L'Heure d'avant

Néanmoins, si l'on fait la somme des lettres de cachet délivrées pour la Bastille, de 1659 à 1789, on arrive au chiffre respectable de 5279. Un pareil total pour la seule Bastille nous conduit bien au-delà d'un coup par coup pratiqué par le souverain et laisse supposer que la lettre de cachet est en fait une institution.
Claude Quétel - Les Lettres de cachet : une légende noire
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Tu entreras dans le silence
Lorsque les soldats français partirent au combat, en 1914, c'était avec la certitude de rentrer rapid...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 01 avril

Contenu

Roman - Thriller

L'Heure d'avant

Énigme - Mafia MAJ jeudi 09 décembre 2010

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 17 €

Colin Harrison
Risk - 2009
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Renaud Morin
Paris : Belfond, septembre 2010
24 x 14 cm
ISBN 978-2-7144-4767-8
Coll. "Noir"

Actualités

  • 14/10 Édition: Parutions de la semaine - 14 octobre
    Inutile d'y aller par quatre chemins : il y en a beaucoup plus à la fin de cette semaine de parutions éditoriales. Tous les genres sont présents. Dans quasiment toutes les collections dites de polars. Au rayon des curiosités, évidemment, l'anthologie Mexico Noir, des éditions Asphalte (bon, d'accord, inutile de lever un loup comme dirait Martine A., nous connaissons très bien les deux éditrices), mais également (là, la fin de la partialité est évidente), l'arrivée de Samuel Delage chez Belfond pour un thriller ésotérique (Code Salamandre), la nouvelle orientation vers le roman historique de Henri Lœvenbruck chez Flammarion (L'Apothicaire). Fabien Hérisson vous a déjà dit tout le bien qu'il pensait du dernier opus de Frank Delaney au Cherche Midi (Les Enfants de la peur), quant à moi, j'aborderai sérieusement et doublement le cas Paul Cleave (Un père idéal, Sonatine). L'auteur réalise un bon thriller noir, qui aurait été très bon si amputé de ses vingt dernières pages. J'en reparle plus tard ! La dernière parution de chez Gallmeister de Trevanian (Incident à Twenty-Mile) ravira les lecteurs en mal de westerns agonisants. Quelques curiosité japonaises pointent le nez du côté des éditions Philippe Picquier. Promis, on en recause. Pour le reste, faites-vous plaisir :

    Grand format :
    La Femme d'un homme qui, de Nick Barlay (Quidam, "Made in Europe")
    Dimiter, de William Peter Blatty (Robert Laffont, "Best-sellers")
    Le Moulin de la vieille morte, de Jean-Louis Boncœur (Pavillon noir)
    Va, brûle et me venge, de Philippe Bouin (L'Archipel)
    Un père idéal, de Paul Cleave (Sonatine)
    Random, de Mathieu Croizet (L'Écailler)
    Code Salamandre, de Samuel Delage (Belfond, "Romans français")
    Les Enfants de la peur, de Frank Delaney (Le Cherche Midi, "Thriller")
    Du son sur les murs, de Frantz Delplanque (Le Seuil)
    Jaguars, de Sophie Di Ricci (Moisson rouge)
    Mortelle confidence, de Heather Graham (Harlequin, "Mira")
    Pour te retrouver, de Heather Gudenkauf (Harlequin, "Mira")
    Nuit de tonnerre, de Stephen Hunter (Le Rocher, "Thriller")
    Rendez-vous à Biarritz ou... lâchez-moi les basques ! de Ji-Pi (Atlantica)
    Alaïss, la délivreuse de vie, de Geny Laffitte (Pierre Philippe)
    La Baraque à Raymond, de Dominique Lemaire (Étrave)
    L'Apothicaire, de Henri Lœvenbruck (Flammarion, "Thriller")
    La Veuve de la place Saint-Pierre, de Alain Loison (Libra diffusio)
    La Rose d'ébène, de Philippa Deanne Martin (Harlequin, "Mira")
    Les Mystères de Yoshiwara, de Kesaco Matsui (Philippe Picquier)
    Chaleur blanche, de Melanie J. McGrath (Presses de la Cité, "Sang d'encre")
    Mexico Noir, collectif (Asphalte, "Noir")
    The City & the city, de China Miéville (Fleuve noir, "Thriller")
    Les Archives alsaciennes de Sherlock Holmes, de Christine Muller (Le Verger, "Les Enquêtes rhénanes")
    Tout Harry Dickson. 3, de Jean Ray (Ananké-Lefrancq)
    Ceux de Podlipnaïa, de Théodore Rechetnikov (L'Arbre vengeur)
    Les Lois de la vengeance, de Christopher Reich (Belfond, "Noir")
    Coupable innocence, de Nora Roberts (Harlequin, "Mira")
    Mission Iceberg, de James Rollins (Fleuve noir, "Thriller")
    Plus gros que le ventre, de Linda Stift (Absalon, "K. 620)
    Vertige, de Franck Thilliez (Fleuve noir, "Thriller")
    Incident à Twenty-Mile, de Trevanian (Gallmeister, "Noire")
    Le Mauvais, de Shuichi Yoshida (Philippe Picquier)

