Trois accidents et un suicide

Ses yeux brillaient d'une lueur enfantine de pouvoir contempler une nouvelle fois l'œuvre sacrée, quand bien même il ne s'agissait que d'une reproduction.
Jean Depreux - Les Meurtriers de Dieu
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 25 mars

Contenu

Roman - Thriller

Trois accidents et un suicide

Assassinat MAJ dimanche 03 octobre 2010

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 19,9 €

Seamus Smyth
Quinn - 2000
Traduit de l'anglais par Natalie Zimmermann
Paris : Fayard, mai 2010
316 p. ; 24 x 16 cm
ISBN 978-2-213-63703-7
Coll. "Noir"

Une variation truandesque du Prince de Machiavel

Personne ne connaît réellement Gerd. Homme discret, il est pourtant un manipulateur et un organisateur de premier plan, construisant comme des chefs d'œuvre ses affaires criminelles. Il est parvenu à rester dans l'ombre. Il met au point un nouveau plan diabolique qui doit lui permettre de développer l'entreprise de son associé, le parrain local. Mais sa vie conjugale agitée risque de lui mettre des bâtons dans les roues.
Le roman raconté à la première personne dissèque avec humour et un cynisme consommé les plans machiavéliques de Gerd pour s'enrichir, apparaître sous le meilleur jour possible. Au cœur de l'intrigue, à un moment donné, il faut pour envoyer la police sur une fausse piste trouver un complice qui sera éliminé et dont le corps sera caché. Gerd choisit pour ce rôle funèbre un prêteur sur gages ce qui lui permet de lui emprunter de l'argent sachant qu'il ne le remboursera pas.
Trois accidents et un suicide se présente donc comme une variation truandesque du Prince de Machiavel. Les clins d'œil sont constants : le personnage central s'annonce comme un écrivain auprès d'un médecin légiste afin de discuter de la meilleure façon de tuer quelqu'un en faisant passer le crime pour un accident. L'affaire est délicate car il lui faut tuer trois membres de la même famille dans les mêmes heures. Au final, l'écrivain en présentant l'ensemble des efforts de Gerd comme une suite d'activités intelligentes et où il mouille sa chemise pour atteindre la perfection parvient à le rendre sympathique, et l'on en vient à pester contre ses victimes qui mettent une mauvaise volonté à mourir dans les conditions qu'il a fixées.
Cet aspect sympathique est renforcé par la mauvaise foi contagieuse du narrateur : ce n'est pas de sa faute s'il a une maîtresse car c'est son épouse qui prend la mouche trop facilement. Elle le quitte et elle veut garder les enfants ? Eh bien il va la faire plonger pour trafic de drogue. Il veut cacher ses affaires ? Il met une bombe devant une école pour menacer une journaliste (alors que c'est l'école même de ses enfants !). Quoi l'école de ses enfants ?
Justement qui irait le suspecter ? À chaque étape, pour s'en sortir, il plonge dans l'abjection et le lecteur sourit devant cette volonté qui se perpétue, devant cette force en action sans se poser jamais de questions sur la légitimité même des dites actions, ce qui prouve la force du roman dans cette description implacable, rapportée sur un ton ironique constant.

Citation

C'est pratique d'emprunter de l'argent à quelqu'un quand on sait qu'il ne vivra pas assez longtemps pour vous le réclamer.

Rédacteur: Laurent Greusard mercredi 29 septembre 2010
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page