Un lieu incertain

Parfois, quand je vois un SDF assis au coin d'une rue, frigorifié, je me demande jusqu'où il faudrait remonter dans le temps pour retrouver le moment précis qui l'a brisé.
Chris Carter - Le Prix de la peur
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 19 décembre

Contenu

Roman - Policier

Un lieu incertain

MAJ mardi 26 octobre 2010

Note accordée au livre: 4 sur 5

Poche
Réédition

Tout public

Prix: 7,6 €

Fred Vargas, c'est le pied...

Tout débute devant le cimetière de Highgate, celui-là même où Karl Marx est enterré. Dix-sept pieds coupés, encore dans leurs chaussures, semblent d'ailleurs vouloir retrouver le philosophe. Jean-Baptiste Adamsberg, commissaire de son état, était justement à Londres pour pour un colloque de police. Surprenante mise en scène scabreuse et gothique entre Dracula et Frankenstein. Juste le temps de s'en retourner chez lui que, dans la région parisienne, c'est un homme pulvérisé retrouvé à l'état de molécules qui se présente. À partir de là, c'est bien le mythe du vampire qui pointe le bout de ses chaussures, et qui va emmener Adamsberg jusqu'en Serbie, entre réalité, croyance et mystification. Bien entendu, les deux affaires sont liées. L'absence du dix-huitième pied, à l'origine de la plus grande interrogation d'Adamsberg est évidemment un point central d'une enquête qui vacille et oscille tel un pendule, et qui met à mal la relation entre Adamsberg et le commandant Danglard aux origines serbes : "Mots serbes, pieds serbes, c'est comme cela que vous raisonnez ?"
L'ajout singulier de Fred Vargas dans ce dixième roman est l'usage des langues et des lettres étrangères (les cursives allemandes et les cyrilliques plus rectilignes) qui rythment une intrigue où Fred Vargas perd son lecteur sans perdre son intrigue ni ses personnages. Du grand art.

Nominations :
Prix des lecteurs/lectrices de critiqueslibres.com - policier-thriller 2011

Citation

La guerre est cachée et les ennemis sont chimériques. Cependant la réalité entre un soir dans son théâtre, et on l'assassine.

Rédacteur: Julien Védrenne mardi 26 octobre 2010
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page