Policier, gardien de la Paix ?

Le choix d'appeler la sixième fillette Priscilla n'était pas seulement dû à la nécessité de lui attribuer une consistance humaine. Il y avait aussi une autre raison  : Milla n'en pouvait plus de se référer à elle par un numéro.
Donato Carrisi - Le Chuchoteur
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 24 janvier

Contenu

Essai - Policier

Policier, gardien de la Paix ?

Politique - Procédure - Scientifique MAJ mercredi 29 décembre 2010

Note accordée au livre: 3 sur 5

Poche
Inédit

Tout public

Prix: 7 €

Yves Patrick Delachaux & Frédéric Maillard
Grolley : L'Hèbe, août 2010
90 p. ; 18 x 11 cm
ISBN 978-2-88906-022-1
Coll. "La Question", 67

La paix en vingt leçons et trois exercices pratiques...

La paix tombe-t-elle du Ciel ? Assurément pas. Ou bien parfois sous la forme d'une matraque pesamment venue vous rappeler à l'ordre. Voici en tout cas vingt et une questions pour cheminer sur cette bande de terre étroite du Droit et des Libertés publiques. Vingt et une questions pour réfléchir à la police que nous voulons, bien que le manuel s'adresse avant tout aux apprentis policiers. Un examen de conscience en quelque sorte, salutaire bien que limité aux cantons suisses, l'ouvrage ciblant explicitement cette population de candidats à la gestion de l'ordre public.
A priori, dans un régime républicain, le policier est le premier défenseur des Droits de l'Homme et du Citoyen. Reste que cette protection dont ils ont la charge, les gardiens de la Paix doivent la construire au quotidien. Une délégation qui nous arrange bien, mais qui ne fonctionne plus vraiment aujourd'hui. Non pas uniquement parce que la démocratie est par nature une société qui accomplit son idéal lentement. Mais parce que de plus en plus, il semble que les missions des forces de police semblent dévoyées, les soumettant plus aux ordres des Pouvoirs Publics qu'à la protection des citoyens. Tout l'intérêt de ce petit opuscule – quand on n'a pas en tête de se faire gardien d'une Paix toute suisse - repose là, dans l'interpellation faite aux futurs gardiens de la Paix de réfléchir à leurs relations avec les citoyens dont ils reçoivent au fond mandat.
Les discussions placées en marge des réponses offrent un éclairage singulier sur cette problématique, la population civile étant massivement perçue comme un adversaire aux yeux des apprentis flics...
À noter en corollaire que si l'ouvrage peine à définir ce qu'est un criminel, il semble carrément en panne lorsqu'il aborde la question de savoir ce que doit être un policier… tant les missions sont multiples et le service brouillé : sert-il vraiment la Nation, ou bien exclusivement le Pouvoir en place ?... Les deux mon adjudant, mais cela ne va pas de soi, assurément !

Citation

Le terme de gardien de la paix est trompeur : il suppose que nos sociétés sont en paix et que cette paix doit être défendue.

Rédacteur: Joël Jégouzo samedi 11 décembre 2010
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page