Requins d'eau douce

Au cours de mes errements de jeunesse dans la police criminelle de Memphis, j'ai bousillé pas mal de voitures de service. J'ai violé les droits fondamentaux de beaucoup de gens, souvent à l'aide d'un annuaire téléphonique.
Daniel Friedman - Ne deviens jamais pauvre !
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Lovecraft Country
"Encore un machin lovecraftien", me suis-je dit in petto. Il est vrai que je suis un grand fan du maître ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 28 septembre

Contenu

Roman - Policier

Requins d'eau douce

Psychologique - Procédure MAJ mardi 25 janvier 2011

Note accordée au livre: 5 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 20 €

Heinrich Steinfest
Nervose fische - 2004
Traduit de l'allemand (Autriche) par Corinna Gepner
Paris : Carnets Nord, janvier 2011
400 p. ; 21 x 15 cm
ISBN 978-2-35536-047-3

Actualités

  • 12/09 Café littéraire: Heinrich Steinfest de Charybde en Goethe
  • 18/11 Édition: Parutions de la semaine - 18 novembre
  • 14/01 Édition: Parutions de la semaine - 14 janvier
    Depuis maintenant quelques années une seconde rentrée littéraire s'est imposée au début du mois de janvier. Ce n'est donc pas une surprise que de voir un nombre certains de livres envahir les tables de nos chers libraires. Après une accalmie censée bénéficier aux beaux-livres, que l'on offre pour les fêtes de fin d'année, la reprise est éloquente. Il suffit de regarder à la fois le nombre de parutions et certains noms pour se rendre compte que pour beaucoup de maisons d'édition, l'événement est d'importance : Joe Gores, Camilla Läckberg, Frédéric Lenormand, James Patterson, Ron Rash mais aussi quelques surprises moins connues comme Aline Kiner, Yishai Sarid ou Heinrich Steinfest. Il y en a vraiment pour tous les goûts. Et les parutions poche amplifient le phénomène. Petite loupe sur les éditions Rivages qui dans leur collection poche ressortent un vieux "Série noire" de Jean-Hugues Oppel en date de 1988 et de façon surprenante vraiment d'actualité. Le reste, bien sûr, est à découvrir :

    Grand format
    L'Homme qui aimait les tueurs, de Bernard Boudeau (In Octavo)
    Dark Hazard, de William Riley Burnett (Folies d'encre)
    Le Serment du silence, de Linda Castillo (Payot, "Suspense")
    Croisière fatale, de Clive Cussler & Jack Du Brul (Grasset)
    Alerte à la bonté, de Jean-Roger Essomba (Présence africaine)
    L'Affaire Julia, de Lionel Flueckiger (La Tintaine)
    Les Disparus d'Abomé, de Guy Josué Foumane (Dagan, "Afro-polar. Police scientifique")
    Des femmes disparaissent, de Christian Garcin (Verdier)
    Spade & Archer, de Joe Gores (Rivages, "Thriller")
    La Rigole du diable, de Sylvie Granotier (Albin Michel, "Spécial suspense")
    Coups de feu dans la nuit, de Dashiell Hammett (Omnibus)
    Les Hommes en noir, anthologie dirigée par Frédéric Prilleux (Les Contrebandiers)
    Le Disparu de La Bernède, de Annie Jardon-Rives (Balzac)
    Tueur de chasseurs, de Benjamin Jugieau (TDO)
    Masque de sang, de Lauren Kelly (Albin Michel)
    Le Jeu du pendu, de Aline Kiner (Liana Levi, "Policier")
    L'Enfant allemand, de Camilla Läckberg (Actes sud, "Actes noirs")
    Un fauteuil pneumatique rose au milieu d'une forêt de conifères, de Thibault Lang-Willar (Héloïse d'Ormesson, "Littérature française")
    La Baronne meurt à cinq heures, de Frédéric Lenormand (Jean-Claude Lattès)
    Icelander, de Dustin Long (Asphalte, "Fictions")
    Ces mensonges qui arrangent, de Jérôme Manierski (Nouveaux auteurs)
    Perce-neige, de Andrew D. Miller (Flammarion, "Littérature étrangère")
    L'Argent du diable, de Pedro Angel Palou (Jean-Claude Lattès)
    Bons baisers du tueur, de James Patterson & Liza Marklund (Archipel, "Les Maîtres du suspense")
    Le Cri de l'aigle : la troisième cible, de Georges Pigeonneau (Lacour-Ollé)
    Serena, de Ron Rash (Jean-Claude Lattès)
    Résurrection, de Cyrille Richard (Ex aequo, "Rouge")
    Dans ses yeux, d'Eduardo Sacheri (Denoël, "Et d'ailleurs")
    Le Poète de Gaza, de Yishai Sarid (Actes sud, "Actes noirs")
    Paris, la nuit, de Jean-Charles Sebaoun (Le Manuscrit)
    Requins d'eau douce, de Heinrich Steinfest (Carnets Nord)