    Poche :
    Un Noël à River Falls, de Alexis Aubenque (LGF, "Thriller")
    Embrasse-moi, Judas, de Will Christopher Baer (Folio, "Policier")
    Paraître à mort, de Philippe Bouin (Archipoche)
    Oscar Wilde et le nid de vipères, de Gyles Brandreth (10-18, "Grands détectives")
    Les Yeux d'Harry, de Jérôme Camut et Nathalie Hug (LGF, "Thriller")
    Hiéroglyphes, de William Dietrich (Pocket, "Best")
    Le Dernier hiver, de Åke Edwardson (10-18, "Domaine policier")
    À vif, de Dianne Emley (Pocket, "Thriller")
    Le Rituel de l'ombre, d'Éric Giacometti & Jacques Ravenne (Pocket, "Thriller")
    Tremblements, de Joel Goldman (J'ai lu, "Thriller")
    L'Heure d'avant, de Colin Harrison (10-18, "Domaine policier")
    La Mort, simplement, de Andrea H. Japp (LGF, "Thriller")
    Cris de mes chats, le dimanche, de Jacques Jouet (Baleine, "Le Poulpe")
    Le Meurtrier de l'avent, de Thomas Kastura (Points, "Thriller")
    Le Fantôme de l'Opéra, de Gaston Leroux (Archipoche, "Bibliothèque du collectionneur")
    Les Soldats de l'aube, de Deon Meyer (Pointdeux)
    Requiem sous le Rialto, de Nicolas Remin (10-18, "Grands détectives")
    Le Dernier oracle, de James Rollins (Pocket, "Thriller")
    Maigret à Paris, de Georges Simenon (LGF, "Policier")
    Maigret et le client du samedi, de Georges Simenon (LGF, "Policier")
    Les Algues mortes, de Claude Soloy (Krakoen, "Forcément noir")
    Le Syndrome [E], de Franck Thilliez (Pocket, "Thriller")
    La Chute, de Guillermo del Toro & Chuck Hogan (Pocket, "Thriller")
    Un lieu incertain, de Fred Vargas (J'ai lu, "Policier")
    Le Sceau de l'ombre, de Marie Vindy (Krakoen, "Forcément noir")
    Liens : Code Salamandre |Les Enfants de la peur |Le Dernier hiver |Le Meurtrier de l'Avent |Mexico noir |Le Syndrome [E] |Vertige |Un lieu incertain |Le Sceau de l'ombre |Philippe Bouin |Gyles Brandreth |Jérôme Camut |Paul Cleave |Mathieu Croizet |Samuel Delage |Frank Delaney |Sophie Di Ricci |William Dietrich |Åke Edwardson |Éric Giacometti |Colin Harrison |Thomas Kastura |Gaston Leroux |Henri Lœvenbruck |Alain Loison |Deon Meyer |Georges Simenon |Franck Thilliez | Trevanian |Fred Vargas |Marie Vindy |China Miéville

  • 18/02 Édition: Parutions de la semaine - 18 février

Jeux de mains...

Roger Corbett était un homme sans histoire. Un ancien de Wall Street ruiné comme il y en a beaucoup à New York, mais pas sans moyens – juste moins riche qu'il ne l'a été au temps de sa splendeur. Sa mort aussi aura été sans histoire, et sans mystère : trop absorbé par ses pensées, il s'est laissé faucher par un camion-benne en sortant d'un bar, au milieu de la nuit. Il n'y a rien de suspect ; c'est un accident et l'affaire est vite classée. Pourtant la mère de Roger engage un détective privé, un dénommé Hicks, pour enquêter. Oh, non pas sur les causes de la mort de son fils – c'est un authentique accident et elle ne conteste pas les conclusions du rapport de police. Non : ce qu'elle veut savoir, c'est ce que faisait son fils dans ce bar, pourquoi il y a passé les quatre dernières heures de sa vie. Le détective obtient des résultats, mais qui ne suffisent pas à sa commanditaire. Elle demande donc à George Young de reprendre les recherches au point où Hicks les a arrêtées.
George Young, la cinquantaine tranquille, marié-père de famille, lui aussi sans histoire, employé depuis de longues années du cabinet d'avocats fondé par feu l'époux de Mme Corbett. Sans histoire et sans éclat particulier, mais M. Corbett père l'avait à la bonne. Et George était très attaché à son patron. Alors oui, il accède à la demande de la vieille dame.

