k-libre - festival

Delmare aimait ce mélange d'odeur de terre et de gasoil, la confrontation du métal de sa grosse voiture avec le minéral, la gomme de ses larges pneus qui arrache les cailloux et les projette alentour.
Jérôme Sublon - Corps rouge dans le Vercors
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 23 janvier

Contenu

En première ligne 2012

MAJ dimanche 16 septembre 2012
Affiche En première ligne 2012
Pays : France

En première ligne 2012



Adresse : Espace Robespierre, 2, rue Robespierre, 94200 Ivry-sur-Seine
E-mail : enpremiereligne@gmail.com
Téléphone :
Site : http://www.enpremiereligne.sitew.com/#Le_festival.A

Le festival

En 2011, nait le festival En première ligne qui, s'il n'est pas à proprement parlé noir ou polar, se propose d'aborder les thèmes sociaux propres à ces littératures de genres qui sont chers aux k-libristes. Il nous était donc impossible de passer au travers d'un tel événement situé en cité ivryenne. Le festival est à l'initiative de l'association En bout de ligne, pour laquelle et pour paratituler Ernest Hemingway la littérature est une fête. Au sommet de l'association, l'on retrouve les noms de Jean-Charles Canu et de Karima Rezig, soit l'union d'un attaché de presse de prestige et d'une spécialiste du monde du polar. Pour le festival, l'appui d'une librairie s'imposait. Il s'agit de Envie de Lire, bien connue des habitants d'Ivry. Et comme un bonheur n'arrive jamais seul, l'association Chéribibi dont nous n'avons plus à démontrer l'impertinence culturelle est de la partie ! Nous nous contentons de rapporter le "Pourquoi !" tel qu'il est lisible en page d'accueil du site dédié au festival, plus par fainéantise culturelle que par plagiat social...
"Le festival se propose de donner à voir et à entendre les voix, actuelles ou passées, qui œuvrent à explorer les liens sans cesse renouvelés qui se tissent entre les littératures et le monde social. Littératures du réel donc, littératures aux contours sans cesse mouvants et incertains, mais toujours soucieuses du temps du monde, des luttes qui le constituent ; luttes de genres, de classes, de libération... Littératures qui affirment que l'humanité au travail tout comme celle qui en est privée est un terrain que la fiction, tous genres confondus, peut cultiver. Et que cette exigence nous est utile à vivre et à rêver.
Que ces littératures nourrissent l'imaginaire de celles et ceux qui s'emploient à l'émancipation humaine, qu'elles constituent un savoir qu'il nous importe de confronter aux sciences sociales et à ses pratiques car il y à fort à parier que cette confrontation s'avère féconde d'une intelligence critique que les défis présents de l'humanité appellent. De nombreuses initiatives accompagnent le salon proprement dit : des ateliers d'écriture, des films, des activités proposées par la médiathèque, le centre artistique El Duende, une bibliothèque éphémère, un vide grenier littéraire, un troc de livres..."

Cette édition

Pour cette seconde édition, le festival d'Ivry-sur-Seine En première ligne a choisi comme thème "La Fraternité" pour poursuivre son exploration des liens existant entre littérature et monde social. Inutile de répéter qu'il existe un lien profond entre littérature noire et sociale, aussi n'est-ce pas surprenant de constater dans la liste des auteurs invités nombre d'auteurs du monde du polar de France et de l'étranger. Hormis l'incontournable Jean-Bernard Pouy (et d'autres inconditionnels de Claude Mesplède à Pierre Hanot en passant par le très fuyant Abdel-Hafed Benotman) se trouve Iain Levinson dont l'œuvre est un amoncellement de critique sociale avec un doigt mis sur la précarité, mais aussi James Sallis et Elsa Osorio (pour ne citer qu'eux).
Comme initié l'année dernière, les débats seront en nombre, les questions nombreuses et les rencontres allègres. Cinéma, musique, théâtre et poésie seront aussi de la partie. Solidarité exige, le salon a fait appel à Emmaüs pour meubler l'espace (mobilier qui sera mis en vente durant les trois jours), et pour tenir une librairie de livres pas chers ainsi qu'une bibliothèque éphémère. Enfin, signalons l'effort primordial fait auprès des scolaires, collégiens et autres lycéens avec un travail en amont sur le thème choisi en 2012.

