Mort d'un maître de go

Se croire protégé quand on est policier, c'est un peu comme remonter les couvertures en imaginant qu'on s'abritera des monstres.
Gilles Sebhan - Cirque mort
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 21 mars

Contenu

Roman - Policier

Mort d'un maître de go

Historique MAJ jeudi 21 octobre 2010

Note accordée au livre: 4 sur 5

Poche
Réédition

Tout public

Prix: 7 €

Frédéric Lenormand
Paris : Points, septembre 2010
288 p. ; 18 x 11 cm
ISBN 978-2-7578-1955-5
Coll. "Policier", 2457
Les Nouvelles enquêtes du juge Ti, 8

Ce qu'il faut savoir sur la série

Le juge Ti est un personnage atypique de la dynastie chinoise des T'ang. Il a vécu dans la seconde moitié du VIIe siècle et s'est fait remarquer par sa sagacité et ses aptitudes à résoudre des enquêtes où il a dû également faire preuve de diplomatie pour ne pas froisser les grands de son monde.
Créé par Robert H. Van Gulik, le juge Ti est ici repris par Frédéric Lenormand.

La collecte des impôts mène à tout !

Pour le huitième recueil des enquêtes du Juge Ti imaginées par Frédéric Lenormand, le décor est celui de l'extrême Nord de l'empire, à la frontière avec les hordes barbares. Le magistrat décide de restaurer les murailles protégeant la ville, de construire un caravansérail demandé par la population et un temple dédié à Confucius selon la suggestion du gouvernorat de la province. Or, les caisses sont vides, son prédécesseur ayant laissé à son successeur le soin de réaliser la collecte des impôts. Ti décide donc de commencer par là. Tôt le matin, contre son gré, il est emmené par le percepteur à la rencontre des contribuables. Après un village où le juge ne fait pas recettes, mais assied l'autorité impériale, il arrive à Hohhot, une cité importante. Ti et sa suite doivent loger chez Tchao Xiang, le seigneur local. Qu'elle n'est pas sa surprise de voir, parmi le groupe qui l'accueille, Madame Première. Après la cérémonie, son épouse s'explique. Un homme est venu signaler au tribunal de Pei-tcheou, une série de décès suspects à Hehhot. Comme elle savait que son époux s'arrêterait dans la ville, elle est venue le prévenir. Pour expliquer son déplacement vis-à-vis de Tchao Xiang, elle a évoqué leur fille chérie. Le seigneur et son épouse se sont mis en tête d'unir les deux familles et il est déjà question de fiançailles.
C'est à la réception du soir que Ti rencontre Liu Yi, un maître de go. Il est surpris lorsque celui-ci, au cours de la soirée, demande à Hou, un retraité : "Avez-vous tout organisé dans votre vie pour le cas où vous disparaîtriez prématurément ?" Le lendemain, Hou est retrouvé assassiné. C'est pendant la visite d'un cimetière que Ti rencontre le fantôme d'une princesse qui le charge de faire cesser les meurtres. Commencent pour Ti plusieurs parties, entre ses enquêtes et le déploiement de toute sa diplomatie pour défaire la situation initiée par sa première épouse.
Avec Mort d'un maître de go l'auteur explore de nouvelles facettes de la vie quotidienne du peuple chinois de cette époque. (L'action de déroule en l'an 676 de notre ère.) Outre le quotidien des contrées lointaines de l'empire, loin de la cour, Frédéric Lenormand s'attache à décrire le mode de collecte des impôts, les étapes préparatoires d'un mariage. Le Juge Ti use une grande partie de son énergie à empêcher celui de sa seconde fille alors que son épouse, qui n'est pas la mère, ne fait rien pour freiner l'ardeur des parents du garçon pressés de s'unir à une famille au rang aussi prestigieux. L'auteur aborde également le jeu de go, ce qu'il représentait pour les amateurs et les passionnés et la fureur qu'il suscita parmi les classes lettrées.
L'auteur, comme à son habitude, construit son roman en mettant en scène plusieurs affaires, liées ou non. Il confronte la sagacité du juge à une affaire principale retorse avec une obligation de résultat pour ancrer, dans l'esprit des populations, la puissance de l'empire dans ces régions rattachées récemment.
L'auteur fait revivre, de façon plausible, le quotidien des populations. Il permet de découvrir une époque peu connue d'une façon attractive. Frédéric Lenormand agrémente son livre avec un ton facétieux, un humour piquant prenant pour cadre, tant les situations cocasses où le juge se trouve placé, que les attitudes et les travers de ses contemporains.
Il est dommage, toutefois, de mettre en début de volume, un plan d'Hohhot, avec des repères situant les principaux lieux de l'intrigue, sans en donner la nomenclature. Mort d'un maître de go donne l'occasion d'un dépaysement complet, d'un moment d'agréable lecture où l'on sourit souvent.

Citation

En quoi croyait-il ? En la philosophie de Confucius, et celui-ci n'avait jamais fait état d'ectoplasmes errant parmi les hommes.

Rédacteur: Serge Perraud mardi 19 octobre 2010
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page