Dépêche | Retour sur Seul à savoir, de Patrick Bauwen

Il s'arrêta, scrutant le ciel noir, embrumé, sans étoiles, et souhaita le retour du mistral. Il avait envie de voyage. Envie de revoir les steppes de Mongolie qu'il avait traversées naguère. Écouter le vent qui rase l'herbe, le chant continu des plaines sèches, le son monotone de la flûte, le galop d'un cheval filant vers l'horizon. Il marchait dans son rêve avec, dans la bouche, le goût du thé amer. Avec l'espoir que le monde n'était pas cette oasis d'horreur dans un désert d'ennui que chantait Baudelaire, mais autre chose de plus vaste, de plus mystérieux, beau comme le cœur des hommes de sagesse.
Michel Maisonneuve - Les Tigres ne crachent pas le morceau
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Tu entreras dans le silence
Lorsque les soldats français partirent au combat, en 1914, c'était avec la certitude de rentrer rapid...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

vendredi 29 mai

Contenu

radio

MAJ vendredi 29 mai

Retour sur Seul à savoir, de Patrick Bauwen
22/11/2010

Retour sur <em>Seul à savoir</em>, de Patrick Bauwen
Le 4 novembre dernier, Bob Garcia avait, dans le blog qu'il tient sur le site de TSF Jazz, consacré une chronique dithyrambique au dernier roman de Patrick Bauwen Seul à savoir. Il y revient dans sa chronique du 15 novembre, de vive voix cette fois au micro de Nathalie Piolé, en ajoutant à ce qu'il avait écrit quelques raisons supplémentaires d'apprécier ce roman - par exemple de délectables clins d'Å“il au cinéma noir allant des Tontons flingueurs aux divers James Bond, ou bien telle référence aux Dupond-t qu'en tintinophile distingué, Bob Garcia a bien vite décelée...


Liens : Seul à savoir | Patrick Bauwen | Bob Garcia

Par Isabelle Roche

Pied de page