Avec pour tout bagage une "grande enveloppe verte" contenant les rapports de Hicks et quelques autres informations concernant le défunt, George Young commence à chercher. Ses investigations peu à peu envahissent sa vie et prennent un tour presque obsessionnel. Sans doute la rencontre avec Eliska, la maîtresse de Roger, y est-elle pour beaucoup – énigmatique Eliska, avec sa silhouette tout en longueur, ses yeux pâles et son parler émaillé d'erreurs syntaxiques... Eliska la Tchèque, "mannequin de détail" dont seules les mains sont starifiées et qu'elle ne montre jamais que gantées... Derrière ces mains hypnotiques, qu'Eliska habille et dissimule comme la vérité, soigne et entretient comme ses mensonges, George Young entrevoit de minces fils qu'il entreprend de suivre. À la clef ? de vagues lumières, fragiles, qui épaississent le mystère au lieu de le dissiper.

L'Heure d'avant a d'abord été un feuilleton publié par le New York Times Magazine à raison d'un épisode par semaine, avec toutes les contraintes d'écriture que cela suppose – calibrage du texte, insertion dans la trame du récit de rappels permettant aux lecteurs de rattacher dans leur souvenir les épisodes entre eux, etc. Au prix de quelques adaptations – sur lesquelles l'auteur s'explique ici – les quinze épisodes feuilletonesques d'environ deux mille mots chacun sont devenus un roman en douze chapitres. Un roman où l'on ne devine plus trace de cette première vie (sauf peut-être des récurrences un peu insistantes à propos des mains d'Eliska, qui peuvent aisément passer pour l'expression de l'emprise qu'elles exercent sur le narrateur) et qui fonctionne à la perfection : la transmutation est une réussite.
Outre que la matière noire en elle-même est intéressante parce que sous ses nuances mafieuses elle convoque un objet de trafic pour le moins intriguant, elle est modelée avec un art consommé de la narration : les chutes de chapitres sont aussi acérées qu'une lame de sabre, et chaque élément nouveau glané par le narrateur s'intègre au récit en apportant, avec ses éclaircissements, des questions inattendues. Et puis sous la matière noire, subreptices, des indices esquissent une autre affaire... dont il convient de ne rien dire à moins de vouloir briser la coquille de ce qu'il faut, dans une chronique, préserver d'un texte. Toutes caractéristiques qui signalent un excellent roman "à énigme" et celui-ci a, de plus, les attraits du récit "psychologique" : écrit à la première personne, il fait la part belle aux introspections du narrateur, qui s'emballent sous l'effet de ce bouleversement intervenu de façon si surprenante dans son existence confortable mais plate.

C'est donc entendu : on a affaire à un polar excellemment conçu. Qui prend un charme accru quand on a, avant lui, fréquenté d'autres romans de Colin Harrison. On constate alors combien l'auteur est maître de sa technique narrative : en moitié moins de pages qu'à son habitude, il parvient à construire un récit où l'on retrouve sa propension aux digressions et aux descriptions mais ramenées ici à des proportions parfaitement ajustées à une "distance" romanesque abrégée. Les connaisseurs auront surtout plaisir à retrouver, dans L'Heure d'avant cette singulière étrangeté si particulière aux livres de Colin Harrison. Une étrangeté qui n'est rien autre que rareté ou incongruité, qu'un rien suffirait à précipiter dans le fantastique ; une étrangeté qui, peut-être, reflète ce que communique à l'écriture du romancier la "personnalité" si j'ose dire de New York, cette ville qui a tant d'importance dans ses histoires, cette ville où il vit et où évoluent ses personnages, dépeints comme s'ils étaient transfusés par quelque sérum urbain propre à la Grosse Pomme...

Citation

Ces mains-là ne saisissaient plus, ne pinçaient plus, ne grattaient plus ; elles évoquaient l'immortalité et la perfection.

Rédacteur: Isabelle Roche lundi 27 octobre 2008
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page