k-libre - en marge - Plus dure sera la chute

(Les gens qui aiment la poésie) voient plus de choses que les autres, ils ont l'air plus disponible et ils sont attentifs à tout, tout le temps ; ils ne le savent pas forcément, mais ils feraient d'excellents détectives.
Jérôme Leroy - Terminus Nord
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

L'Ange rouge
Le nouveau roman de François Médéline nous emmène à Lyon il y a une vingtaine d'années. Une brigade p...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 28 novembre

Contenu

DVD - Noir

Plus dure sera la chute

Sportif - Mafia - Corruption MAJ mercredi 14 octobre 2020

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Réédition

Tout public

Prix: 16,99 €

Mark Robson
Scénario adapté de l'œuvre de Budd Schulberg
The Harder They Fall - 1956
Bertrand Tavernier (présentation)
François Guérif (présentation)
Paris : Sidonis, septembre 2020
19 x 14 cm
Coll. "Film noir"

Dernier uppercut pour Bogart

Dès sa première séquence, Plus dure sera la chute s'inscrit de la plus belle manière dans la lignée des films noirs. Nous assistons à une succession de scènes où des hommes (trois, un, deux ; sont-ils des gangsters, des inspecteurs ?) sortent en vitesse d'appartements pour prendre des voitures pour se rendre dans une salle (que l'on comprendra de boxe) passablement miteuse à l'entrée grillagée tenue par un gardien. Parmi eux se trouvent Eddie Willis (Humphrey Bogart), un vieux journaliste sportif remisé au placard, et Nick Benko (Rod Steiger), un promoteur de boxe véreux. Ce dernier propose au premier de l'aider à la promotion d'un boxeur argentin inconnu, force de la nature mais un peu benêt, El Toro. Eddie Willis accepte après une joute verbale qui en dit déjà beaucoup sur ce que va être la relation entre les deux hommes. S'il sait qu'il met la main dans un panier de crabes, il ne se doute pas qu'il y a autant de pinces. On va donc suivre l'ascension truquée d'un champion et puis sa déchéance. Et la caméra de Mark Robson va tenter de capter ce qui se trouve derrière les rings de boxe.
L'adaptation du roman éponyme de Budd Schulberg va prendre des allures d'enquête sur le monde de la boxe gangrené par la pègre (après avoir écrit sur la pègre et la boxe, Schulberg s'attaquera à la pègre et les dockers dans Sur les quais avec la même méthode scrupuleuse et journalistique ; le film d'Elia Kazan sorti en 1954 offrira un rôle de mafieux à... Rod Steiger). On va suivre l'évolution d'un "champion" de boxe créé de toutes pièces pour affronter et perdre un ultime combat contre le champion du monde toutes catégories (sans que lui-même ne soit au courant). Le but ? Miser une forte somme contre son poulain et empocher le pactole. Toro Moreno, carrure monstrueuse, est donc le boxeur argentin déniché par Benko, le roi du KO. Seulement, s'il est bâti comme un taureau, il est tendre comme une laitue, et ne sait absolument pas boxer. Eddie accepte d'écrire sa légende et devient l'associé de Benko, qui lui va lui proposer des combats truqués en Californie avant de le ramener à New York dans un bus à son effigie pour LE grand combat.
Mais plus que l'ultime affrontement entre les deux champions, c'est bien le combat entre Humphrey Bogart (en passe de perdre le sien contre un cancer de l'œsophage : il en est à son dernier round) et Rod Steiger qui atteint des sommets arbitré par Jan Sterling (qui vient d'interpréter Julia dans le 1984 de Michael Anderson), femme de Bogie dans le film. Les répliques fusent tout au long du film. Si Bogart semble amer au début après dix-sept ans de journalisme sans avoir pu amasser d'argent, il le sera plus encore après avoir véritablement compris comment les promoteurs s'enrichissent sur le dos des boxeurs (rejoignant ainsi l'un des thèmes de Ce que cela coûte, de Wilfred Charles Heinz mais aussi de Nous avons gagné ce soir, de Robert Wise, autant de films et de romans qui jalonnent les années 1950 et qui montrent l'importance de la boxe dans la société américaine et donc la mainmise de la mafia) sans même leur laisser un pourboire (ce qu'il aurait pu comprendre au premier tiers du film lorsqu'il visionne en compagnie d'un ami journaliste une interview d'une ancienne gloire devenue sans abri). Le final révèlera un gain de un million deux cents mille dollars pour la pègre et de seulement quarante-neuf dollars pour le champion. L'arnaque de trop pour Bogart qui reprendra sa machine à écrire après avoir regagné l'estime de sa femme et de lui-même. Entretemps, nous aurons assisté à la prise de vue magistrale de deux combats (de trop pour deux boxeurs qui s'en prennent comme le spectateur plein la gueule), qui montrent le génie de Mark Robson (qui a déjà réalisé Le Champion avec Kirk Douglas). Pour Bogart, ce film est un adieu au cinéma. Assurément pas le film de trop...

Plus dure sera la chute (108 min.) : réalisé par Mark Robson sur un scénario de Philip Yordan d'après le roman éponyme de Budd Schulberg. Avec : Humphrey Bogart, Rod Steiger, Jane Sterling, Mike Lane...
Bonus. Présentation de François Guérif. Présentation de Bertrand Tavernier.
NdR - Le film existe également chez le même éditeur en Blu-ray.

Citation

- Je m'intéresse à vous depuis huit ans. Dix fois vous avez refusé. Me suis-je découragé ? Non ! Tôt ou tard on récolte les fruits de sa patience.
- Des fruits pourris.

Rédacteur: Julien Védrenne mercredi 14 octobre 2020
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page