Requins d'eau douce

Je vais vous dire, les trente-cinq heures, là, vous vous souvenez ? On les a à peine connues, d'ailleurs, nous deux, on était trop jeunes.
Olivier Bordaçarre - Régime sec
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Vigilance
Dans un futur proche et indéterminé des États-Unis, une émission de téléréalité captive les populations :...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 21 octobre

Contenu

Roman - Policier

Requins d'eau douce

Psychologique - Procédure MAJ mardi 25 janvier 2011

Note accordée au livre: 5 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 20 €

Heinrich Steinfest
Nervose fische - 2004
Traduit de l'allemand (Autriche) par Corinna Gepner
Paris : Carnets Nord, janvier 2011
400 p. ; 21 x 15 cm
ISBN 978-2-35536-047-3

Actualités

  • 12/09 Café littéraire: Heinrich Steinfest de Charybde en Goethe
  • 18/11 Édition: Parutions de la semaine - 18 novembre
    Comment dire ? Cette semaine propose un choix extrêmement varié avec de nombreux ouvrages sur lesquels poser ses yeux. Comment ne pas s'intéresser au nouveau roman de Megan Abbott ? Red Room Lounge nous plonge dans la banlieue de Los Angeles au milieu d'un monde de truands pendant qu'une rivalité nait entre un frère et une sœur. C'est à notre avis, LA parution de la semaine. Mais il serait dommage d'occulter certaines autres. Citons pèle-mêle sans nous soucier des titres : René Belletto (qui nous propose un roman vu sous trois angles différents), Andrea Camilleri & Carlo Lucarelli (un roman à quatre mains par deux maestros forcément italiens), John Harvey (est-il besoin de le présenter ? Vous serez englouti par le brouillard épais de la Cornouaille), Keigo Higashino (avec un crime familial en même temps qu'un drame amoureux), Camilla Läckberg (une sombre histoire de cyanure et de dés-héritage), Mikaël Ollivier (qui suit les traces de Bruce Springsteen) et Joseph Wambaugh (retour dans les hautes sphères de Los Angeles). Vous n'en avez pas assez ? Regardez la nouvelle publication des nouvelles illustrées de Maurice Leblanc, précipitez-vous vers les nouvelles traductions d'Agatha Christie, réjouissez-vous de quelques publications en poche dont vous aviez raté la sortie en grand format - tiens, Driss Chraïbi et Robert Littell...

    Grand format :
    Red Room Lounge, de Megan Abbott (Le Masque)
    Nuit d'ivresse en Castille, de Jean-Pierre Alaux & Noël Balen (Fayard)
    Un dimanche aux châtaignes, de Mary Alistair (Encre bleue, "Facilire")
    Film noir, de René Belletto (POL, "Fiction")
    Le Marionnettiste, de Bernard Boudeau (In octavo)
    Le Chat aux yeux jaunes, de Serge Brussolo (Fleuve noir, "Crime")
    Meurtre aux poissons rouges, d'Andrea Camilleri & Carlo Lucarelli (Fleuve noir, "Thriller")
    La Colline du marin, de Henri Chemin (La Veytizou, "Suspense & aventures")
    Sous l'emprise de Sekmeth ou Une histoire rennaise, de Jean Chuberry (Édilivre, "Classique")
    Le Codex maya, d'Adrian d'Hagé (First, "Thriller")
    Tourne la poignée, Beaulieu, de Jean-Paul Dautricourt (Les 2 Encres, "Sang d'encre")
    Le Cercueil rouge, de Sam Eastland (Anne Carrière, "Thriller")
    Un éléphant dans une chaussette, de Roberto Garcia-Saez (Des étoiles)
    L'Embaumeur de Boston, de Tess Gerritsen (Presses de la Cité, "Sang d'encre")
    Le Deuil et l'oubli, de John Harvey (Rivages, "Thriller")
    Les Liens du sang, de Sam Hayes (City, "Thriller")
    Le Dévouement du suspect X, de Keigo Higashino (Actes sud, "Actes noirs")
    Le Projet Shiro, de David S. Khara (Critic, "Thriller")
    Cyanure, de Camilla Läckberg (Actes sud, "Actes noirs")
    Les Aventures extraordinaires d'Arsène Lupin : vingt histoires originales, de Maurice Leblanc (Jean-Claude Gawsewitch)
    Loup y es-tu ? d'Alexis Lecaye (Le Masque)
    Meurtres sur échiquier, de Yann-André Martin (Les Nouveaux auteurs)
    De poussière et de diamant, de Ava McCarthy (Presses de la Cité, "Sang d'encre")
    Les Griffes du passé, de Walter Mosley (Jacqueline Chambon)
    Quelque chose dans la nuit, de Mikaël Ollivier (Le Passage, "Polar")
    Massacre dans la basse-cour, d'Yves Pinguilly (Encre bleue, "Largevision")
    Lost Girls, de Andrew Pyper (Archipel)
    Lieutenant Eve Dallas. 23-24, de Nora Roberts (J'ai lu, "Grand format")
    Toi seul, de David Rosenfelt (Le Cherche Midi, "Thriller")
    Des morts pour le Colonel, de David Verdier (La Bouinotte, "Black Berry")
    Bienvenue à Hollywood, de Joseph Wambaugh (Calmann-Lévy)

