Potens

San-Antonio, ça a été d'abord le salut, c'est-à-dire bien gagner sa vie, avoir une vie confortable pour les miens, bien se loger, avoir une maison, avoir tout ce qu'on veut, enfin tout ce qui fait le confort, qu'on est bien dans sa peau, qu'on est bien même socialement, mais ça me tourmentait.
Frédéric Dard - Je me suis raconté des histoires très tôt
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 16 octobre

Contenu

Roman - Thriller

Potens

Psychologique MAJ lundi 06 septembre 2010

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 19 €

La guerre des cerveaux

Charlotte Delaumait, mère de six enfants, tous de pères différents, est assassinée sauvagement. Membre de Potens, un club de surdoués, elle y a accumulé les inimitiés. Afin de trouver le meurtrier, Patrick Vivier, Commandant de Police en charge de l'enquête décide de faire infiltrer le club par Garance Hermosa, une psycho-criminologue à l'encéphale hyper développé. Le personnage dont on avait fait connaissance dans Écho, le premier roman d'Ingrid Desjours, nous apparaît ici plus fragile, plus humaine, même si elle garde son côté garce. Son passé qui remonte à la surface va la pousser dans un tourbillon d'autodestruction, et le lecteur va assister à sa lente déchéance alors qu'elle tente de résoudre un crime perpétré par un membre d'une communauté où règne complots et manigances.
"Potens" en latin signifie "Puissant". Puissant. Cet adjectif résume à lui tout seul ce qu'est ce roman. Ingrid Desjours est une incontestable descendante de Machiavel. Tous les protagonistes de ce roman, des HQI (Hauts Quotients Intellectuels), ont des personnalités retorses et disposent chacun d'un mobile valable d'assassiner Charlotte. L'auteur prend plaisir à balader son lecteur et à l'emmener sur des pistes multiples. On retrouve dans ce livre un peu l'esprit d'Agatha Christie. Un meurtre, un groupe de coupables potenSiels et un enquêteur immergé au cœur de la vie du groupe. Si l'on ajoute une trame psychologique saisissante, véritable travail d'orfèvre, et une plume qui recèle un lyrisme et une poésie enivrants, on obtient un roman qu'on a du mal à lâcher. L'accroche de l'éditeur est "Potens, l'intelligence, c'est d'en sortir. Vivant." Et la difficulté, c'est d'en sortir. Tout simplement.

Citation

Là, le jour qui décroît sur la station Saint-Jacques, le couchant qui apaise l'homme rangé quand il excite le prédateur, protège le dealer, accompagne la putain, crépuscule complice de violences surréalistes éclatant sous les yeux aveugles du photographe, démasquées par un zoom sans concession.

Rédacteur: Fabien Hérisson samedi 04 septembre 2010
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page