Dépêche | Du jazz, un chat, un polar...

Je ne lui fais pas confiance. Il aime son prochain. On ne peut pas faire confiance aux types comme lui.
Robert Aldrich - Vera Cruz
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Frontière
Depuis les années 1970, l'Amérique mène la guerre contre la drogue. Elle l'a perdue et elle le sa...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 17 novembre

Contenu

radio

MAJ dimanche 17 novembre

Du jazz, un chat, un polar...
11/11/2010

Du jazz, un chat, un polar...
Au micro de Nathalie Piolé ce mercredi 10 novembre point de Bob Garcia - mais tout de même une pause-livre, en compagnie de Juanjo Guarnido, le dessinateur de la série Blacksad dont le héros est un détective privé nommé John Blacksad qui mène ses enquêtes à la Nouvelle Orléans dans les années 1950. Le tome 4, paru en septembre dernier, le confronte au monde de la musique : il est embauché par un producteur de jazz pour retrouver un pianiste qui n'a plus donné signe de vie depuis plusieurs mois. Or c'est une star et sans lui, le label risque de disparaître lui aussi. Voilà une affaire dans les cordes (!) de notre privé - qui paraît-il s'approche du piano... - que ses fans s'accordent à trouver "fin, racé, élégant jusque dans sa façon de tenir une cigarette, sexy..." Comme tous ses collègues, direz-vous. Oui mais... John Blacksad a un signe TRÈS particulier : c'est un chat. Et la série, tout animalière qu'elle soit, n'en est pas moins traitée sur le mode réaliste avec ce que le registre "polar" suppose de dureté et de noirceur - ce n'est pas une série jeune public ni humoristique comme le sont beaucoup de séries animalières.
La conversation entre Nathalie Piolé et Guarnido est à écouter en deux temps, ponctuée de morceaux musicaux qui, bien sûr, fleurent bon la Nouvelle Orléans. Dans la première partie on fait connaissance avec la série et avec son héros, John Blacksad. La seconde est, elle, centrée sur la présence du jazz dans la série. L'on en retiendra notamment cette phrase de Guarnido :
Ce qui est dommage dans la BD c'est qu'on ne peut pas ajouter la musique. Mais on peut la faire sentir et je pense que par moments ça passe très bien. Par exemple, dans le tome 4, dont j'ai moi-même composé les pages, quand je tombe sur celle où il y a les paroles de "Summertime", je me dis : "on l'entend, on l'entend..."

Juanjo Guarnido (dessinateur) & Juan Diaz Canales (scénariste), Blacksad - Tome 4 : "L'enfer, le silence", Dargaud, septembre 2010, 56 p. - 13,50 €.



Par Isabelle Roche

Pied de page