    Poche :
    Le Dernier coup de Jarnac, de Jean-Pierre Alaux (LGF, "Policier")
    Le Collectionneur d'armes, de Pieter Aspe (LGF)
    Ceux d'en-bas, de Serge Brussolo (Pocket, "Thriller")
    La Trilogie du Mal, de Maxime Chattam (Pocket, "Thriller")
    L'Inspecteur Ali et la CIA, de Driss Chraïbi (Points)
    Le Chat et les pigeons, d'Agatha Christie (Le Masque, "Agatha Christie")
    Le Crime de l'Orient Express, d'Agatha Christie (Le Masque, "Agatha Christie")
    Les Bouchers de Dieu, de Joseph d'Lacey & Paul Benita (Pocket, "Thriller")
    Les Enfants de la nuit, de Frank Delaney (Pocket, "Thriller")
    Anicroches à Loches, de Philippe-Michel Dillies (Alain Bargain, "Enquêtes & suspense")
    L'Œil du tsar rouge, de Sam Eastland (Pocket, "Policier")
    Les Derniers jours de Paris, de Nicolas d'Estienne d'Orves (Pocket, "Thriller")
    Quinze jours en rouge, de Jacques Fortier (Le Verger, "Les Enquêtes rhénanes")
    Le Cortège de la mort, d'Elizabeth George (Pocket, "Policier")
    Cinq femmes et demie, de Francisco Gonzalez Ledesma (Points, "Roman noir")
    Traquer les ombres, de John Harvey (Rivages, "Noir")
    La Maison où je suis mort autrefois, de Keigo Higashino (Babel, "Noir")
    Les Anges perdus, de Jonathan Kellerman (Pointdeux)
    Un pavé dans la Loire, de Bernard Lahrant (Alain Bargain, "Enquêtes & suspense")
    Ma fille, qui es-tu ? de Margaret Leroy (LGF)
    Ce délicieux Dexter, de Jeff Lindsay (Points, "Thriller")
    La Compagnie : le grand roman de la CIA, de Robert Littell (Points)
    Un espion d'hier et de demain, de Robert Littell (Points, "Policier")
    L'Île des chasseurs d'oiseaux, de Peter May (Babel, "Noir")
    La Fureur dans le sang, de Val McDermid (J'ai lu, "Thriller")
    Au-dessus du gouffre, de Clinton McKinzie (Archipoche)
    Dernière sortie avant la nuit : série noire à Limoges, de Joël Nivard (Geste, "Le Geste noir")
    Le Frelon noir, de James Sallis (Folio, "Policier")
    Les Enfants du massacre, de Giorgio Scerbanenco (Rivages, "Noir")
    Les Milanais tuent le samedi, de Giorgio Scerbanenco (Rivages, "Noir")
    Novembre, de Georges Simenon (LGF, "Policier")
    Requins d'eau douce, de Heinrich Steinfest (Folio, "Policier")
    Ne vous retournez pas, de Maud Tabachnik (LGF)
    Manipulé, de Laurent Terry (Pocket, "Thriller")
    Mexicali City Blues, de Gabriel Trujillo Muñoz (Folio, "Policier")

