996, avec la guerre d'Algérie en toile de fond. Il a été récompensé par le prix Littré 2010.
Ses romans mettent en scène des personnages imaginaires, mais sont parsemés de souvenirs médicaux réels, ce qui leur donne une épaisseur humaine et une authenticité palpables, dont l'humour n'est jamais exclu.
On retrouve plusieurs personnages communs à ces trois ouvrages qui confèrent à cette "trilogie" une unité plaisante. L'intrigue diabolique de son dernier polar, Homicide par précaution, a pour cadre le milieu de l'industrie de la dialyse, à l'époque contemporaine.



Présence à un festival :

2015 : Salon du livre policier de Lens | Salon du polar de Franqueville-Saint-Pierre "Sang pour sang polar" | Salon métropolitain du polar de Templemars

2014 : Coup de polar(s) | Le Salon du Livre de Vacances

2013 : Salon du livre policier de Lens | Salon métropolitain du polar de Templemars

2012 : La Ferté sous polar

2010 : Salon du polar de Montigny-lès-Cormeilles

Bibliographie*

Romancier :

* Bibliographie actuellement recensée sur le site

On peut être un éminent néphrologue, unanimement reconnu par la profession, et être amateur de romans policiers. Les deux ne sont pas incompatibles comme le démontre avec talent le Dr Olivier Kou...

Pied de page