k-libre - festival

Glenn était mort et Dieu avait perdu la bataille.
Émile Castillejos - Une saison à Harlem
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Vigilance
Dans un futur proche et indéterminé des États-Unis, une émission de téléréalité captive les populations :...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 27 octobre

Contenu

Salon du polar de Méru 2011

MAJ mardi 27 mars 2012
Affiche Salon du polar de Méru 2011
Pays : France

Salon du polar de Méru 2011



Adresse : Mairie de Méru, Place de l'Hôtel de Ville - BP 129, 60110 Méru
E-mail : elus@ville-meru.fr
Téléphone : 06.12.84.23.15
Site : http://www.ville-meru.fr

Actualité

  • 07/02 Jeux: Boutonner en noir à Méru (60)
    En voulant signaler la soirée de lancement du premier roman de Jérémie Guez - Paris la nuit - voilà que l'on aperçoit au détour de l'agenda de l'auteur une signature "le 04/04 au Festival de polar de Méru (60)".
    Dame ! un festival dont nous n'avons encore jamais parlé... Cela est d'autant plus culpabilisant que cette manifestation semble avoir derrière elle une petite histoire. Cela demande plus amples investigations.
    En attendant qu'elles aboutissent, nous pouvons toutefois annoncer que, dans le cadre de ce festival, le service culturel de la ville organise un concours d'écriture de nouvelles policières qui sera clos le 7 mars. Vous avez donc encore du temps devant vous pour affuter votre imagination et vos doigts frappeurs. Pour connaître les modalités de participation et les contraintes imposées, téléchargez ici le fichier.pdf du règlement détaillé.
    Les textes dactylographiés sont à envoyer à l'adresse suivante :
    Concours de nouvelles - Maison des Associations
    1 rue Pasteur
    60110 Méru

    Quelques mots sur Méru
    L'étymologie du nom de la ville reste assez mystérieuse, mais il semble qu'on lui reconnaisse des origines celtique. Les plus anciennes implantations humaines dont on ait retrouvé les traces sur le site de Méru remontent au IIe siècle de notre ère.
    L'industrie qui, dès le Moyen Âge, a prévalu à Méru est celle de la tabletterie - terme désignant d'abord la fabrication des tablettes sur lesquelles on écrivait puis qui s'est ensuite appliqué à celle de petits objets usuels mais luxueux tels que tabatières, peignes, éventails, échiquiers, dés, boutons, etc. Cette extension est le fruit d'alliances successives entre corporations et les artisans ainsi réunis gagnèrent le droit de travailler des matières très diverses, allant de l'écaille aux bois précieux en passant par la nacre.
    La ville connut un ultime accès de prospérité au XIXe siècle - "époque faste de la tabletterie de luxe" nous dit-on - qui s'est prolongé jusqu'aux années 1920 grâce à la fabrication de boutons de nacre. Puis cette activité très spécifique elle-même déclina avec l'arrivée massive du plastique dans la boutonnerie.
    Mais la nacre a laissé son empreinte à Méru, où elle a son musée. Et puis l'on y fabrique encore des boutons de nacre...
    (Source : le site officiel de la ville de Méru)
    Liens : Jérémie Guez

Le festival

Méru est une bien tranquille cité isarienne que rien a priori n'incline au noir. Au contraire même puisqu'elle est reconnue "capitale de la nacre" - loin du noir, irisation claire et grâce légère : dès le Moyen Âge en effet et jusqu'aux premières années du XXe siècle, les artisans tabletiers ont fondé, par leur talent, la haute réputation de leur ville. On ne fabrique plus guère aujourd'hui d'articles de tabletterie - éventails et tabatières ne sont plus d'un usage courant - et les boutons quant à eux, toujours utilisés, sont en général en plastique. L'on continue toutefois de travailler la nacre à petite échelle, pour le luxe et la beauté, et les touristes de passage peuvent assister à une démonstration "boutonnière" en visitant le Musée de la nacre.
Malgré cette tombée en désuétude de la noble matière, Méru reste prospère et attractive - on la qualifie de "ville à la campagne".
La quiétude est bien douce, mais elle s'apprécie encore mieux si on lui creuse çà et là de petits sillons sombres - pas trop profonds tout de même. Et comment mieux noircir pacifiquement qu'en instaurant un événement culturel centré sur le polar ? C'est probablement ce qu'ont pensé les élus méruviens lorsqu'ils ont organisé, en 2006, le premier "Salon du polar de Méru". De type classique, avec sa petite théorie d'auteurs invités en dédicace et ses animations ludiques accessibles à tous, ce salon a séduit un large public, qui s'est présenté toujours plus nombreux aux éditions suivantes. Et voilà l'initiative municipale qui se pérennise...

