Les Filles de la Jonquera

C'était la Lucha Estelar, le clou du spectacle, le dernier combat, le plus attendu. El Hierofante contre Rabia Negra. Le hiérophante, le prêtre gentil et respectueux des règles, le tecnico, affrontait la Rage Noire, le rudo, le méchant, qui ne respectait rien, ni les règles, ni l'arbitre, ni le public, et encore moins la morale et l'honneur. Ils luttaient pour la ceinture de champion. Les photographes couraient autour du ring, les enfants s'égosillaient, les adultes criaient des insultes et des mamies actionnaient des cornes de supporter pour rajouter plus encore à l'ambiance bruyante et joyeuse.
Julien Heylbroeck - Le Cartel de sang
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

L'Ange rouge
Le nouveau roman de François Médéline nous emmène à Lyon il y a une vingtaine d'années. Une brigade p...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 25 novembre

Contenu

Roman - Noir

Les Filles de la Jonquera

Trafic MAJ vendredi 17 décembre 2010

Note accordée au livre: 4 sur 5

Poche
Inédit

Tout public

Prix: 11 €

Renaud Rebardy
Perpignan : Mare nostrum, mai 2010
164 p. ; 19 x 12 cm
ISBN 978-2-908476-92-7
Coll. "Noir"

Un roman à décor qui aurait pu être une aventure de certain octopode...

Ferran Segalor, militaire en rupture de ban, échoue au carrefour qu'est la Jonquera, une étape frontalière entre la France et l'Espagne où tout se trafique, y compris la chair humaine... Il y est attiré par une série de lettres trouvées par hasard dans un marché aux puces : Dalia, une jeune prostituée roumaine, y dit avoir mis au frais une petite fortune qui lui permettra de se ranger. Désœuvré, Ferran se met à la recherche de la jeune femme et, peut-être, du trésor promis...
Où est donc Gabriel ? C'est ce qu'on peut se demander en lisant ce roman qui aurait pu sans problèmes être une aventure de notre octopode préféré. Sans tomber dans le régionalisme bas du front, l'intrigue développe un décor fort qu'est ce carrefour digne des "villes pourries" du noir post-westernien et un portrait sans concession de cette prostitution pour laquelle certains ont encore une certaine indulgence. On n'oublie pas non plus une bonne dose de scènes d'action au final assez spectaculaire, ce qui renforce la ressemblance avec un "Poulpe" ! Le tout avec une écriture certes fonctionnelle mais soignée et largement au-dessus du tout-venant, surtout pour un premier roman. Une adéquation totale entre le fond et la forme donc, donnant un polar de distraction qui fait également toucher du doigt un mode de vie exotique. Que demander de plus ? Cerise sur le gâteau, l'excellente qualité de fabrication des livres de Mare Nostrum qui ne risquent pas de tomber en miettes dès qu'on arrive à la fin. Il faut le dire !

Citation

Le flux des voitures est devenu comme un grand fleuve limoneux. Et les gens de la Jonquera se sont débrouillés pour que ce fleuve dépose ici un peu de ses alluvions, comme les crues du Nil, en fertilisant les berges.

Rédacteur: Thomas Bauduret mercredi 15 décembre 2010
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page