Dépêche | Le Collectionneur chineur brasse du Fleuve noir

Seigneur, ne sera-t-il donc jamais délivré de ces sensations qui le poursuivent comme des spectres, qui le déchirent comme des canifs, et le font tellement souffrir la nuit qu'il a peur de s'endormir ? Qu'est-ce qu'il cache en lui et qu'il découvre avec épouvante chaque fois qu'il ferme des yeux ?
Nikolaj Frobenius - Je vous apprendrai la peur
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Lovecraft Country
"Encore un machin lovecraftien", me suis-je dit in petto. Il est vrai que je suis un grand fan du maître ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 08 août

Contenu

revue

MAJ samedi 08 août

Le Collectionneur chineur brasse du Fleuve noir
17/02/2011

Le Collectionneur chineur brasse du Fleuve noir
Le Collectionneur Chineur, un journal bimestriel dédié à tous les collectionneurs en tout genre, propose dans son numéro 97 en date du 4 février 2011, un dossier à l'iconographie très riche sur le Fleuve noir intitulé "Fleuve Noir : un flot de littérature populaire". Les chiffres sont là (100 collections, 1000 auteurs, 100000 titres, 1 milliard d'ouvrages) pour nous époustoufler, et ainsi comprendre que certains se passionnent pour des livres aux couvertures chatoyantes, au contenu pour tous les gouts et où de grands noms de littérature populaire sont passés, de Léo Malet à San-Antonio, de Paul Kenny à Georges-Jean Arnaud, de K. H. Scheer à Pierre Courcel pour tous les "mauvais genres" (anticipation, western, policier, fantasy...). Et le dossier de s'attarder sur les trois collections mythiques que sont "Spécial Police", "Anticipation" et "Espionnage", de nous rappeler les illustrateurs de couverture majeurs Michel Gourdon et René Brantonne - trois mille cinq cents couvertures pour le premier, ça laisse rêveur. Bien évidemment, le dossier évoque le cas San-Antonio, et nous pousse à aller arpenter les vide-greniers à la recherche de la perle rare. Car si pour la majorité des ouvrages, les prix oscillent entre 2 et 10 €, il s'en trouve qui en valent 200 et même un, le San-Antonio numéro 11, le seul, le vrai, l'original de 1950, qui dépasse le millier d'euros... La chasse est ouverte !


Liens : San-Antonio | Léo Malet | Georges-Jean Arnaud

Par Julien Védrenne

Pied de page