    Poche
    Le Duc d'Otrante et les compagnons du Soleil, de Jean d'Aillon (Le Masque, "Labyrinthes")
    Manhattan Freud, de Luc Bossi (LGF, "Policier")
    Feu à volonté, de Dale Brown (Archipoche, "Archipoche")
    Padana City, de Massimo Carlotto & Marco Vidatta (Points, "Roman noir")
    La Faute à pas de chance, de Lee Child (Points, "Thrillers")
    Je t'ai donné mon cœur, de Mary Higgins Clark (LGF)
    Le Vampire de la rue des Pistoles, de Jean Contrucci (LGF, "Policier")
    La Source, de Michel Cordy (LGF, "Thriller")
    Ignobles du Bordelais, de François Darnaudet (Baleine, "Le Poulpe")
    Le Mystère Neandertal, de John Darnton (LGF)
    Car voici que le jour vient, de Fabienne Ferrère (10-18, "Grands détectives")
    La Femme de Robbie, de Russel Hill (Rivages, "Noir")
    Les Visages, de Jesse Kellerman (Points, "Thriller")
    Le Baiser du tueur, de William Lashner (Folio, "Policier")
    Le Cantique des innocents, de Donna Leon (Points, "Policiers")
    Dexter dans de beaux draps, de Jeff Lindsay (Points, "Thriller")
    Les Sœurs, de Robert Littell (Points, "Policiers")
    Lola, reine des barbares, de Margot D. Marguerite (Baleine, "Baleine noire")
    L'Éventreur de Pékin, de Peter May (Babel, "Babel noir")
    Jaune sable, de Viviane Moore (Le Masque, "Labyrinthes")
    Funestes carambolages, de Hakan Nesser (Points, "Policiers")
    Barjot !, de Jean-Hugues Oppel (Rivages, "Noir")
    L'Ingratitudes des fils, de Pierre d'Ovidio (10-18, "Grands détectives")
    Les Brumes du passé, de Leonardo Padura (Points, "Policiers")
    On t'aura prévenue, de James Patterson (LGF)
    Va chercher !, de Spencer Quinn (LGF)
    Un pied au paradis, de Ron Rash (LGF, "Policier")
    La Lecture du feu, de Louis Sanders (Rivages, "Noir")
    La Théorie des dominos, de Alex Scarrow (LGF, "Thriller")
    Le Temps d'Anaïs, de Georges Simenon (LGF, "Policier")
    Au nom du sang versé, de Pierre Simenon (J'ai lu, "Thriller")
    Œil-de-Serpent, de Rosamond Smith (Archipoche, "Archipoche")
    Kolyma, de Tom Rob Smith (Pocket)
    Manta Corridor, de Dominique Sylvain (Points, "Policiers")
    Les Mers du sud, de Manuel Vásquez Montalbán (Points, "Policiers")
    La Fille des marais, de Charles Williams (Rivages, "Noir")
    Level 26, de Anthony E. Zuiker (J'ai lu, "Thriller")
    Liens : Car voici que le Jour vient |Spade & Archer |Les Visages |Les Visages |Masque de sang |Le Jeu du pendu |Le Cantique des innocents |Dexter dans de beaux draps |L'Ingratitude des fils |Bons baisers du tueur |Un pied au paradis |Serena |Le Poète de Gaza |Le Vampire de la rue des Pistoles |Le Baiser du tueur |Jean d'Aillon |Bernard Boudeau |William Riley Burnett |Massimo Carlotto |Lee Child |Jean Contrucci |Clive Cussler |François Darnaudet |Fabienne Ferrère |Joe Gores |Sylvie Granotier |Dashiell Hammett |Jesse Kellerman |Lauren Kelly |Aline Kiner |Camilla Läckberg |Frédéric Lenormand |Donna Leon |Jeff Lindsay |Robert Littell |Margot D. Marguerite |Peter May |Viviane Moore |Håkan Nesser |Jean-Hugues Oppel |Pierre D'Ovidio |Leonardo Padura |James Patterson |Liza Marklund |Ron Rash |Louis Sanders |Georges Simenon |Tom Rob Smith |Heinrich Steinfest |Dominique Sylvain |Manuel Vásquez Montalbán |William Lashner

