Le Puits de la perversion

Nous nous tirâmes. La poésie c'est très joli, mais ça ne nourrit pas son homme. Il fallait songer un peu aux affaires sérieuses.
Léo Malet - Les Rats de Montsouris
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Sang chaud
Voilà un étonnant roman de gangsters à la sauce coréenne. L'action se déroule à Guam, un quartier por...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 29 février

Contenu

Roman - Policier

Le Puits de la perversion

Social - Urbain MAJ dimanche 19 décembre 2010

Note accordée au livre: 4 sur 5

Poche
Inédit

Public averti

Prix: 11 €

Voir plus d'infos sur le site livresque-du-noir.fr (nouvelle fenêtre)

Michel Vigneron
Villeneuve-d'Ascq : Ravet-Anceau, août 2010
288 p. ; 17 x 11 cm
ISBN 978-2-35973-124-4
Coll. "Polars en Nord", 70

Ils ont touché le fond

En refermant Le Puits de la perversion, on pourrait presque jurer avoir lu du Sartre. Michel Vigneron réussit à nous donner la nausée et l'impression d'avoir les mains sales. Il nous livre une histoire sombre, glauque et sordide où l'ombre de l'inhumanité et de la perversion s'inscrivent en filigrane. Ce roman pue le réalisme et fait froid dans le dos. L'auteur, flic de profession, nous prévient en prologue. Il a épluché de nombreuses procédures d'affaires de viols, d'incestes, pour retranscrire cette ambiance pesante, dans laquelle le lecteur est plongé dans une position de voyeur. On suit Patrice Orca, flic désabusé d'un commissariat de Boulogne-sur-Mer, esclave des incohérences du système judiciaire, et qui trouve auprès d'Ariane, une prostituée, la seule oreille attentive à ses tourments. Parallèlement, une jeune fille de seize ans se livre à nous par le truchement de son journal intime, dans lequel elle décrit les atrocités que lui inflige son père. Ailleurs, Jean, éducateur, s'efforce à donner une image lisse, afin de dissimuler ses penchants pervers. Subtil mélange d'actions passées et présentes, Le Puits de la perversion nous présente trois histoires qui vont finir par s'imbriquer et révéler un monde d'horreur. Âmes sensibles s'abstenir. On notera toutefois l'introduction par l'auteur de passages mystiques, comme s'il avait eu besoin d'apporter une dose d'espoir et de prendre un peu de hauteur par rapport à toute cette violence.

Citation

[...] je demeure couchée dans les draps tachés, le corps en chien de fusil, ma peau imprégnée de sa sueur acide, ma vulve vaincue et résignée bavant son sperme incestueux.

Rédacteur: Fabien Hérisson jeudi 21 octobre 2010
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page