Un amour fraternel

J'ai ordre de vous conduire à Washington où ils vous condamneront pour la bombe. À moins que vous parveniez à nous échapper.
Brad Bird - Mission : impossible – Protocole fantôme
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 17 octobre

Contenu

Roman - Noir

Un amour fraternel

Vengeance - Mafia MAJ lundi 27 décembre 2010

Note accordée au livre: 4 sur 5

Poche
Réédition

Tout public

Prix: 0 €

Pete Dexter
Brotherly Love - 1991
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Nicole Bensoussan
Paris : Points, novembre 2010
350 p. ; 18 x 11 cm
ISBN 978-2-7578-2021-6
Coll. "Roman noir", 2515

Direct du droit

Un banal accident. Dramatique mais banal : une voiture dérape sur du verglas, renverse une petite fille et la tue. Banal mais dramatique à plus d'un titre. La victime est la fille adorée de Charley Flood qui travaille pour la mafia de Philadelphie. Le conducteur, son voisin, est un flic corrompu qui travaille... pour la mafia de Philadelphie. Charley veut se venger, veut aller outre la protection du parrain local. Évidemment, rien n'est facile et sa vengeance va avoir des conséquences sur toute sa famille. C'est cette famille, et particulièrement Peter, le fils de Charley, que l'on va suivre sur plusieurs années. Lui qui se réfugie dans le mutisme et va encaisser les coups sur le ring de Nick, un garagiste qui a monté son club de boxe. Autre personnage, le neveu de Charley, Michael, qui rêve de reprendre le flambeau. Un nid de serpents prêts à piquer tout ce qui bouge, qui se méfie des Italiens et de tout ce qui a du pouvoir, du fric et des relations.

Pete Dexter, dans le style qu'on lui connaît, concis, net et sans fioriture, nous fait vivre le délabrement d'une famille et d'un quartier où l'on ne peut faire confiance à personne. Le club de boxe, seul havre de paix, sert de refuge à son personnage principal. Il y revient sans trop savoir pourquoi, pour s'y prendre des coups, parce qu'on ne lui pose pas de question, parce qu'il ne fait pas vraiment partie de sa famille, parce qu'il n'a pas à y parler. "Les jours saignent, se fondent dans les nuits et deviennent des semaines ; il n'y a ni commencement ni fin. Un véritable coma." Et le temps passe, plusieurs années, plusieurs époques marquées par des épisodes dramatiques, les enfants grandissent, mûrissent et rendent coup pour coup. Une petite graine de violence a été plantée en 1961, et jusqu'en 1986, elle ronge l'âme de la famille Flood comme un cancer ravageur. Un livre que l'on reçoit comme un uppercut, un direct du droit en plein visage.

Citation

"Y a rien de réglé tant qu'ils ne sont pas tous morts, tu piges ? dit son père en se rendant compte qu'il a peur. Tout s'arrange dans la vie."

Rédacteur: Gilles Marchand mardi 07 décembre 2010
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page