Sans douceur excessive

Pour autant que Mason le sache, Sissy fixait un triple objectif à sa lettre de suicide : que les gens soient surpris par ce qu'elle avait fait de bien, qu'ils soient indignés par ce qu'elle avait fait de mal et qu'ils aient honte de la façon dont ils l'avaient traitée.
Shaughnessy Bishop-Stall - Mille petites falaises
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Lovecraft Country
"Encore un machin lovecraftien", me suis-je dit in petto. Il est vrai que je suis un grand fan du maître ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 15 août

Contenu

Roman - Thriller

Sans douceur excessive

Enlèvement - Disparition MAJ dimanche 17 octobre 2010

Note accordée au livre: 3 sur 5

Poche
Réédition

Tout public

Prix: 7,8 €

Lee Child
The Hard Way - 2006
Traduit du français par Frédéric Abergel
Paris : Points, mai 2010
518 p. ; 18 x 11 cm
ISBN 978-2-7578-1868-8
Coll. "Thriller", 2412

Dans un monde de brute

Jack Reacher est le héros récurrent de l'œuvre de Lee Child. Ancien major dans la police militaire, c'est un solitaire, sans port ni attache. Attablé dans un café, il observe un individu qui démarre sa voiture. Le lendemain, au même endroit, il est accosté par un homme qui veut savoir ce qu'il a vu la veille. Dans le coffre de la voiture se trouvait une rançon d'un million de dollars. Edward Lane, le rançonné, gère un groupe d'anciens militaires au sein de sa société de protection rapprochée. Sa femme a été kidnappée. Il veut la retrouver et mettre la main sur son ravisseur, quel qu'en soit le prix. Il propose à Reacher d'accomplir cette mission et de lui livrer le coupable. L'ancien major va mener son enquête au sein d'un nid de guêpes, et s'apercevoir que les apparences peuvent souvent être trompeuses.
Lire un roman de Lee Child, c'est pénétrer les rouages d'une mécanique bien huilée. Dans Sans douceur excessive, tout est précis, net, carré. Une écriture quasi militaire. Des phrases courtes, des descriptions qui sonnent comme des reconnaissances de terrain. Dès la première page tournée, on se met au pas, on lit en cadence, on suit le rythme imposé par l'auteur. Hop, deux, hop, deux. Jack Reacher, même s'il est le parfait cliché du militaire invulnérable, nous entraine dans son sillage. On le suit les yeux fermés, guettant ses exploits, tremblant à la moindre anicroche. On pourrait presque, une fois le livre refermé, l'entendre nous ordonner : "Soldat ! À mon commandement... Repos !".

Citation

D'une certaine manière, il appréciait cette phase précise de l'opération. Il était accro au risque. Inutile de le nier. C'était ça qui avait fait de lui ce qu'il était.

Rédacteur: Fabien Hérisson vendredi 08 octobre 2010
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page