Cette édition

Un premier succès en amena un deuxième, lequel à son tour incita la ville à reconduire une troisième fois son salon du polar et, d'année en année celui-ci en vient, en 2011, à connaître sa cinquième édition. Un salon qui ressemble à beaucoup d'autres avec ses jeux, son concours d'écriture de nouvelles et ses rencontres d'auteurs mais possédant ce charme forcément unique que lui confèrent l'attention portée aux romanciers de la région et le soin qu'ont les organisateurs de valoriser la vie locale, en impliquant étroitement dans la préparation de l'événement l'association méruvienne Arts, loisirs et culture de Méru-les-Sablons. Ou en inscrivant dans le sujet même du concours d'écriture un monument phare (!) de la ville, la Tour Conti...

PROGRAMME
Vendredi 1eravril

De 19 heures à 22 heures, Cluedo géant à la salle Charles de Gaulle. Il s'agira de découvrir qui a tué le colonel Moutarde...
Samedi 2 avril
- Aux alentours de 14 h 30, les enfants sont conviés à se transformer en détectives tout en voyageant dans le temps : plongés en plein XVe siècle - en 1482 exactement - ils sont confrontés au comportement étrange du seigneur Ferry d'Aumont... Le voyage commence à la médiathèque Jacque Brel (21 rue Anatole France).
- À 20 h 30 au cinéma Le Domino (21 rue François Truffaut) projection du film À bout portant, de Fred Cavayé. En présence (sous réserve) du réalisateur.
Pour couronner ce week-end noir, la journée du dimanche 3 avril de 10 heures à 18 heures sera consacrée aux rencontres-dédicaces.
Les vingt-sept auteurs invités, cités ci-après, seront réunis à la salle Charles de Gaulle avec leurs ouvrages, leur stylo prêt à signer - et leur sourire - pour accueillir le lecteur :
Laurence Biberfeld, Bernard Boudeau, Gilles Del Pappas, Jean Depreux, Catherine Diran, Hermann Djoumessi, Jérémie Guez, Pascal Herault, Thomas Hédouin, Nicolas Jaillet, Alex D. Jestaire, Frédéric Jost, Hervé Jovelin, Josef Ladik, Léo Lapointe, Monique Le Dantec, Michel Leydier, Johann Moulin, Chris Nerwiss, Jean-Marc Pitte, Jean-Jacques Reboux, Victor Rizman, Roland Sadaune, Pierre Saha, Romain Slocombe, Jacques Thelen, Christophe Tembarde.
Si vous connaissez leurs livres, l'occasion est belle d'en parler avec eux. Dans le cas contraire, nul doute qu'ils auront les armes voulues pour vous convaincre - en toute innocuité, cela va sans dire...
Mais ce n'est pas tout : à 11 heures, 15 heures et 17 heures, l'association Le Comptoir des artistes proposera une mise en voix d'extraits de textes d'auteurs présents, brodés sur les notes du contrebassiste Saïd Abchiche.
Il y aura aussi une interview de Michel Leydier par les élèves du collège Immaculée conception.
Et c'est encore lors de ce dernier jour salonnier que seront proclamés les noms des lauréats du concours d'écriture de nouvelles.

Parmi les invités : Laurence Biberfeld | Bernard Boudeau | Gilles Del Pappas | Jean Depreux | Catherine Diran | Jérémie Guez | Thomas Hédouin | Nicolas Jaillet | Frédéric Jost | Josef Ladik | Léo Lapointe | Michel Leydier | Johann Moulin | Jean-Marc Pitte | Jean-Jacques Reboux | Victor Rizman | Roland Sadaune | Pierre Saha | Romain Slocombe

Pied de page