Un flic à l'amer

- Et parce que j'ai voulu vous rassembler. Nous rassembler... - ... - Entre monstres, faut se serrer les coudes.»
Manon Fargetton - Le Suivant sur la liste
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 20 juillet

Contenu

Roman - Policier

Un flic à l'amer

Procédure - Immigration clandestine MAJ vendredi 26 novembre 2010

Note accordée au livre: 2 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 19,7 €

Annie Gomiéro
Raleigh : Lulu.com, mai 2010
318 p. ; 21 x 15 cm
ISBN 978-1-4452-5391-6
Coll. "Policier et Suspense"

Un roman de procédure policière basique...

Le commandant de police Ulrich de Londaine, fraîchement muté à Lyon, est confronté à une affaire de suicides en série d'immigrées roumaines. Mais une main mystérieuse semble faire le ménage derrière elles. Ulrich découvre vite qu'il s'agit de meurtres déguisés. Quel rapport avec un vol de tableaux précieux ?
L'auto-édition a pris son essor depuis peu avec les possibilités du livre numérique et a peu à peu effacé les stigmates que traînaient l'auto-publication : tout le monde n'a pas envie de se frotter au monde de l'édition... Néanmoins ce livre, quatrième de l'auteure, n'est pas non plus la perle à découvrir alors que les bons polars foisonnent : il s'agit plutôt d'un roman de série comme en publiait la collection "Spécial police" en son temps, présentant une enquête complexe aux ramifications nombreuses. L'amateur de procédure policière y trouvera les détails réalistes qui sont l'apanage du genre, mais il est à regretter que, pour un roman qui se passe à Lyon et joue la carte du pittoresque, la langue assez plate n'offre que peu de notations d'atmosphère ou de descriptions. Un roman de série donc qui ne marquera guère le genre malgré quelques petites touches réussies...

Citation

Ulrich se demandait toujours comment les légistes faisaient, pour regarder la mort en face. Tout la journée, s'entend. Lui n'y parvenait que quelques minutes.

Rédacteur: Thomas Bauduret dimanche 21 novembre 2010
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page