Certaines l'aiment chauve

Imagine : une région s'étalant sur des milliers de kilomètres carrés, et moins un marais qu'un labyrinthe impénétrable de roseaux et de troncs détrempés. Et de la boue. De la boue partout, plus traître encore que des sables mouvants.
Lincoln Child - La Troisième porte
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Lovecraft Country
"Encore un machin lovecraftien", me suis-je dit in petto. Il est vrai que je suis un grand fan du maître ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

vendredi 10 juillet

Contenu

Roman - Policier

Certaines l'aiment chauve

Arnaque MAJ mercredi 01 décembre 2010

Note accordée au livre: 2 sur 5

Poche
Réédition

Tout public

Prix: 5,9 €

San-Antonio
François Boucq (illustrateur de couverture)
Paris : Fleuve noir, août 2010
254 p. ; 18 x 11 cm
ISBN 978-2-265-08931-0
Coll. "San-Antonio", 89

Le chauve sourit à peine

Dans les locaux de sa récente Paris Detective Agency, San-Antonio reçoit la visite d'un assureur inquiet. Il a en effet accepté d'assurer pour un milliard d'anciens francs la vie de Christian Bordeaux, célèbre comédien. Mais le contrat stipule que ce contrat n'est valable que pour la seule journée du 2 juin. Cette date approchant, l'assureur pressent le coup fourré et demande à San-Antonio de veiller sur son client afin que rien ne lui arrive durant cette mystérieuse journée.
Notre attachement à l'œuvre de Frédéric Dard est tellement évident qu'on nous pardonnera de ne pas avoir apprécié plus que ça cette 89e aventure du commissaire. L'histoire, son traitement, sa construction, sont sans saveur particulière. Le roman commence plutôt bien, avec une succession d'allers-retours temporels, la montée en puissance de l'intrigue, jusqu'à ce fameux 2 juin. Mais après, tout retombe. On a vraiment l'impression que San-A et Béru sont trimballés au gré de l'inspiration vacillante du Maître. En quelques chapitres, on les retrouve travestis en lesbiennes afin d'enquêter sur une île paradisiaque où ne sont acceptées que des femmes (à se demander si ce chapitre n'a pas été écrit que pour justifier le titre), un passage éclair aux États-Unis, un retour sur l'île, et un final bâclé à la Hercule Poirot dans les locaux de l'agence, on a vraiment l'impression que notre San-A ne sait quelle direction prendre.
Des San-Antonio aux intrigues bancales, c'est pas ce qui manque. Mais le plus souvent, elles sont rattrapées par un imaginaire débordant, des situations énormes, des personnages gigantesques, des passages d'anthologie. Mais ici, il faut bien avouer qu'on reste sur sa faim. Au grand dam de Bérurier, voici un titre qui ne restera pas dans les annales. Mais avec le rythme qui était le sien, il était évident que Frédéric Dard ne pouvait nous pondre un chef-d'œuvre quatre fois par an.
Après tout, personne n'est parfait.

Citation

Le juron qu'il pousse ferait saigner le tympan d'un charretier ivre.
Aussi, lorsqu'il se retrouve en équilibre stable sur le ponton, l'hydraviateur laisse-t-il tomber d'un ton cinglant :
– Si toutes les bonnes femmes se comportent comme des julots, moi je vais finir par embroquer des vaches !

Rédacteur: Maxime Gillio mercredi 01 décembre 2010
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page