k-libre - festival

- Je pensais que les joueurs étaient tous des gentlemen. - Ils sont avant tout des joueurs.
Joseph M. Newman - Les Bannis de la sierra
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 24 juillet

Contenu

Polar en Lumières 2011

MAJ mercredi 09 février 2011
Affiche Polar en Lumières 2011
Pays : France

Polar en Lumières 2011



Adresse : Arcades de Citeaux, Centre ville, 13127 Vitrolles
E-mail :
Téléphone : 04.42.77.90.77
Site : http://cinemaleslumieres.fr

Le festival

Lorsque le cinéma Les Lumières de Vitrolles a été rouvert en 2004 grâce aux efforts du maire d'alors, Guy Obino, et de son équipe, l’idée d’un festival cinématographique local était déjà présente. Six ans plus tard, la salle vitrollaise, sous la houlette de son directeur Mathieu Labrouche et de son adjoint Stéphane Le Camus, est devenue un centre culturel de premier ordre, un lieu de rencontres proche des habitants où des animations très diverses déploient autour du Septième art une belle corolle sociale artistique. Fonctionnant en étroite collaboration avec les associations de quartier, la salle a battu ses records de fréquentation en 2009. Classée "Arts et Essais", elle a reçu un label "Recherches et découvertes". Le terrain était fin prêt pour accueillir ces rencontres cinématographiques dont rêvait Guy Obino.
Et courant 2009 bruissaient les prémices d’un premier festival de cinéma. Après de longs mois de maturation, le projet festivalier, dont les dates ont été fixées à la première semaine de février, s’est concrétisé autour du polar, dont Mathieu Labrouche dit qu’il est "sans égal pour peindre la vie en convoquant toute la palette des couleurs, depuis le noir des souffrances jusqu’aux vifs éclats de l’espoir et de la révolte" (in "Programme officiel du festival Polar en Lumières").
Créer l’événement le temps d’une semaine festive n’est pas tout – il s’agit aussi de faire date et de tout mettre en œuvre pour que cette première édition ne soit pas qu’un coup d’éclat. À considérer ce que l’équipe du cinéma Les Lumières, appuyée par la municipalité de Vitrolles, a accompli depuis 2004, on peut supposer sans risquer de se tromper que le festival Polar en Lumières aura un bel avenir.
I. Roche/k-libre

Cette édition

Nous leur souhaitions de perdurer l'an passé, lors de la première édition. Les "Rencontres méditerranéennes de Vitrolles" reviennent en deuxième année, s'engageant ainsi doucement mais sûrement sur le chemin de la longévité - et nous nous en réjouissons.
Après avoir regardé vers Marseille elles se tournent, cette fois, vers un horizon plus lointain : l'Algérie. Parrainées par Yasmina Khadra, elles proposent bien sûr d'ouvrir une fenêtre sur le cinéma et le polar algériens, mais sans tourner le dos à Marseille - Serge Scotto est là et, pour animer la soirée de clôture, les organisateurs ont fait appel à de jeunes artistes marseillais.
Reprenant la formule qui avait assuré leur premier succès, les deuxièmes "Rencontres méditerranéennes de Vitrolles" associent une sélection de films noirs ou policiers projetés chaque jour pendant la durée du festival - du 8 au 13 février - et un peu au-delà ("séances de rattrapage jusqu'au 15 février", annonce-t-on...) dans les trois salles du cinéma Les Lumières (séances à partir de 14 heures) et une série de débats, de rencontres, greffés sur l'un ou l'autre film de la sélection. Avec quelques points forts - très forts, même : un concert d'Idir, un hommage à Lino Ventura, et une nuit noire 90 % cinéma - les 10 % restants étant réservés à des "surprises" et à de roboratifs en-cas ("café et viennoiseries à volonté") pour tenir la distance...

PROGRAMME
Mardi 8 février

Soirée d'ouverture, de 18 heures à 23 heures.
- Table ronde sur le polar algérien modérée par Serge Scotto, avec Yasmina Khadra, Adlène Meddi et Okacha Touita.
Après un buffet, le film Morituri, réalisé par Okacha Touita d'après le roman de Yasmina Khadra, sera projeté puis suivi d'un débat.
Mercredi 9 février
- À 14 heures et à 18 h 30, une représentation de Pas de répit pour Cirrus Poivre !, un spectacle d'ombres et de marionnettes mis en scène par Éric Poirier.
- À 19 heures, projection du film Mon colonel, réalisé par Laurent Herbiet d'après un roman de Francis Zamponi, suivie d'un débat modéré par Serge Scotto, avec Yasmina Khadra et Francis Zamponi.
Jeudi 10 février
Soirée spéciale Cédric Anger. Après une double projection - Le Tueur à 18 h 30, et L'Avocat à 20 h 45 -, un débat sur "La justice et ses représentations dans le polar français" réunira, autour de Serge Scotto, Mathieu Croizet, André Fortin, Gilbert Collard, et Cédric Anger.
Vendredi 11 février
Soirée-hommage à Lino Ventura, en présence de sa fille Clélia. À 18 h 30, projection du film Cent jours à Palerme puis, après un buffet, projection des Tontons flingueurs à 20 h 45.
Samedi 12 février
- À 17 heures, projection du film Le Thanato, de Frédéric Cerulli.
- À 20 h 30, la chanson kabyle est à l'honneur avec un grand concert d'Idir, sous le chapiteau de Kiffa.
Et à partir de minuit, c'est la "nuit du polar". Pas de répit avant l'aube, sinon pour se restaurer à coups de café et gourmandises...
Dimanche 13 février
- À 14 heures, après-midi spéciale jeune public avec la projection du film d'animation Une vie de chat, accompagnée d'un goûter, et de dédicaces.
- À partir de 17 heures, fête de clôture avec deux groupes marseillais, Justine Nico et Quartiers Nord puis, après un buffet festif, projection en avant-première du film L'Art d'aimer à Marseille, réalisé par Frédéric Vignale d'après le roman d'Henri-Frédéric Blanc.

À ne pas oublier : pendant toute la durée du festival, l'on tient salon dans le hall du cinéma ; avec le concours de la librairie marseillaise L'Écailler, les visiteurs pourront rencontrer les auteurs présents et se faire dédicacer les livres de leur choix.

Parmi les invités : Mathieu Croizet | André Fortin | Michel Jacquet | Yasmina Khadra | Jean-Luc Luciani | Adlène Meddi | Serge Scotto | Francis Zamponi

Pied de page