Les dents de la mort

En plein cœur de Vienne, dans un immeuble de vingt-huit étages, le toit cache une superbe piscine. Qu'elle n'est pas la surprise des habitants d'y découvrir un cadavre flottant ! Qu'elle n'est pas la surprise de la police de découvrir que la victime est morte, dévorée par un requin (qui évidemment n'est pas dans la piscine) ! Une affaire atypique de ce genre, autant la confier à Richard Lukastik, policier lui-même atypique.
L'Autriche a fourni quelques penseurs de qualité, quelques écrivains et peintres doués et quelques hommes politiques-dictateurs aux qualités moins évidentes. Elle a notamment fait surgir Wittgenstein, un philosophe particulièrement spécial. Or, le commissaire qui enquête ne jure que par lui, et lorsqu'il ne sait comment continuer une enquête, il ouvre un livre de son maître à penser et y trouve un aphorisme qui lui permet de continuer. Constamment empreint de doute, désabusé sur sa propre existence et celle des autres (en cela il ressemble aussi à un autre célèbre autrichien, Thomas Bernhard), le commissaire travaille en solo, envoie parfois ses adjoints sur des pistes qu'il pense secondaires pour avoir la paix.
L'intelligence de Heinrich Steinfest consiste aussi à placer face à lui un coupable de la même veine. Un plan diabolique a été conçu, rehaussé par des improvisations qui sont autant de défis à la logique chère au philosophe. De plus, ce coupable est un personnage affable, souriant, prêt à rendre service et dont le mobile s'avérera à la fois futile et essentiel, très littéraire et très psychologique à la fois.
L'ensemble des personnages secondaires renforce cette impression étrange : un spécialiste en graphologie, expert en requins à ces moments perdus, un patron de pompes funèbres parfaitement disponible pour les demandes excentriques de ses clients. Face à ce chaos, convient-il de se replier dans la vie familiale ? C'est ce que pourrait penser le commissaire de cinquante ans qui vit encore avec ses parents et sa sœur de quarante dans un réseau de relations encore plus étranges.
Le roman se déroule ainsi de manière captivante (à la frontière de la littérature générale et de la littérature policière, et cela pourrait en déconcerter certains) en suivant une enquête extrêmement bizarre, jouée par des personnages encore plus étranges, mais qui se déroule avec une implacable logique et un soin du réalisme troublant. C'est ce mélange détonnant qui fait tout le sel du texte et le rend aussi exotique que d'autres polars plus éloignés géographiquement. Heinrich Steinfest maitrise son sujet, son décor et les marionnettes qu'il y déplace pour créer un ouvrage insolite, attachant,avec une capacité impressionnante à nous faire entrer dans l'univers de ceux qu'il décrit.


On en parle : La Vache qui lit n°119 |L'Indic n°10 |La Tête en noir n°149 |L'Indic n°23

Citation

À proprement parler, elle attendait la mort. Tout en s'arrangeant pour que cette attente ne fut pas épuisante.

Rédacteur: Laurent Greusard samedi 29 janvier 2011
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page