Liste des auteurs invités :
Claudine Aubrun, Gilles Bachelet, Mimi Barthélémy, Christine Beigel, Abdel-Hafed Benotman, Christian Billères, Vladimir Bodiansky, Felipe Hernandez, Cava, Henri Deluy, Caryl Férey, Natacha Filippi, Luis Garcia, Magali Giovannangeli, Franck Giroud, Jean-Jacques Greif, Éric Guglielmi, Kamel Hajaje, Éric Halphen, Pierre Hanot, Monique Hervo, Jack Hirschman, Joëlle Jolivet, José Jover, Mehdi Lallaoui, Maximilien Le Roy, Laurent Levy, Iain Levison, Claude Mesplède, Chantal Montellier, Gérard Mordillat, Benoit Morel, Michel Narbonne, Elsa Osorio, Jean-Bernard Pouy, Jonathan Rabb, Jean-Marc Rouillan, Jean-Louis Sagot-Duvauroux, James Sallis, Shumona Sinha, Gérard Streiff, Véronique Vernette, Sergio Zamora, Dominique Zay & Germano Zullo.

Programme :

La manifestation se déroule à la salle Robespierre pour les journées de samedi et dimanche.

Vendredi 21 septembre :
Toute la journée, les classes de maternelles, primaires, collèges et lycées participent à différentes animations proposées par le festival :: rencontres avec des auteurs jeunesse, séances de lecture à voix haute en partenariat avec l'association Lire et faire Lire, ateliers BD avec des illustrateurs professionnels, spectacle musical pour le jeune public, contes, découverte de la poésie & expositions.
- 19 heures : inauguration officielle du festival salle Robespierre.

Samedi 22 septembre :
- 10 h 30 : le café littéraire de Gérard Streiff.
- 10 h 30 : Luis Garcia et Felipe H. Cava - El Djazaïr, roman graphique.
- 11 heures : Jack Hirschman avec la Biennale des poètes.
- 11 h 30 : James Sallis - auteur de Drive, historien, universitaire, biographe de Chester Himes, musicien...
- 11 h 30 : atelier pour les enfants avec Véronique Vernette.
- 12 h 30 : Jean-Louis Sagot-Duvauroux et Magali Giovannangeli - La gratuité est-elle une fraternité ?
- 14 heures : atelier pour les enfants avec Germano Zullo.
- 14 heures : film - El Chuncho de Damiano Damiani.
- 14 h 30 : la fraternité dans la littérature pour la jeunesse.
- 15 h 30 : Iain Levison - la précarité érigée en système.
- 16 heures : découverte de Wobblies & Hobos - l'histoire du syndicat américain Industrial Workers of the World.
- 16 heures : film - Le Dernier face à face, de Sergio Sollima.
- 16 h 30 : Jean-Marc Rouillan - la découverte de la fraternité dans le monde du travail.
- 17 h 30 : Franck Giroud, Maximilien Le Roy et Pierre Hanot - les soldats blancs d'Hô Chi Minh.
- 17 h 30 : Gommard - concert.
- 18 h 30 : Jonathan Rabb - un Américain à Berlin.
- 19 heures : Prolo - théâtre par Les Piqueteros.

Dimanche 23 septembre :
- 10 h 30 : Jean-Bernard Pouy, Gérard Mordillat, Claude Mesplède - le roman noir, polar et social.
- 11 heures : Caryl Férey - dans la peau d'un Maori, d'un Zulu, d'un Mapuche, d'un Breton...
- 11 heures : fresque par les enfants.
- 11 h 30 : rencontre avec les auteurs ivryens.
- 12 heures : Sergio Zamora - une brève histoire des Mapuche.
- 14 heures : Mehdi Lallaoui - bidonvilles, hier et aujourd'hui.
- 14 heures : film - El Mercenario, de Sergio Corbucci.
- 15 heures : Abdel-Hafed Benotman et Natacha Filippi - la fraternité enfermée.
- 15 heures : Les Voisins - Musique.
- 15 h 30 : Elsa Osorio - histoires, mémoire et luttes.
- 15 h 30 : atelier pour les enfants avec Benoït Morel.
- 16 heures : film - Il était une fois la révolution, de Sergio Leone.
- 16 h30 : Shumona Sinha - Assommons les pauvres !, entre empathie et rejet.
- 16 h 30 Mimi Barthélémy - dis-moi des chansons d'Haïti.

Parmi les invités : Claudine Aubrun | Christine Beigel | Abdel-Hafed Benotman | Caryl Férey | Éric Halphen | Pierre Hanot | Iain Levison | Claude Mesplède | Chantal Montellier | Jean-Bernard Pouy | Jonathan Rabb | James Sallis | Gérard Streiff

Pied de page