Nirvana transfert

La bouche du canon monte vers son œil et elle ferme les yeux. Elle sent la pression contre sa paupière et son globe oculaire. Elle n'entend pas la déflagration.
Lars Kepler - Incurables
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 24 mars

Contenu

Roman - Policier

Nirvana transfert

Psychologique - Vengeance - Mafia MAJ dimanche 19 décembre 2010

Note accordée au livre: 3 sur 5

Poche
Inédit

Tout public

Prix: 12 €

Voir plus d'infos sur le site livresque-du-noir.fr (nouvelle fenêtre)

Marie Vindy
Bihorel : Krakoen, septembre 2010
316 p. ; 17 x 11 cm
ISBN 978-2-916330-72-3
Coll. "Forcément noir"

Suicide mode d'emploi

Warren mène une vie dure. De quoi déprimer et il déprime en effet, écoutant en boucle Kurt Cobain. Et comme si ça ne suffisait pas, angoisse de recevoir des lettres anonymes qui d'un coup projettent dans sa mémoire malade des flashs ahurissant : voilà qu'il croit se rappeler avoir été abusé sexuellement dans son enfance. Juste une terreur imprécise, des images insupportables et aucune réalité à coller sur ces jeux d'ombres qui le saccagent. Il n'en peut plus, porte l'affaire devant la police, qui l'oriente vers les inspecteurs de la brigade des mineurs. Carrière enquête, vieux flic solitaire, un chien à la maison, une amante possible et l'alcool pour tenir bon contre la nuit. L'affaire est mince mais elle le tourmente, sans qu'il sache trop pourquoi. Or voici que bientôt les courriers du Corbeau lui permettent de lever du gros gibier. Une certaine famille Loisel. Grosse fortune associée à un cartel, la mafia russe. Du très gros gibier même : un rouage français de la grosse machinerie internationale à faire du fric crapuleusement... Que vient faire Warren dans cet univers ? Et quelles sont les motivations du Corbeau ? S'en prendre à la famille Loisel ? Mais pourquoi Warren ? Et pourquoi le détruire, lui aussi ?
D'une écriture somme toute classique, le roman est bien ficelé. Et s'il accoste volontiers en des terres glauques – pédophilie, prostitution, traite des êtres humains -, c'est par détour pour révéler son autre enjeu : l'art du portrait de flic tout en nuance.

Citation

J'ajouterais que sa passion pour Kurt Cobain n'est pas anodine.

Rédacteur: Joël Jégouzo vendredi 10 septembre 2010
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page