    Liens : Le Collectionneur d'armes |Ceux d'en bas |Le Crime de l'Orient-Express |Les Enfants de la nuit |Traquer les ombres |La Maison où je suis mort autrefois |Le Projet Shiro |Ce délicieux Dexter |Quelque chose dans la nuit |Le Cortège de la mort |Megan Abbott |Jean-Pierre Alaux |Pieter Aspe |Bernard Boudeau |Serge Brussolo |Maxime Chattam |Driss Chraïbi |Agatha Christie |Frank Delaney |John Harvey |Keigo Higashino |Jonathan Kellerman |David S. Khara |Camilla Läckberg |Maurice Leblanc |Jeff Lindsay |Robert Littell |Val McDermid |Walter Mosley |Mikaël Ollivier |James Sallis |Giorgio Scerbanenco |Georges Simenon |Heinrich Steinfest |Maud Tabachnik |Gabriel Trujillo Muñoz |Joseph Wambaugh |Elizabeth George

  • 14/01 Édition: Parutions de la semaine - 14 janvier

Les dents de la mort

En plein cœur de Vienne, dans un immeuble de vingt-huit étages, le toit cache une superbe piscine. Qu'elle n'est pas la surprise des habitants d'y découvrir un cadavre flottant ! Qu'elle n'est pas la surprise de la police de découvrir que la victime est morte, dévorée par un requin (qui évidemment n'est pas dans la piscine) ! Une affaire atypique de ce genre, autant la confier à Richard Lukastik, policier lui-même atypique.
L'Autriche a fourni quelques penseurs de qualité, quelques écrivains et peintres doués et quelques hommes politiques-dictateurs aux qualités moins évidentes. Elle a notamment fait surgir Wittgenstein, un philosophe particulièrement spécial. Or, le commissaire qui enquête ne jure que par lui, et lorsqu'il ne sait comment continuer une enquête, il ouvre un livre de son maître à penser et y trouve un aphorisme qui lui permet de continuer. Constamment empreint de doute, désabusé sur sa propre existence et celle des autres (en cela il ressemble aussi à un autre célèbre autrichien, Thomas Bernhard), le commissaire travaille en solo, envoie parfois ses adjoints sur des pistes qu'il pense secondaires pour avoir la paix.
L'intelligence de Heinrich Steinfest consiste aussi à placer face à lui un coupable de la même veine. Un plan diabolique a été conçu, rehaussé par des improvisations qui sont autant de défis à la logique chère au philosophe. De plus, ce coupable est un personnage affable, souriant, prêt à rendre service et dont le mobile s'avérera à la fois futile et essentiel, très littéraire et très psychologique à la fois.
L'ensemble des personnages secondaires renforce cette impression étrange : un spécialiste en graphologie, expert en requins à ces moments perdus, un patron de pompes funèbres parfaitement disponible pour les demandes excentriques de ses clients. Face à ce chaos, convient-il de se replier dans la vie familiale ? C'est ce que pourrait penser le commissaire de cinquante ans qui vit encore avec ses parents et sa sœur de quarante dans un réseau de relations encore plus étranges.
Le roman se déroule ainsi de manière captivante (à la frontière de la littérature générale et de la littérature policière, et cela pourrait en déconcerter certains) en suivant une enquête extrêmement bizarre, jouée par des personnages encore plus étranges, mais qui se déroule avec une implacable logique et un soin du réalisme troublant. C'est ce mélange détonnant qui fait tout le sel du texte et le rend aussi exotique que d'autres polars plus éloignés géographiquement. Heinrich Steinfest maitrise son sujet, son décor et les marionnettes qu'il y déplace pour créer un ouvrage insolite, attachant,avec une capacité impressionnante à nous faire entrer dans l'univers de ceux qu'il décrit.


On en parle : La Vache qui lit n°119 |L'Indic n°10 |La Tête en noir n°149 |L'Indic n°23

Citation

À proprement parler, elle attendait la mort. Tout en s'arrangeant pour que cette attente ne fut pas épuisante.

Rédacteur: Laurent Greusard lundi 12 novembre 2012
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page