Lénine à Disneyland

Pour empoisonner ma grand-mère paternelle, ce fut plus délicat, car elle ne buvait pas de café à la fin de son repas.
Jean-Michel Cosson, Jean-Philippe Savignoni, Gisèle Vigouroux & Marie-Pascale Vincent - Les Grandes affaires criminelles du Languedoc Roussillon
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 19 janvier

Contenu

Essai - Noir

Lénine à Disneyland

Politique - Social MAJ jeudi 30 septembre 2010

Note accordée au livre: 4 sur 5


Inédit

Tout public

Prix: 8,5 €

Sébastien Rutés
Marseille : l'Atinoir, juillet 2010
248 p. ; 19 x 13 cm
ISBN 978-2-918112-16-7
Coll. "L'atineur"

Les mots aussi peuvent changer le monde

Dans Le Plagiat par anticipation, Pierre Bayard développait une thématique intéressante, celle donc du plagiat par anticipation. C'est à dire qu'il voyait dans certains écrits une version qui annonçait d'autres textes ! De fait, sous une forme ludique, Pierre Bayard détaillait la démarche de l'intertextualité. Depuis quelques années, un des pans de la critique littéraire universitaire cherche à définir ce qui fait la spécificité du texte littéraire. Un des points importants qui constitue l'aspect littéraire d'une œuvre ; c'est justement sa capacité à copier ses prédécesseurs, en les imitant, en voulant les dépasser ou ironiser sur leurs écrits. Chaque roman de qualité serait ainsi une réponse aux romans précédents et une façon nouvelle d'appréhender les réalités décrites dans les textes précédents.
Les romans populaires, les "sous-genres" seraient exclus de cette qualité dans la mesure où ils évoluent ailleurs. Sébastien Rutés décide donc de s'attaquer à ce problème de l'intertextualité, en s'appuyant sur un auteur de romans policiers afin de montrer qu'après tout la littérature policière est aussi intéressante que la blanche. De son côté, Paco Ignacio Taibo II est un auteur mexicain qui a vécu l'expérience de mai 68 à Mexico. Après réflexion, il s'est dit que face aux idées, aux mythes ancrés dans la tête des gens, il fallait créer des contre-mythes, des mythes de gauche en développant la culture. Comment donner le goût de la culture aux peuple ? En lui donnant à lire des récits qui sous couvert de divertissement l'entrainent par le récit dans une meilleure compréhension du monde et par le style et les références vers l'envie d'en savoir et d'en lire plus. C'est donc tout logiquement que Sébastien Rutés va sonder l'œuvre de Taibo II pour y chercher l'intertextualité.
Sans entrer dans les détails, car l'ensemble est passionnant, le travail de Sébastien Rutés, loin d'être jargonnant et uniquement destiné à des spécialistes, est une très bonne introduction aux textes de l'auteur. De plus, pour ceux qui avaient déjà pratiqué (outre le regret de ne pas voir traduit certains titres dans notre beau pays) le mode d'entrée dans les textes les éclairent sous un nouveau jour, et pousse à aller revérifier une page, une quatrième de couverture et du coup de se replonger dans un chapitre, voire un livre pour le relire en intégralité. Les exemples sont parlants, clairs, le ton jamais pédant, le lecteur a l'impression d'avoir appris des choses, de ne pas s'être ennuyé et d'être plus cultivé après qu'avant, en ayant entendu parler de Sandokan ou de catcheurs masqués (qui n'a jamais vu le film Santo contre les vampires dans les rues de Mexico ne sait pas vraiment ce qu'est le cinéma!) comme de poésie romantique.

Citation

Sa définition encore floue se fonde sur des termes tels que dénonciation, engagement politique, chronique sociale, urbanité... plus rarement sur des considérations stylistiques, structurelles ou narratologiques.

Rédacteur: Laurent Greusard dimanche 26 septembre 2010
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page