Les Espions réalités et fantasmes

Le brouillard ! s'exclama-t-il. Dans le coin nous n'appelons pas ça du brouillard. C'est une belle journée d'été mon garçon. Ce n'est que quand il faut faire marcher deux hommes devant la voiture qu'on peut parler de brouillard.
Ólafur Haukur Simonarson - Le Cadavre dans la voiture rouge
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 18 juin

Contenu

Essai - Espionnage

Les Espions réalités et fantasmes

Géopolitique MAJ mardi 25 novembre 2008

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 26 €

Constantin Melnik
Paris : Ellipses, mars 2008
456 p. ; 24 x 17 cm
ISBN 9782729838256

Chronique

Curieux ouvrage publié par la très sérieuse maison d'édition Ellipses, d'ordinaire à vocation universitaire. Dans ce livre - mémoires plus qu'essai, qui plus est subjectives, de l'aveu même de l'auteur - l'analyse cède très souvent le pas au sentiment. Voire au ressentiment d'un homme blessé par la défiance dont il fut la victime. L'auteur fut en effet le premier à organiser les services secrets français, avant d'en être brutalement écarté par le Général de Gaulle. Depuis, il rumine une profonde amertume à l'égard de la France, dont il finit par juger le renseignement pitoyable.
Plus troublant : aucun service occidental ne trouve grâce à ses yeux, pas même la CIA malgré l'ampleur de ses moyens et de son action. Seul le défunt KGB lui paraît avoir déployé une véritable ambition. C'est dans la foi et le goût du sacrifice et du sang propres aux pionniers staliniens que Melnik ancre l'acte de naissance et le moteur de l'espionnage moderne. Concevable. Ce qui est en revanche plus discutable, c'est sa fascination pour le KGB. Sur la distance, cela devient un obstacle intellectuel l'empêchant de comprendre les évolutions du "métier".
Tout l'intérêt de l'ouvrage, finalement, c'est de nous plonger dans l'émotion de la vieille école du renseignement, attachée à la figure centrale de l'oper (l'agent), particulièrement romanesque. Les arcanes de la clandestinité nourrissent ainsi chez Melnik une flagrante ambition littéraire, même s'il peine à décrire le phénomène de société qu'est la représentation fantasmatique de l'espionnage.

Citation

Entouré de femmes plus ravissantes et sensuelles les unes que les autres, James Bond n'a rien d'un philosophe grec.

Rédacteur: Joël Jégouzo jeudi 13 novembre 2008
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |