k-libre - en marge - La Femme de l'ombre

Il fallait rechercher un individu assez raffiné, surtout pour étrangler ses victimes avec un fil en acier.
Laurent Maillard - De main morte
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 18 décembre

Contenu

Livre sonore - Policier

La Femme de l'ombre

Géopolitique - Vengeance - Guerre MAJ mercredi 31 octobre 2018

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 23,4 €

Arnaldur Indridason
Petsamo - 2016
Philippe Résimont (lecteur)
Traduit de l'islandais par Éric Boury
Paris : Audiolib, janvier 2018
19 x 14 cm
ISBN 978-2-36762-572-0

L'Islande prend les voiles...

Printemps 1943. Les troupes alliées débarquent en Islande, dont l'importance stratégique n'est plus à démontrer. Et, bien sûr, l'arrivée massive de soldats américains, canadiens et anglais est tout juste tolérée par les Islandais. Non loin, Petsamo, en Finlande, d'où partent les convois de réfugiés à destination de l'Islande : le Danemark occupé par les nazis se sauve comme il peut. L'Allemagne, qui a reconnu la neutralité de l'Islande, veille maintenant à ses portes. Une jeune femme y attend son amant. Ils veulent fuir la guerre, rallier Reykjavik. Mais le jeune homme n'arrive pas. En Islande, on relève sur une plage un premier cadavre, puis un jeune homme est victime d'une agression extrêmement brutale, à quelques pas d'un bar fréquenté par la soldatesque. Une femme disparaît. Il n'en faut pas davantage pour jeter le pays dans le trouble. Flovent, un Islandais, et Thorson, un Canadien, enquêtent. Militaires ? Voyous ? C'est que cette occupation militaire sous le joug allemand a ouvert nombre d'appétits sordides. Arnaldur Indridason se régale, à creuser le fossé qui sépare les autochtones des étrangers qui les occupent. Un choc de civilisations en quelque sorte, concentré en une même unité de lieu : le pâturage de Klambatrun, planté entre le quartier miséreux des Polarnir et les cantonnements militaires. Second volet de la "Trilogie des ombres", La Femme de l'ombre se plaît à mener son intrigue dans le plus grand flou, un flou saturé d'anecdotes, de bruits, d'événements qui nous perdent parmi les renvois à la culture et l'histoire islandaise, transformant ce polar en un récit foisonnant dans l'écho d'une Guerre qui avoue pour le coup son visage ignoble : la sauvagerie des hommes entre eux. L'intrigue est complexe donc, dont on ignore si tous les fils tirés se rejoindront un jour ou non. Sinon pour composer le portrait d'une Islande pathétique, en passe de larguer ses propres amarres. Philippe Résimont en offre une lecture imposante, dans une tessiture chaude et basse. Rassurante, elle se fait pourtant vite fervente, interpellant en brusques sauts de voix appuyés l'auditeur, jeté au beau milieu du tragique d'un pays en rupture.

NdR - 1 CD MP3, 8 h 43 d'écoute.

Citation

- Un jour la mort viendra, c'est comme ça.
— C'est un point de vue qui se défend.

Rédacteur: Joël Jégouzo mardi 18 septembre 2018
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page