Terre inconnue

Il est persuadé que des milliers de suicides ont incubé dans la soupe puissante de ces réseaux sociaux où les trolls galopent sans frein et les injures volent sans trêve. C'est ça le vrai pouvoir de l'esprit sur la matière.
Stephen King - Fin de ronde
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 22 janvier

Contenu

Roman - Policier

Terre inconnue

Disparition - Trafic MAJ mercredi 11 mai 2011

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 19 €

Voir plus d'infos sur le site livresque-du-noir.fr (nouvelle fenêtre)

Fabrice Guillet
Colombes : Le Lamantin, octobre 2010
72 p. ; 22 x 15 cm
ISBN 978-2-9531779-4-7

Papa, les p'tits bateaux...

Erwann Madec est guitariste et chanteur dans un groupe qui commence à percer. Mais la tempête d'ego entre lui et le leader du groupe menace de se lever. C'est à ce moment qu'une "dérivation" intervient : son père, ancien navigateur en solitaire, homme extrêmement bourru, meurt en mer. Erwann Madec revient donc au pays pour découvrir que ce père n'était pas celui qu'il croyait.
L'approche policière de ce roman part de cette mystérieuse disparition qui devient très vite un meurtre. Derrière ce meurtre, on découvre à la fois des malversations financières autour du projet de création d'une marina, un trafic de drogues et du blanchiment d'argent sale. Mais Fabrice Guillet sait pertinemment que ces thématiques sont tellement balisées dans le roman policier que, plutôt que de jouer la comparaison, il préfère partir dans des chemins de traverse : il ne néglige pas cette part de l'intrigue, mais joue avec en coda mineur, évitant ainsi l'écueil trop politiquement correct. Il se permet même le luxe de laisser la résolution de l'énigme en arrière-plan. Tout est compréhensible mais rien n'est appuyé.
Cela lui permet de se concentrer sur son personnage principal et les remous que cette aventure provoque. Tout d'abord, les affaires sentimentales : il est parti sans prévenir sa petite amie de l'époque, devenue gendarme en charge du dossier de la mort de son père. Venu en Bretagne, il a laissé sur Paris sa petite amie actuelle et se trouve nez-à-nez avec une jeune femme déterminée qui aidait son père dans ses combats. Les liens avec les trois femmes, ce qui pourrait se nouer ou se renouer, ce qui a disparu, est traité avec nostalgie et douceur, avec un humour ironique tendre.
Le vide que laisse la disparition du père, les traces qu'il a semées, y compris celles d'un amour pour son fils, qu'il n'a jamais manifesté, les découvertes sur ce père peu connu à travers le regard de ses compagnons est le deuxième angle d'attaque choisi : là encore une mélancolie teintée de drôlerie englobe les passages concernés.
Lorsqu'il était dans le village, Erwann jouait de la musique avec un camarade (et l'on a l'impression qu'il est même plus doué). Ce dernier s'est trouvé englué dans la vie locale, dans l'entreprise familiale et le départ de son alter ego a sonné le glas de ses velléités artistiques. Mais il n'y a là non plus aucune amertume du monde.
Centré sur les individus plus que sur l'intrigue, le roman se propose des coups de projecteur sur des personnages secondaires, esquissés avec soin, que ce soit le frère du narrateur resté fidèle au métier du père et qui est pourtant exclu, sa femme enceinte, la passionnara écologiste ou l'ami musicien qui vivote en restant dans le village.
Dans Terre inconnue il n'y a nulle blessure à rouvrir, nulle haine chevillée au corps, juste des individus qui ont fait des choix plus ou moins heureux et qui se valent : celui qui est parti à Paris n'y a pas fait fortune, ni trouvé le succès, celui qui est resté veut continuer à savourer des soirées assis sur un banc près de la jetée. En rejetant quasiment hors vision les agissements des "méchants", en ne faisant intervenir la police presque uniquement à travers une gendarmette qui fut l'amour de la jeunesse du héros, en ponctuant son intrigue de réminiscences de chansons pop et rock, Fabrice Guillet accentue son côté mélancolique de bien belle manière.

Citation

J'étais convaincu que les personnes présentes étaient aussi peu peinées que moi par la perte d'un homme peu amène, qui vivait dans son petit monde et ne s'intéressait pas à celui des autres.

Rédacteur: Laurent Greusard jeudi 28 octobre 2010
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page