Léviatemps

Il y avait du boulot. Remettre en état convenable un homme démembré, ce n'est pas à proprement parler de la besogne ordinaire.
Hervé Sard - Ainsi fut-il
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Tempête qui vient
Le titre de ce nouveau roman de James Ellroy, par ailleurs deuxième volet du "Second quatuor de Los Angel...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 20 novembre

Contenu

Roman - Thriller

Léviatemps

Historique - Ésotérique - Assassinat MAJ mercredi 01 décembre 2010

Avec le temps, va...

Guy de Timée, romancier à succès, a lâchement fui le domicile conjugal dans l'espoir de recommencer sa vie. Pour échapper à sa belle famille, il a trouvé refuge dans un lupanar, au milieu des courtisanes. On est en 1900, au cœur de Paris alors que la ville accueille l'Exposition universelle. Une des courtisanes est retrouvée morte devant la maison close. La position du cadavre laisse à supposer l'œuvre du diable. Alors que les enquêteurs semblent tout faire pour étouffer l'affaire, Guy découvre que ce crime n'est pas le premier du genre. Il va se lancer dans une traque psychologique, puis bien réelle du monstre qui sévit dans la Capitale. Le début d'une course contre le temps.
Maxime Chattam a l'art et la manière de dérouter ses lecteurs. Après sa Trilogie du Mal, celle du Cycle de l'homme puis celle d'Un Autre Monde, il adopte avec Leviatemps un style encore différent. On retrouve ici une plume qui fait irrémédiablement penser à celle d'un Jean-Luc Bizien dans La Chambre mortuaire ou La Main de gloire. Les descriptions du Paris du début du siècle sont criantes de vérité. L'auteur nous livre un héros improbable, doté de compétences graphologiques, d'analyse comportementale. Un profiler avant l'heure. Pourtant, on se laisse accaparer par l'histoire, par la balade parisienne qui nous est offerte à la découverte de l'Exposition universelle. On regrettera néanmoins une trop grande profusion de descriptions et le fait que le titre (initialement Le Maître du temps) donne une indication sur le coupable. Léviatemps n'est certes pas le meilleur roman de Maxime Chattam, et les aficionados pourront se montrer décontenancés par le style utilisé. Mais les grands auteurs ont cet avantage : même lorsque le livre est un cran en-dessous des précédents, cela reste cependant un bon cru.

Citation

Il en avait tiré la certitude qu'un cadavre était le résultat d'une maladie, dont chaque détail, de la position aux blessures, constituait un symptôme. Identifier la maladie, c'était comprendre le mal qui avait saisi le criminel au moment des faits.

Rédacteur: Fabien Hérisson vendredi 01 octobre 2010
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page