Orages ordinaires

Tout était encore embrouillé dans l'esprit de Nathalie, mais elle sentait qu'elle avait mis le doigt sur une affaire diabolique.
Vincent Desombre - Maudite soit-elle
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 26 mars

Contenu

Livre sonore - Policier

Orages ordinaires

Politique - Tueur à gages - Assassinat MAJ samedi 01 janvier 2011

Note accordée au livre: 5 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 23 €

William Boyd
Ordinary Thunderstorms - 2009
Alain Ghazal (lecteur)
Traduit du français par Christiane Besse
Paris : Audiolib, octobre 2010
2
ISBN 978-2-35641-254-6
Extrait audio :


Alerte climatique...

Londres. Après un séjour aux States, Adam, climatologue, longe la Tamise et se réfugie dans un restaurant. Il y converse avec son voisin de table, le docteur Philip Wang, allergologue et chef du développement d'une compagnie pharmaceutique. Au moment de quitter le restaurant, Adam s'aperçoit que le docteur a oublié sa mallette sur un siège. Adam décide de la lui rapporter. Immeuble Art Déco. 7e étage, corridor à la Coen (les frères), Adam pousse la porte entrouverte et finit par découvrir le docteur, un couteau planté dans le flanc. L'homme râle, lui commande de retirer le couteau. Adam s'exécute, le docteur expire. Dans le couloir un bruit. Adam voit l'assassin s'enfuir. Sa vie bascule : il devient la cible de tueurs à gages et le suspect numéro 1 pour la police. Dépossédé en une minute de tout ce qu'il était - sa carrière, ses papiers, ses cartes de crédit et même de ses vêtements -, Adam entre dans la clandestinité et rejoint les bas-fonds de l'East End londonien, où croupit la lie de la société. Un cauchemar à la Dickens. Le tout conduit en enchaînements fantasmagoriques. Le récit halète, impossible de le lâcher, on court derrière Adam, à ses côtés ou ceux de Jonjo, vétéran des Malouines lancé à sa poursuite, de Rita ou de Mhouse, une tapineuse en mal de sacerdoce. Une fresque hallucinée, un Londres tentaculaire, grouillant, hirsute, où survit la multitude des laissés pour compte d'une société impitoyable. Les façons de parler s'étrillent, de la bonne société aux marges, offrant une incroyable leçon d'identités. Portrait d'une ville tel que Dickens savait les composer, satire d'un monde d'errances intrigantes. Les péripéties se multiplient, le rythme s'affirme dans l'ingéniosité d'une narration alternée qui nous fait vivre la fuite et la poursuite comme une chasse à l'homme impatiente. Cependant que le texte est lu, paradoxe, avec un calme olympien, instruisant une distance toute britannique, sobre, nonchalante, en syllabes détachées les unes des autres sur le ton de la confidence apaisée.

NdR - 2 CD MP3, durée d'écoute : 13 heures.


On en parle : La Tête en noir n°148

Citation

Curieux comme l'instinct vous guide, même mystérieusement.

Rédacteur: Joël Jégouzo jeudi 16 décembre 2010
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page