Nirvana transfert

Quatre-vingt-dix-neuf pour cent du boulot, c'est ça aujourd'hui : pas de contenu tangible. Que l'on soit couvert de diplômes ou tout juste capable d'écrire son nom, on ne fait rien de réel, rien à propos de quoi on puisse se sentir fier. On est dans le virtuel, le dématérialisé : on tâte, on observe, on pond des rapports à l'intention d'untel ou de machin-truc, on fait gaffe à l'endroit où on pose ses fesses, on tache d'effacer les traces qu'on laisse derrière soi.
Jean-Luc Cochet - Le Chat du Marcadieu
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Tu entreras dans le silence
Lorsque les soldats français partirent au combat, en 1914, c'était avec la certitude de rentrer rapid...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 03 juin

Contenu

Roman - Policier

Nirvana transfert

Psychologique - Vengeance - Mafia MAJ dimanche 19 décembre 2010

Note accordée au livre: 3 sur 5

Poche
Inédit

Tout public

Prix: 12 €

Voir plus d'infos sur le site livresque-du-noir.fr (nouvelle fenêtre)

Marie Vindy
Bihorel : Krakoen, septembre 2010
316 p. ; 17 x 11 cm
ISBN 978-2-916330-72-3
Coll. "Forcément noir"

Actualités

  • 11/10 Blog: Sélection automnale de Claude le Nocher
  • 02/10 Auteur: Marie Vindy à Dijon (21)
    Le samedi 9 octobre les éditions Krakoen prennent leurs quartiers chez Marie Vindy, à Dijon (Côte-d'Or), pour lui faire sa fête à l'occasion de la sortie de son dernier roman, Nirvana Transfert. Trois rendez-vous de par la ville vous sont proposés :
    - À 10 h 30 à la bibliothèque François Mitterrand (Place Coluche/Chenôve. Tél. : 03.80.51.55.09), l'auteur présentera son livre - et le dédicacera à qui le lui demandera.
    - À 17 heures, Marie Vindy sera à la librairie Grangier (14, rue du Château. Tél. : 03.80.50.82.50) pour être interviewée par Jocelyne Rémy. Là encore, vous pourrez faire dédicacer votre exemplaire de Nirvana Transfert.
    - Et enfin à 19 h 30, clôture de cette journée dijonnaise (avec ou sans moutarde ?) par un "verre de l'amitié" à la brasserie de l'Hôtel de ville (22, place de la Libération. Tél. : 03.80.41.81.50)
    Liens : Marie Vindy

  • 17/09 Édition: Parutions de la semaine - 17 septembre

Suicide mode d'emploi

Warren mène une vie dure. De quoi déprimer et il déprime en effet, écoutant en boucle Kurt Cobain. Et comme si ça ne suffisait pas, angoisse de recevoir des lettres anonymes qui d'un coup projettent dans sa mémoire malade des flashs ahurissant : voilà qu'il croit se rappeler avoir été abusé sexuellement dans son enfance. Juste une terreur imprécise, des images insupportables et aucune réalité à coller sur ces jeux d'ombres qui le saccagent. Il n'en peut plus, porte l'affaire devant la police, qui l'oriente vers les inspecteurs de la brigade des mineurs. Carrière enquête, vieux flic solitaire, un chien à la maison, une amante possible et l'alcool pour tenir bon contre la nuit. L'affaire est mince mais elle le tourmente, sans qu'il sache trop pourquoi. Or voici que bientôt les courriers du Corbeau lui permettent de lever du gros gibier. Une certaine famille Loisel. Grosse fortune associée à un cartel, la mafia russe. Du très gros gibier même : un rouage français de la grosse machinerie internationale à faire du fric crapuleusement... Que vient faire Warren dans cet univers ? Et quelles sont les motivations du Corbeau ? S'en prendre à la famille Loisel ? Mais pourquoi Warren ? Et pourquoi le détruire, lui aussi ?
D'une écriture somme toute classique, le roman est bien ficelé. Et s'il accoste volontiers en des terres glauques – pédophilie, prostitution, traite des êtres humains -, c'est par détour pour révéler son autre enjeu : l'art du portrait de flic tout en nuance.

Citation

J'ajouterais que sa passion pour Kurt Cobain n'est pas anodine.

Rédacteur: Joël Jégouzo vendredi 10 septembre 2010
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page