Dépêche | Marginalia et la part "Polar"

La personne qui se tenait là était un de ces petits types natifs de Brooklyn dont on aurait dit qu'il aurait rétréci de moitié au lavage, de ceux qui font tordre l'aiguille lorsqu'un médecin tente de leur faire une piqûre.
Hesh Kestin - Mon parrain de Brooklyn
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Frontière
Depuis les années 1970, l'Amérique mène la guerre contre la drogue. Elle l'a perdue et elle le sa...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

vendredi 15 novembre

Contenu

revue

MAJ vendredi 15 novembre

Marginalia et la part "Polar"
05/04/2010

Marginalia et la part
Nous faisions part de notre regret quant à l'importance de la représentation "polar" lors de notre dernière chronique sur Marginalia. Norbert Spehner s'explique :
"La longueur des parties dépend entièrement des publications disponibles. Hypothèse : il parait 5 bouquins sur le polar et 79 sur la SF ou l'inverse, c'est une situation sur laquelle je n'ai évidemment aucun contrôle... On fait avec. En général, il y beaucoup plus de parutions SF/Fantastique/Fantasy que sur le polar (c'est du trois contre un, au départ). Il y a toujours eu un grand écart. Quand aux autres rubriques (western, guerre, etc.) la production est toujours moindre. De plus, le phénomène des "tie-in" ou produits dérivés gonfle artificiellement les chiffres : Twilight, Harry Potter ou Dan Brown (près de 200 Dan Brown "expliqués" aux zozos que nous sommes...). Bref, j'ai créé Marginalia à une époque où les études sur les genres étaient une denrée rarissime. Aujourd'hui, j'ai du mal à suivre, c'est le torrent, l'inondation. Au sec..."
Eh oui, la tâche est des plus ardue. Merci à Norbert Spehner de cet éclaircissement chiffré, hypothèses de départ ou pas.


Liens : Norbert Spehner | Marginalia

Par Julien Védrenne

Pied de page