Dépêche | Palmarès 2017 de la SFT

Elle sentait par-dessus tout qu'elle devait apprendre à connaitre cette enfant, à devenir son amie pour calmer ses angoisses, de quelque nature qu'elles soient. C'était la peur, elle en était sûre, qui était à l'origine des difficultés de Lucy. Si l'on parvenait à chasser ses craintes en lui témoignant de la confiance et de l'amitié, se disait-elle, Lucy retrouverait peut-être sa mémoire et sa voix.
Michael Morpugo - Le Mystère de Lucy Lost
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Sang chaud
Voilà un étonnant roman de gangsters à la sauce coréenne. L'action se déroule à Guam, un quartier por...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 19 janvier

Contenu

prix littéraire

MAJ dimanche 19 janvier

Palmarès 2017 de la SFT
01/12/2017

Palmarès 2017 de la SFT
Vendredi 1er décembre, les jurés du prix Pierre-François Caillé de la traduction ont rendu leur verdict pour l'année 2017. Décerné par la Société Française des Traducteurs depuis 1981 - avec une interruption entre 1995 et 1999 -, le prix est assorti d'une dotation de trois mille euros. Il récompense le traducteur d'une œuvre écrite, quel que soit son genre, et qui a déjà à son actif trois traductions. Les jurés - au nombre d'une quinzaine - sont tous issus de la profession et font preuve d'ouverture d'esprit et d'éclectisme. J'en veux pour preuve le premier lauréat, Jean-Louis Bacqué-Grammont, pour son travail autour du Livre de Babur, de Babur, traduit du turc tchaghatay ou encore concernant celui de François-Xavier Dillmann en 1991 pour L'EDDA, de Snorri Sturluson, traduit du vieil islandais. En plus de vingt-cinq ans, les jurés ont ainsi mis à l'honneur dix-sept langues, ce qui n'est pas une mince affaire ! Pour en revenir à l'édition 2017 qui nous préoccupe, elle a consacré le travail de traduction de l'allemand (Autriche) de Carole Fily pour L'Étrange mémoire de Rosa Masur, de Vladimir Vertlib (Métailié). Un roman social et urbain qui plonge le lecteur dans les affres du XXe siècle russe et biélorusse issus de la mémoire de Rosa Masur, une vieille juive russe de quatre-vingt-douze ans. Une tragédie moderne propre à susciter l'enthousiasme des lecteurs k-libristes sur fond de pogroms et de dialogue avec Staline. Par ailleurs, Michelle Ortuno a reçu une mention spéciale pour sa traduction de l'espagnol de Baby Spot, d'Isabel Alba (La Contre allée), un roman noir à Madrid sur le double thème (ou double peine !) de la pendaison et de la résilience par l'écriture. Un roman que nous espérons découvrir bientôt.



Par Julien Védrenne

Pied de page