Dépêche | Storyboard hitchcockien

Pour lui, K. Street n'était pas une rue banale et élégante de Washington, non, c'était un fleuve. Un fleuve qui prenait sa source dans ces immeubles à l'architecture massive et néo-classique et qui charriait une eau trouble, puissante et parfois dévastatrice. Celle du pouvoir. Ou plutôt de ce qui précédait le pouvoir : l'influence.
Éric Giacometti & Jacques Ravenne - Conspiration
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

vendredi 20 septembre

Contenu

télévision

MAJ vendredi 20 septembre

Storyboard hitchcockien
15/03/2013

Storyboard hitchcockien
Dans le cadre de l'émission Post-scriptum, réalisée par le Musée des lettres et manuscrits avec la participation de TV5MONDE sur une idée originale de Gaëlle Cueff et Damien Cocard, Philippe Chauveau aborde en 2'45 le travail d'Alfred Hitchcock à travers le storyboard du Grand alibi. Sorti en 1950 sous le titre Stage Fright, le film met en scène Jane Wyman, Marlene Dietrich et Michael Wilding pour une intrigue où la grande Marlene est soupçonnée d'avoir assassiné son mari. Le réalisateur est passé par l'école du dessin, et là s'offrent à nos yeux cent trente feuillets de trois cases pour un storyboard assimilé à un dessin animé.

Alfred Hitchcock cinéaste et réalisateur


Liens : Alfred Hitchcock

Par Julien Védrenne

Pied de page