Dépêche | Festival polar action-cristolien

Je ne connais rien à la hiérarchie du pavé, mais Yuliya me semblait n'être jamais montée en grade. La bonne copine, toujours, même dans un monde où la couverture à tirer pour soi se fait rare.
Jean-Luc Manet - Trottoirs
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Frontière
Depuis les années 1970, l'Amérique mène la guerre contre la drogue. Elle l'a perdue et elle le sa...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 12 novembre

Contenu

cinéma

MAJ mardi 12 novembre

Festival polar action-cristolien
20/08/2013

Festival polar action-cristolien
L'Action Christine* nous a fomenté une semaine bien noire avant la rentrée. De celles que l'on n'oublie pas avec de grands réalisateurs comme Richard Fleischer, Jacques Tourneur, Otto Preminger et John Huston. Les sept films proposés ne sont pas rares à l'écran des cinéclubs, encore moins à L'Action Christine. Il n'en demeure pas moins qu'ils appartiennent tous à cette catégorie de films que l'on re-regarde avec tout autant d'intérêt et d'intensité. Le plus connu d'entre eux est sans aucun doute Le Faucon maltais, de John Huston, avec Humphrey Bogart en Sam Spade, personnage inventé par Dashiell Hammett, détective privé de son état, qui évolue dans une énigme en eaux bien moins limpides que les deux inspecteurs qui montent à bord du Chicago Express afin d'aller chercher un témoin qui doit comparaitre à un procès, et qui est sous la menace de dangereux criminels. Mais, et c'est une habitude prise par L'Action Christine, l'ensemble des films proposés méritent à la fois le détour et une étude bien particulière. Si vous êtes parisiens ou dans les environs, n'hésitez pas à aller vous poser dans la salle, et admirez le résultat !

Festival : le polar
Le polar est un genre majeur qui ne se démode pas. Même si dans le cinéma d'aujourd'hui, il y a une tendance à fabriquer des films bourrés d'énormes effets pyrotechniques ou autres (facilement réalisés par informatique) dans lesquels les acteurs agissent comme des robots humanoïdes. Pourtant, des histoires d'hommes ou de femmes poussés à s'engager dans une voie criminelle, par un mauvais choix d'existence, par un contexte social dur ou injuste ou par faiblesse psychologique, les sujets ne manquent pas pour créer des œuvres passionnantes qui nous fascinent par la violence exposée, et par la vision sans concession qu'elles offrent de la société. Car beaucoup de réalisateurs ne faisaient pas de leurs personnages des héros positifs, montrant plutôt des individus inadaptés, souvent médiocres, tentant de survivre dans un monde sans pitié, et parfois de vrais déments, brutes sadiques ou psychopathes charmeurs et machiavéliques. Voici un programme qui en fait la démonstration.

Mercredi 21 août :
L'Énigme du Chicago Express (The Narrow Margin), de Richard Fleischer (14 heures, 15 h 30, 17 heures, 18 h 30, 20 heures & 21 h 30).
Jeudi 22 août :
Les Amants traqués (Kiss The Blood Off My Hands), de Norman Foster (14 heures, 15 h 30, 17 heures, 18 h 30, 20 heures & 21 h 30).
Vendredi 23 août :
La Dernière rafale (The Street With No Name), de William Keighley (14 heures, 16 heures, 18 heures, 20 heures & 22 heures).
Samedi 24 août :
Mark Dixon, détective (Where The Sidewalks Ends), de Otto Preminger (14 heures, 16 heures, 18 heures, 20 heures & 22 heures).
Dimanche 25 août :
Le Faucon maltais (The Maltese Falcon), de John Huston (14 heures, 16 heures, 18 heures, 20 heures & 22 heures).
Lundi 26 août :
Angoisse (Experiment Perilous), de Jacques Tourneur (14 heures, 16 heures, 18 heures, 20 heures & 22 heures).
Mardi 27 août :
Le Charlatan (Nightmare Alley), de Edmund Goulding (14 heures, 16 h 30, 19 heures & 21 h 30).


* L'Action Christine
4, rue Christine
75006 Paris
Tél. : 01.43.25.85.78
contact@actioncinemas.com


Liens : Dashiell Hammett | Richard Fleischer | Norman Foster | Otto Preminger | Jacques Tourneur

Par Julien Védrenne

Pied de page