Rêves brisés

Elle avait tout le temps la gueule en feu, avec un masque de moustache et de barbe là où elle s'épilait à la cire , le matin. Des fois, la cire n'éliminait pas tous les poils et ça lui faisait comme des gros câbles poilus dans le genre des barres d'armature.
Eric Miles Williamson - Bienvenue à Oakland
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 22 septembre

Contenu

Roman - Noir

Rêves brisés

Économique - Social MAJ jeudi 04 novembre 2010

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 19,9 €

Francis Pornon
Saint-Malo : Pascal Galodé, octobre 2010
350 p. ; 21 x 15 cm
ISBN 978-2-35593-095-9
Coll. "Univers grands romans"

La ville rose en noir

Aymeric Mercader est détective privé à Toulouse. Son nouveau client s'inquiète d'une vague de suicides qui touche depuis quelques temps les employés de la compagnie Airbus. À force, certains se posent des questions : contagion de cas isolés ou complot secret ? Mais en cherchant à en savoir plus, ils vont réveiller de bien lourdes taches du passé.
Mis à part le personnage principal (qui a déjà été mis en scène par Francis Pornon dans des récits précédents), l'on pourrait se croire dans une très bonne intrigue du "Poulpe" : des manigances, des secrets, des nervis qui sinuent entre extrême-droite, syndicats patronaux et gangstérisme. Le récit sert de toile de fond pour décrire les liens entre le monde de l'aéronautique et les fractions politiques. Des notes de bas de page renforcent le caractère documenté du texte.
L'auteur toutefois inscrit également son personnage dans des trajectoires noires. Mercader et son adjoint sont également les témoins de leur région, des turpitudes, des changements de leur ville. Ils sont des historiens qui rappellent les heures passées : les Cathares, les ouvriers, les premiers industriels qui mirent en place l'aviation, les héros de l'aéropostale et leurs volontés politiques (y compris l'histoire d'un complot des services secrets pour liquider Jean Mermoz), la paix sociale et la direction d'Airbus par le fameux Papon...
Mercader, malgré son surnom de Cathare, est également présenté comme un épicurien, à la Pepe Carvalho (le détective de Manuel Vásquez Montalbán, ce qui nous vaut des évocations à faire venir l'eau à la bouche. Sa spécialité ? Après avoir rendu les derniers hommages à une belle, composer un festin avec les reliefs des nourritures qu'il trouve dans la cuisine de la nouvelle amante. Les repas sont ponctués des meilleurs vins locaux et agrémentés d'extraits de poèmes occitans. Sans le vouloir, il séduit, tandis que son adjoint qui cherche désespérément à conclure ne parvient qu'à attirer de jeunes paumées qu'il doit approvisionner en drogue ! Ce duo cervantesque sait qu'il ne pourra pas faire des miracles, que la loi de la jungle et du capitalisme seront les plus forts au final, mais ils se battent quand même. Dans leur enquête, ils croiseront un syndicaliste qui se bat lui aussi pour des miettes du festin que se partagent des actionnaires gourmands, mais qui est prêt à prendre les armes.
Les fils de l'enquête, les apports historiques, les pérégrinations amoureuses et culinaires des protagonistes se répondent, s'oxygènent les unes les autres pour construire un roman vivant, ancré dans un terroir et s'y mouvant avec une telle grâce qu'il atteint à l'universel, à la thématique profonde du roman noir : le chevalier solitaire qui va lutter contre les hydres sans cesse renouvelées.

Citation

Un suicide, c'est peut-être banal. Trois, c'est déjà bizarre. Cinq suicides connus dans l'entreprise depuis le début de l'année, sans compter ceux qu'on sait pas, c'est plus que zarbi.

Rédacteur: Laurent Greusard jeudi 04 novembre 2010
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page