k-libre - en marge - Les Baroudeurs

Berger est mon patron, on ne choisit pas toujours ses patrons, tout le monde ne peut pas être une créature mythologique.
Jean-Pierre Pécau & Dim D. - Paris maléfices. 3, Le Petit homme rouge des Tuileries
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Succession
Le Kimbavu est un État imaginaire d'Afrique Centrale isolé du monde et pourvu de son dictateur local....
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 29 septembre

Contenu

DVD - Guerre

Les Baroudeurs

Historique - Braquage/Cambriolage - Road Movie MAJ lundi 07 septembre 2020

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Réédition

Tout public

Prix: 22 €

Peter Collinson
You Can't Win Em'All - 1970
Patrick Brion (présentation)
Paris : Sidonis, décembre 2019
19 x 14 cm
Coll. "Classique de guerre"

Turkish delight

La Turquie pour décor de western, il fallait y penser. Et y avoir tourné Les Baroudeurs est une très bonne idée. On est entre terre et mer, avec une belle séquence maritime inaugurale et de grands espaces qui rappellent parfois le désert d'Almeria, en plus escarpés et plus variés. Et ça tombe bien car nos deux héros à la sauce kebab (Charles Bronson et Tony Curtis) ont besoin d'espace pour satisfaire leur soif d'aventure. Quelque part au milieu de la Méditerranée entre là Grèce et la Turquie, après la Première Guerre mondiale, deux aventuriers se rencontrent d'abord par hasard, quand le premier sauve le second d'un naufrage annoncé mais, très vite, le second sauve le premier d'un poignardage certain. Entre coups fourrés et coups de poing communs, les deux vont apprendre à se connaître et se trouver embarqués dans une folle chevauchée où ils côtoieront les armées turques et grecques, ils chevaucheront des cheveux et des ânes, ils grimperont dans un train et se feront mitrailler par un avion, ils rêveront d'or et de pierres précieuses, et ils succomberont au charme de la divine Michèle Mercier... Patrick Brion, dans les bonus, compare le scénario de Leo Gordon (qui est l'un des seconds rôles du film) à celui de Vera Cruz. Il n'a pas tort même si, ici, on joue clairement la carte de l'humour. Tony Curtis s'en donne à cœur joie (il est doublé par Michel Roux dans la version française) et Charles Bronson – une fois n'est pas coutume – n'est pas mal non plus. les deux protagonistes passent d'un clan à l'autre, les batailles sont spectaculaires, l'appât du gain n'est pas loin, et les affres de la guerre sont évoquées à travers le passé du personnage de Tony Curtis ou la fuite de villageois à l'approche des troupes ennemies. Pour autant, Peter Collinson n'est pas Robert Aldrich, et le duo vedette n'est pas Gary Cooper-Burt Lancaster. Il n'empêche qu'on passe un très bon moment à visionner ce film sans prétention, qui nous offre un grand bol d'air et une visite inattendue de la Turquie avec des gens de bonne compagnie. C'est déjà beaucoup !

Les Baroudeurs (94 min.) : réalisé par Peter Collinson sur un scénario de Leo Gordon. Avec : Charles Bronson, Tony Curtis, Michèle Mercier, Leo Gordon...
Bonus. Présentation du film par Patrick Brion (9 min.). Documentaire "Un portrait de Tony Curtis, les meilleures interviews" (40 min.).

Citation

Pour les amants et les voleurs, il y a un dieu.

Rédacteur: Jean-Noël Levavasseur lundi 07 septembre 2020
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page